La BD de la semaine : "Letter 44", une saga interstellaire et internationale

Des extraterrestres maladroits, un ancien président américain assoiffé de pouvoir, des astronautes chargés de sauver l’humanité… Pas de doute, Letter 44 possède tous les ingrédients de la série de S.F. réussie. Alors que le sixième et dernier tome vient de paraître aux éditions Glénat, retour sur une excellente saga qui mêle avec habileté thriller politique et space opera.

Ça parle de quoi ?

Alors que Stephen Blade vient prendre ses fonctions de 44e président des Etats-Unis, il découvre dans le bureau ovale une enveloppe laissée par son prédécesseur Francis T. Carroll. A la lecture, il comprend vite que cette Letter 44 va considérablement compliquer son premier mandat. Tout simplement parce qu'elle révèle que la NASA a détecté, quelques années plus tôt, une étonnante construction d'origine extraterrestre située entre Mars et Jupiter.

Sans connaître le but de ce bâtiment ni l'intentions de ces aliens, Carroll a préféré taire cette information au peuple américain et déployer ses troupes un peu partout sur la planète durant son mandat (une décision impopulaire qui lui a coûté sa réélection) pour prévenir une attaque. Dans sa lettre, il informe en outre Blade qu’un vaisseau d’observation, le Clarke, avec à son bord un équipage composé d’astronautes et de scientifiques, a été envoyé en direction de cet étrange bâtiment. Tandis que Blade s'interroge sur les mesures à prendre face à cette menace potentielle, l'équipage du Clarke, arrive à destination et fait la rencontre de ceux qu'ils surnomment, les Constructeurs.

Pourquoi on adore

Ce qui frappe à la lecture de cette saga qui vient de s'achever en six tomes, c’est son découpage particulier qui donne à chaque partie un rythme accrocheur que les amateurs de séries télé connaissent bien. Outre des dialogues très bien écrits, l’Américain Charles Soule (La Mort de Wolverine aux éd. Panini Comics) excelle lorsqu'il jongle entre ses deux trames scénaristiques : d'une part, celle qui se déroule au-dessus de nos têtes, et de l'autre, celle qui se déroule sur Terre. Parfaitement maîtrisé, ce mélange des genres, entre le thriller politique et le récit d'anticipation, apporte son originalité au récit. Ajoutez à cela une bonne dose de suspens et vous tenez entre vos mains une des séries de S.F. les plus addictives de ces dernières années.

Car Charles Soule ne ménage ni ses lecteurs, ni ses protagonistes qui vont enchaîner les écueils. Comment annoncer à ses concitoyens qu’une potentielle menace plane sur le destin de la planète sans déclencher une Troisième guerre mondiale ? Comment parvenir à communiquer avec des êtres qui nous sont très très éloignés sans malentendu ? Ne vous méprenez pas, à l'images d'autres récits de science-fiction, Letter 44 est avant tout une réflexion sur l’humanité et son devenir, un problème d'actualité alors que notre planète souffre plus que jamais du dérèglement climatique. 

Du côté du dessin, c'est l'Espagnol Alberto Jiménez Alburquerque qui est aux manettes et qui s'éloigne clairement du style qu'on lui connaissait jusqu'alors (cf. es albums parus précédemment aux éditions Soleil comme Elle ou Dieu des cendres). Pour Letter 44, il a, semble-t-il, pris un malin plaisir à imaginer des aliens... très différents de ce qu'on a l'habitude de voir (une volonté du scénariste, comme il le raconte dans cette interview), joyeusement mis en couleurs par Dan Jackson. Saluons encore le talent du jeune homme qui parvient à trouver des astuces graphiques pour conserver le rythme du récit, même lors de longs monologues politiques. 

Notez enfin que les éditions Glénat proposent en ce moment le premier tome de Letter 44 à seulement dix euros (l'opération porte également sur trois autres très bons titres, Lazarus, The Wicked + The Divine et Nailbiter qui vient également de se terminer).

C’est pour vous si…

Vous avez adoré Premier Contact, le très beau film de Denis Villeneuve qui imagine la rencontre entre une linguiste et des extraterrestres, missionnée pour tenter de décrypter leurs intentions. Et évidemment, si vous aimez les séries à suspens, type 24h Chrono, histoire de vous refaire un petit shoot d'adrénaline

Feuilletez des milliers de bandes dessinées gratuitement sur Sequencity

Letter 44 de Charles Soule et Alberto Jiménez Alburquerque, série terminée en six tomes aux éd. Glénat Comics, environ 160 p. et 17 euros le tome.

A lire aussi