Ferguson - Cleveland : ne tirez plus !

Un enfant de 12 ans a été tué par balle, par la police de Cleveland (Ohio, Etats-Unis), alors qu'il jouait avec une fausse arme à feu dans le Cudell recreation center de la ville. (GOOGLE STREETVIEW)

En août à Ferguson (Missouri), Michael Brown avait été tué par la police dans des circonstances troubles. La petite ville était devenue le centre médiatique des Etats-Unis et toute la communauté noire de Ferguson avait menacé d'exploser, rappelant les heures les plus sombres des tensions raciales (notamment les émeutes de Détroit qui firent  43 morts et 467 blessés en juillet 1967). Sur place, tout n'est pas encore résolu et la tension est toujours palpable. Sous l'impulsion de The Game,  un collectif de stars du rap composé, entre autres, de P. Diddy, Rick Ross ou DJ Khaled avait composé un hymne pour Ferguson intitulé simplement "Don't shoot" ("ne tirez pas"). Avec des paroles sans concessions : "They killed the teens / they killed the dreams" ("ils tuent des ados / ils tuent des rêves").

Trois mois plus tard, on se dit que finalement les chansons ne servent à rien ou en tout cas, ne peuvent jamais arrêter les balles. On le savait déjà, sinon l'Hymne à l'Amour serait diffusé en continu et par haut parleurs géants en Syrie et ailleurs. Mais rêvant d'un monde meilleur et plus civilisé, on veut toujours un peu y croire.

Samedi, retour brutal à la réalité : à Cleveland (Ohio), Tamir Rice, un garçon afro-américain de 12 ans a été abattu par la police : l'enfant jouait avec une arme factice, les forces de l'ordre l'ont prise pour une vraie et ont tiré. Pas une seule fois mais deux - excès de zèle sans doute,  touchant l'enfant au torse et à l'abdomen. La députée démocrate de l'Etat d'Ohio, Alicia Reece, a d'ores et déjà annoncé qu'elle proposerait une loi imposant aux fabricants d'armes factices de les rendre vivement colorées et dotées de bandes fluorescentes. Dans un pays où 250 millions d'armes sont déjà en circulation, il paraissait peut-être normal que de ne pas en rajouter encore plus avec des jouets "trop réalistes". Même si la solution la plus évidente serait de limiter la circulation des armes, les vraies, afin de ne pouvoir confondre. Mais là, c'est vraiment mais alors vraiment être trop idéaliste (de quoi chanter Petit Papa Noël à tue-tête dans un congrès de la National Riffle Association). Au coeur de l'actualité, France TV Info avait déjà parlé fin août du titre de The Game. Il suffit juste de changer le nom de Michael Brown (le reste est identique) et il revient totalement dans l'actualité aujourd'hui. Et sans tomber dans le pessimisme le plus sombre, il le sera pour encore longtemps.

Related Posts: