"Batman v Superman" : c'est qui le patron (au cinéma) ?

Un choc de poids lourds. Batman et Superman s'expliquent sur grand écran à partir de mercredi 23 mars dans le film réalisé par Zack Snyder. Un combat de titans entre ces deux super-héros de DC Comics qui, après avoir échangé pas mal de bourre-pifs sur papier, se rencontrent pour la première fois au cinéma.

Un duel au sommet qui aura mis du temps à s'organiser, alors que les deux franchises sont exploitées depuis près de trente ans dans les salles obscures. Pop Up' arbitre le match entre Batman et Superman pour savoir qui est le patron (au cinéma).

Round 1 : nombre de films

C'est Superman qui ouvre les hostilités dès décembre 1978 avec une première adaptation sur grand écran, intitulée Superman, le film. Les studios Warner misent gros sur ce long-métrage en injectant 55 millions de dollars dans le projet. Et c'est une pluie de coups que distribue l'Homme d'acier en enchaînant ensuite trois films en neuf ans : Superman 2 (1981), Superman 3 (1983) et Superman 4 (1987).

Batman encaisse en attendant l'ouverture, qui arrive dès le début des années 1990. Jusque-là cantonné au petit écran avec la série ultra kitsch (et mythique) mettant en scène Adam West et une adaptation mineure de cette même série dans les salles obscures en 1966, le Cape Cruisader explose au cinéma en 1989 avec Batman. Une contre-attaque violente qui se traduit par trois autres films sortis en huit ans : Batman, le défi (1992), Batman Forever (1995) et Batman et Robin (1997).

Après un moment d'observation de près de dix ans, Batman enchaîne une trilogie redoutable qui débute en 2005 avec Batman Begins, suivi de The Dark Knight (2008) et conclu par The Dark Knight Rises en 2012. Superman accuse le coup en tentant de se défendre en 2006 avec Superman Returns et finit par être sauvé par le gong en 2013 avec The Man of Steel.

Avantage Batman

Round 2 : box-office

Multiplier les coups, c'est bien ; faire en sorte qu'ils fassent mal, c'est mieux. C'est un peu l'équation que ne réussit pas à résoudre Superman dans ce deuxième round. Certes, l'Homme d'acier tape fort dès le début avec un Superman, le film, qui dégage plus de 300 millions de dollars en 1978 au box-office mondial (dont près de la moitié aux Etats-Unis), mais il s'épuise vite et voit ses ressources fondre au fur et à mesure qu'il enchaîne les films pour terminer piteusement avec 15 millions de dollars sur le marché US en 1987 avec Superman 4.

Un problème que ne connaît pas Batman, dont les coups restent puissants à chaque sortie de films. La première adaptation bénéficie d'une recette mondiale de 413 millions de dollars, et si Batman, le défi connaît une petite baisse de forme avec 266 millions, Batman Forever en dégage lui 336 et Batman et Robin 238 millions de dollars. Solide, le Cape Cruisader enchaîne avec une nouvelle trilogie qui cumulera au box-office mondial près de 2,5 milliards de dollars entre 2005 et 2012.

Le K.-O. est proche dès le deuxième round pour Superman, envoyé au tapis en 2006 avec Superman Returns (391 millions de dollars) et qui s'en relève difficilement. Il s'en sort miraculeusement grâce à Man of Steel, qui réussit à séduire en masse les spectateurs avec 668 millions de dollars récoltés au box-office mondial en 2013.

Avantage Batman

Round 3 : acteurs

Un tel affrontement laisse des traces sur les visages des deux super-héros. Et au petit jeu des acteurs qui ont le mieux incarné ces personnages iconiques, les deux franchises font jeu égal. Certes, Batman multiplie les célébrités à l'image de Val Kilmer, George Clooney, Christian Bale ou Ben Affleck, mais seul Michael Keaton a vraiment réussi à donner de l'épaisseur et du charisme à Bruce Wayne.

George Clooney n'a d'ailleurs pas hésité, l'année dernière, à s'excuser pour sa prestation désastreuse dans Batman et Robin, comme le rappelle Ecran Large. Et Christian Bale a reconnu début mars qu'il n'avait pas réussi à insuffler suffisamment de profondeur à son Batman. "Je n’ai pas tout à fait réussi à faire ce que j’espérais tout au long de la trilogie. Chris [Nolan] l’a fait, mais au fond de moi je me dis que je n’ai pas vraiment visé juste”, a reconnu l'acteur dans une interview à Yahoo! (en anglais).

Du côté de Superman, c'est la prime à l'expérience. Si Henry Cavill assure une performance honnête dans The Man of Steel et fait cent fois mieux que l'insipide Brandon Rooth dans Superman Returns, c'est surtout Christopher Reeve qui a marqué les esprits. L'acteur américain, mort en 2004, a été le premier à incarner l'Homme d'acier au cinéma et son visage est resté celui de Superman dans l'imaginaire collectif.

Egalité

Round 4 : réalisateurs

C'est parfois dans le coin que se gagne un combat, quand, entre deux rounds, les coachs délivrent leurs conseils à leur poulain. Et Batman peut se vanter d'avoir eu les meilleurs entraîneurs possibles. Déjà, quand on débute une carrière avec Tim Burton, le succès est au bout du chemin. En s'occupant des deux premières adaptations cinématographiques du Cape Cruisader en 1989 et 1992, le réalisateur américain réussit à retranscrire l'atmosphère sombre et gothique du personnage créé par Bob Kane. Son Batman, le défi est d'ailleurs un bijou d'esthétisme et de noirceur où se croisent des personnages torturés et jamais manichéens.

Des coups de maître qui font mal à la concurrence. Car si Superman débute bien sa carrière grâce à Richard Donner, à qui l'on doit quelques chefs-d'œuvre de la pop culture comme Les Goonies, Ladyhawke ou la tétralogie L'Arme Fatale, les producteurs font l'erreur de renvoyer le réalisateur à l'occasion de Superman 2, pour le remplacer par Richard Lester, qui assurera aussi le troisième opus. Une boulette stratégique qui envoie une nouvelle fois l'Homme d'acier au tapis lorsque la réalisation du très cheap Superman 4 est assurée par le très médiocre Sydney J. Furie.

Car cette faiblesse finit par être exploitée par Batman. Après un passage à vide en confiant deux épisodes au très discutable Joel Schumacher, qui propose un style inadapté aux qualités du Cape Cruisader notamment dans Batman et Robin, le héros masqué change en effet de coach pour enrôler Christopher Nolan dans Batman Begins en 2005. Bonne pioche, car le réalisateur britannique, qui n'a alors que 35 ans, insuffle une noirceur salvatrice à la franchise pour une trilogie de haute-volée dont The Dark Knight reste la plus retentissante réussite.

Proche du K.-O., Superman tente de réagir en enrôlant en 2005 Bryan Singer, qui vient de signer X-Men 1 et 2, mais la mayonnaise ne prend pas. Superman trouve finalement un second souffle grâce à Zack Snyder (300, Watchmen, Sucker Punch), qui lui permet de se relever grâce à son sens de l'esthétisme et une mise en scène punchy dans Man of Steel. Et à Christopher Nolan, qui entre-temps est devenu co-scénariste pour ce film...

Avantage Batman

Verdict

Pop Up' préfère arrêter ici ce match déséquilibré qui a vu Superman partir trois fois au tapis. Même s'il a été plutôt entreprenant, notamment lors des premiers rounds, l'Homme d'acier n'a pas pu faire le poids face à un Batman dont la personnalité et l'univers semblent être beaucoup plus propices à des films majeurs comme Batman, le défi ou The Dark Knight. Mais Superman pourrait bien offrir une opposition plus féroce la prochaine fois s'il suit le sillon tracé ces dernières années, à l'image de Man of Steel.

 

A lire aussi