Décapitation, cannibalisme, selfie morbide... La saga "Mortal Kombat" est-elle devenue trop violente ?

"Finish him !" Lancée en 1992, la saga Mortal Kombat a droit à un nouvel épisode avec l'arrivée, mardi 14 avril, de Mortal Kombat X sur consoles et PC. Une sortie attendue par tous les fans de ce jeu de baston qui s'était distingué, dès sa sortie, de la concurrence - à savoir Street Fighters II - en proposant des combats beaucoup plus violents et, surtout, un système inédit : les Fatalities. Mortal Kombat permettait ainsi aux joueurs d'achever leur adversaire dans un flot de sang et de violences gore. La manipulation - souvent compliquée - devait être effectuée dans un cours laps de temps dès qu'une voix digne de Jean-Jacques Bourdin lançait : "Finish him".

La marque de fabrique de la série

Un système qui, malgré les cris d'orfraie de nombreuses associations familiales, cartonna dans les salles d'arcades et sur consoles et qui devint la marque de fabrique de la série. Ainsi, chaque nouvel opus a proposé son lot de nouvelles Fatalities toujours plus sanglantes et originales pour satisfaire les fans et attirer les curieux.

Une tradition respectée à la lettre par Mortal Kombat X. Problème : la recette semble avoir du mal à passer cette année et suscite la polémique jusque dans les rangs même des gamers. Dès juin 2014, lors de la présentation du premier trailer du jeu à l'E3, certaines voix ont commencé à se faire entendre pour exprimer leur malaise face aux Fatalities mises en scène dans ce nouvel opus.

"C'est un peu dérangeant"

"Une petite part de moi me fait dire que les producteurs du jeu sont allés trop loin, lance Victor De La Cruz, journaliste pour le site de jeux vidéo gamemoir.com (en anglais). Il y a des niveaux de brutalité que je peux accepter sans tressaillir. Regarder le crâne de quelqu'un se faire écraser par une prise de catch ? Pas de problème. Un essaim d'insectes dévore le visage d'un personnage ? Je prends. Mais regarder quelqu'un prendre un coup de poignard à l'arrière du crâne et voir la lame sortir de l'autre côté à travers la bouche ? Je vais avoir du mal avec ça."

[Attention, la vidéo ci-dessous contient des images violentes]

Sur Reddit (en anglais), certains fans expriment eux aussi leur malaise face à certaines Fatalities. "Je comprends qu'elles sont censées être sanglantes, mais c'est un peu dérangeant", lance ainsi un utilisateur. "Franchement, les nouvelles Fatalities ne me semblent pas aussi cool que ça, regrette un autre utilisateur du forum. On dirait qu'ils [les producteurs] ont juste cherché à être les plus horribles possible." Une escalade dans la violence et le gore que pointe aussi le Daily Dot (en anglais), qui est revenu sur vingt-trois années de Fatalities dans cet article.

Un jeu trop réaliste ?

Mais pourquoi Mortal Kombat X, qui ne fait que respecter une tradition de la série, provoque cette année un tel malaise ? "Le diable se cache dans les détails", assure le proverbe. Grâce à la puissance des consoles next-gen comme la PS4 ou la Xbox One, Mortal Kombat X bénéficie de graphismes saisissants et le jeu est capable d'afficher une quantité de détails impressionnants.

De quoi renforcer le réalisme du jeu et donc des Fatalities ou des X-Ray, ces coups particulièrement violents déclenchés au cours d'une partie qui bénéficient d'une animation spéciale qui radiographie les dégâts occasionnés (mâchoire fracturée, colonne vertébrale brisée...).

Désormais, toutes ces séquences font plus "vraies" que sur les précédentes versions où les graphismes et animations, moins réussies, instauraient une forme de distance entre le joueur et ces violences. "En théorie, le réalisme d'un jeu peut avoir d'importants effets [sur le joueur]", assure le Dr Bruce Bartholow, un professeur de psychologie de l'université du Missouri, interrogé par le site HLN (en anglais), qui précise toutefois que ces effets sont limités.

 "Il y a toujours une ligne que vous refusez de franchir"

Le sadisme de ces Fatalities a peut-être aussi plus de mal à être accepté depuis que des groupes terroristes comme celui de l'Etat islamique filment et publient sur le web des exécutions particulièrement violentes d'otages. Pourtant, Ed Boon, l'un des créateurs de Mortal Kombat, aujourd'hui producteur délégué de la série, précise que, "pour chaque jeu, nous avons des réunions de brainstorming, et il y aura toujours quelqu'un qui propose quelque chose où vous vous dites que ça va un peu trop loin, explique-t-il dans une interview accordée au site Gamespot (en anglais). Tout le monde cherche à faire plus, mais il y a toujours une ligne que vous refusez de franchir."

En fait, tout n'est peut-être question que de temps, et d'habitude. N'oublions pas que le premier Mortal Kombat, qui nous semble aujourd'hui si inoffensif, avait déclenché une telle polémique, en 1992, qu'il est à l'origine, en compagnie d'autres titres comme Doom, de la classification des jeux que l'on retrouve aujourd'hui sur les emballages. Cette violence, "c'est quelque chose auquel on s'adapte tous. Probablement que, dans vingt ans, quand sortira Mortal Kombat XX, nous rirons tous devant le côté non-réaliste et grotesque des Fatalities en 2015", souligne Victor De La Cruz.

A lire aussi