"Jack Reacher 2" : Tom Cruise a-t-il eu raison d'y retourner ?

PARAMOUNT PICTURES

Film d'action bien fichu, Jack Reacher, premier du nom, avait surpris par sa fraîcheur dans un univers du cinéma dominé par les franchises et les blockbusters spectaculaires. Ce "Tom Cruise movie" plutôt cool avait-il vraiment besoin d'une suite, véritable pêché mignon hollywoodien ? Il faut croire que les quelque 200 millions de dollars récoltés au box-office (pour un budget assez modique de 60 millions, selon Box Office Mojo) ont motivé Paramount et Tom Cruise (évidemment producteur) à aller rechercher un opus des polars de Lee Child pour écrire le scénario de ce Jack Reacher : Never Go Back. Ne reviens jamais, prévient pourtant le sous-titre de cette seconde aventure de l'ancien militaire justicier.

Non, c'est moins bien que le premier

Jack Reacher 2 souffre de la comparaison avec son grand frère. Du premier opus, il ne reste que Tom Cruise. Christopher McQuarrie, le réalisateur, a été embauché par la star pour réaliser Mission : Impossible – Rogue Nation, et rempile pour le sixième volet des aventures d'Ethan Hunt. Rosamund Pike (Gone Girl) a été remplacée par Cobie Smulders (How I Met Your Mother) dans le premier rôle féminin. Et Werner Herzog, terrifiant méchant à l'œil vitreux, a été tué. Bref, le casting a été totalement renouvelé par des acteurs – et un réalisateur, Edward Zwick – pour la plupart interchangeables.

Sur fond de complot et de trafic d'armes autour d'une société militaire privée, Tom Cruise joue toujours les super-héros capables de mettre K.-O. quatre types au moins aussi surentraînés que lui. Et si les scénaristes ont tenté de donner au loup solitaire des sentiments en ajoutant une filiation père-fille trop artificielle, le personnage tourne un peu en rond, tant il lui paraît facile de déjouer les plans de ses ennemis. Dans Jack Reacher 2, l'enquête importe peu tant elle est prévisible. Et à la fin, c'est Tom Cruise qui gagne. Forcément.

Oui, car Tom Cruise reste Tom Cruise

Sans être totalement mauvais, ce Never Go Back reste une œuvre mineure dans la filmographie presque parfaite de la star. Pour Les Inrocks, Jack Reacher 2 est ainsi le moins bon film de Tom Cruise depuis Le Dernier Samouraï, "qui, nul hasard, était signé en 2003 du même Edward Zwick". C'est que l'acteur a fait peu de mauvais choix, si ce n'est qu'il a connu une légère traversée du désert au milieu des années 2000 après avoir étalé son appartenance à la scientologie. Il a même enchaîné quelques chefs-d'œuvre avec Collatéral (2004), La Guerre des mondes (2005), Mission : Impossible 3 (2006) et des action movies très réussis, Mission : Impossible – Protocole fantôme (2011), Oblivion (2013), Edge of Tomorrow (2014) et Mission : Impossible – Rogue Nation (2015).

Dans Jack Reacher 2, Tom Cruise fait du Tom Cruise. A 54 ans, l'acteur court toujours avec autant de détermination, réalise ses propres cascades, botte le cul des méchants, exhibe son nombril hypertrophié et ses muscles bien conservés...

Mais serait-il "trop vieux pour ces conneries", pour reprendre l'adage de L'Arme fatale ? Une des scènes les plus marquantes de cette scène voit Tom Cruise se faire malmener au combat par un ancien soldat, plus jeune que lui. A regarder Jack Reacher : Never Go Back, il serait peut-être temps que l'acteur, aussi jouissif soit-il à regarder, arrête d'incarner le mâle alpha, imbattable et sans faille, comme l'explique Le Point, ou du moins qu'il montre davantage les faiblesses de ses personnages.

A lire aussi