La fatigue, Pierre Puget, 1656.

La fatigue

Elle est là, bien installée désormais. Débordant de mes nuits pointillées, elle s’est étendue comme un lent et inexorable tsunami à mes journées, a investi chaque heure diurne, pénétré chaque minute de sa boue fine. Il m’avait semblé que les nuits étaient moins dures, pour mes précédents bébés. Que cela...