Le drame du blogueur le plus lu au monde ? Ne pouvoir s'acheter "qu'une demi-Ferrari"

Le blogueur chinois "le plus lu au monde", Han Han (AFP)

Alors que le Mondial de l'automobile tient salon porte de Versailles à Paris jusqu'au 14 octobre, faut-il rappeler que le nouvel eldorado automobile est chinois ?  Un marché considérable qui pourrait écouler 20 millions d'unités en 2012.

La voiture y reste objet de standing et sujet de fascination, comme en témoigne Blogs de Chine (Gallimard). Un recueil de billets signés Han Han, le "blogueur le plus lu au monde" : 400 millions de visites sur son blog entre 2006 et 2011. Signe particulier de l'auteur : il est également pilote de course.

A quelle voiture rêve ce jeune Chinois d'à peine 30 ans, classé par Time en 2010 comme une des cent personnalités les plus influentes du monde ? D'une Ferrari, avec ce regret, qu'il confie dans Blogs de Chine:

"Je suis devenu l'écrivain de best-sellers qui vend le plus de livres en Chine, celui qui touche les droits les plus élevés. Je peux dire que je m'en sors bien. Quand j'écris un livre, ça peut me rapporter plusieurs millions de yuans.

Quelqu'un comme moi qui publie des best-sellers, dans n'importe quel autre pays de culture, en publiant un livre, il peut s'acheter une Ferrari.

Mais en Chine, dans la situation actuelle, quelles que soient les ventes de ton best-seller, tu n'arriveras à t'offrir qu'une demi-Ferrari."

Salon de l'auto à Chengdu, en Chine (AFP/IMAGINECHINA)

Une "demi-Ferrari", c'est beaucoup ou c'est peu ?

Une demi-Ferrari reste un joli signe extérieur de richesse dans un pays encore peu motorisé. Si un Chinois à peine sur 17 possède une voiture (contre 1 véhicule pour 1,3 Américain), Ferrari se félicite de sa progression en Chine, avec 777 voitures vendues en 2011.

Une belle croissance (+62,6%), au risque de scandales retentissants. A l'exemple de ce fils de dignitaire chinois tué en mars 2012 dans un de ces luxueux bolides, en compagnie de deux jeunes filles à demi-nues.

Si Han Han mentionne à de multiples reprises la voiture italienne – la Scuderia garde intacte son prestige aux yeux du pilote de course –, il s'attarde également sur les Lamborghini (autre symbole de fortune), les BMW et les Audi (signe d'aisance), la Mini-Cooper (synonyme de voiture sûre) et quelques modèles coréens et chinois.

Des voitures françaises, il n'est pas fait mention dans le recueil. Pas plus qu'elles ne figurent dans le palmarès de L'Expansion des dix voitures les plus vendues en Chine.

Blogs de Chine (Han Han, Bleu de Chine, Gallimard, 24,90 euros)

 

 

Publié par Anne Brigaudeau / Catégories : Actu / Étiquettes : Chine

A lire aussi

  • Aucun article