Rythmes scolaires : l’Académie de médecine invite les parents à coucher leurs enfants plus tôt

C’est l’un de ses rapports qui est à l’origine de la Conférence Nationale sur les rythmes scolaires mise en place par Luc Chatel, puis de la réforme des rythmes de Vincent Peillon. Restée silencieuse ces derniers mois, l’Académie de Médecine s’est exprimée sur ladite réforme, afin de rappeler quelles sont ses préconisations.

Ecole le samedi et vacances d’été raccourcies

L’Académie appelle les différents acteurs à se focaliser sur l’intérêt de l’enfant et à « dépasser la polémique autour de la seule semaine de 4 jours », laquelle « est un contresens biologique qu’il faut abolir  ».

L’Académie invite à penser global : « Seules des mesures coordonnées d’harmonisation des trois temps scolaires (journée, semaine, année) seront capables d’apporter une réponse satisfaisante ». Fidèle à son rapport de 2010, elle appuie le projet de réduction des vacances d’été afin de « mieux réguler les journées et les semaines de classe dans l’intérêt de la santé des enfants ».

Si elle valide de fait une partie des mesures mises en place par le décret Peillon, elle en pointe aussi, indirectement, les manques : l’Académie préconise des journées plus légères que celle de 5 h 15 ou 5 h 30 mise en place par Peillon. Pour elle, les journées de classe ne doivent pas dépasser 4 h 30 ou 5 h, doivent différer selon les âges (et inclure devoirs et leçons). De même, elle rappelle que l’école le samedi a sa très nette préférence, car cela permet d’ « éviter la désynchronisation inévitable de l’enfant en début de semaine ».

Rythmes biologiques et sommeil

L’Académie redit opportunément que le but est de « respecter les rythmes biologiques de l’enfant », ce qui a le mérite de rappeler que les rythmes scolaires ne sont qu’une composante parmi d’autres des rythmes de l’enfant : « c’est le temps de vie de l’enfant qu’il faut organiser et coordonner ».

Liant les temps de vie à la maison et ceux à l’école, l’Académie rappelle les parents à leurs devoirs éducatifs : « Les enfants et surtout les adolescents se couchent de plus en plus tard, ce qui hypothèque leurs facultés physiques et intellectuelles. Les parents doivent être plus attentifs à la durée et à la qualité de sommeil indispensables à la réussite de leurs enfants ».

Voilà qui a le mérite d’être clair, de mettre les parents devant leurs responsabilités et d’aborder un sujet dont les enseignants savent l’importance et qui mériterait, dans le cadre du débat sur les rythmes, davantage d’exposition…

 

Suivez l'instit'humeurs sur Facebook.

A lire aussi

  • Sebc22

    Ce seront les mêmes qui expliqueront qu'il faudrait que les salariés travaillent 1 heure par semaine et pas plus, pour ne pas être trop fatigué et travailler dans de bonnes conditions...
    Idéalement, d'un point de vue totalement médical, ça se défend.. Mais doit-on réellement résumer l'ensemble de nos décisions en occultant tous les autres aspects ?

    • http://www.facebook.com/profile.php?id=1635477271 Sandrine Oui

      Quels autres aspects ? Qu'on s'occupe de celui-là et la société française se portera mieux. Je suis enseignante. Mes filles de 9 et 11 ans n'ont pas le droit d'allumer un écran quel qu'il soit sans demander la permission (télé, ordinateur, ds...) sous peine d'en être privées toute une semaine. ET la permission n'est pas toujours accordée. Elles sont couchées vers 20h30/45 (à cause des activités extrascolaires qqfois) et on éteint à 21h. Avec le mercredi matin en moins, les activités se termineront plus tard... Elle en feront peut-être les frais. J'ai déjà du mal avec le retour piscine à 20h de la plus grande alors qu'est-ce que ça sera dorénavant je me le demande ? Enfin oui ces professionnels ont raison. Mais comme avec les enseignants, nos hauts dirigeants (dont notre ministre fait partie) se contrefichent pas mal de ce que les professionnels de la santé ou ceux de l'éducation (que sont les professeurs) peuvent bien avoir à leur dire. En effet ils ont appris plein de choses sur l'enseignement, comment les élèves apprennent à lire par exemple... de façon théorique. Et ils sont persuadés qu'ils en savent plus que nous sur la question et qu'ils peuvent du coup théoriser une réforme sans tenir compte de l'avis de personne et surtout pas de ceux qui sont capables de juger de bien meilleure façon qu'eux. La politique c'est leur domaine ; et c'est ce qu'ils font de mieux assurément, on s'en rend vite compte quand on prend le temps de creuser et de comprendre quels sont vraiment les enjeux. Et ces enjeux ne concernent aucunement le bien-être des enfants, et à fortiori pas celui des enseignants. Moi je suis pour une semaine avec des matinées de 4h ou 4h30. Du lundi au samedi avec un samedi vaqué sur deux. ça intéresse quelqu'un ? Oh ben non, pauvres parents, comment vont-ils faire garder leurs enfants l'après-midi ? Mammouth... les prof ou les parents qui ne veulent pas récupérer leurs enfants avant 16h30 (COMME AVANT) ou payer pour leurs cativités ou pour les faire garder ? Lobbi des enseignants ou lobbi des parents ? On se le demande...

      • Sebc22

        La question du coucher tot, je ne vais pas relever, vous préchez un converti.
        Par contre, l'école toute la semaine à raison de 4h/4h30, je ne pense pas que ce soit une idée lumineuse. Je vois comment mes enfants sont fatigués après une journée d'école, et leur infliger cela toute la semaine ne me parait pas une bonne idée.
        Et encore, j'ai de la chance : comme mon épouse est également enseignante, nous ne sommes pas obligé de leur infliger la combinaison fatale ecole-cantine-garderie, mais beaucoup d'autres devront le faire.
        Quand vous parlez d'AVANT, je suppose que vous parlez de cette époque pre-révolution féministe, où le taux de femme au foyer permettait ce genre de confort. A-t-on vraiment envie d'y revenir ?
        En outre, s'il s'agit de payer pour faire garder les gamins chez une nounou ou une autre collectivité, je ne vois pas en quoi cela va améliorer l'état de fatigue de nos enfants.
        Non, je ne vois vraiment pas comment, en ajoutant des jours d'écoles, que l'on va rallonger à coup de garde diverses, nous allons parvenir à alléger l'emploi du temps des enfants. Il me semble que, sur ce point, le samedi à la maison était tout de même une vraie avancée. Et pour finir, pour éviter la rupture de rythme, il suffit effectivement de ne pas aller se coucher à point d'heure les vendredi et samedi soir, mais ça, c'est du bon sens...

    • destartin

      Si vous n'avez que ça à dire, abstenez-vous.

      • ferreira

        Je suis complètement d'accord avec vous !

      • Sebc22

        Merci pour cette remarque constructive qui n'apporte rien au débat. Ma position , si vous ne la partagez pas, a au moins le mérite d'en être une.
        Je vous retourne donc votre remarque : si vous n'avez rien à dire, abstenez vous...

  • Lilaure Whatthehell

     Je
    pose la question à mes 6èmes chaque année. Ils sont une petite minorité
    à n'avoir ni ordi ni télé dans la chambre. Aucune restriction parentale
    sur le temps passé devant
    les écrans... quand je leur en parle, ils me regardent avec des yeux
    ronds. Si je leur demande à quelle heure ils se couchent, c'est souvent
    "Ché po!!". "A 22H?" tente-je... "Naaaan, PLUS TARD!" En gros, 23h ou
    minuit pour les 6èmes, aux petites heures du matin pour les 4èmes ou les
    3èmes "Mais Madame, quand on joue un réseau, on peut pas arrêter la
    console comme ça!" Des jeux en réseaux ultra-violents, donc... comme
    ceux qu'ils achètent où figure pourtant la mention "interdit au moins de
    18 ans." Pourtant, les parents sont à la maison. Mais ils ne réveillent
    pas les enfants pour aller à l'école. C'est les grands frères ou
    grandes soeurs qui s'en chargent. Le réveil, c'est le portable (quand on
    a pris la peine de régler l'alarme). Bien sûr, c'est parmi ces élèves
    là qu'on retrouve les grands agités qui ne tiennent pas 5 minutes sur
    leur chaise (et qui râlent quand on leur demande de se procurer un livre
    à 7€ ou de se racheter des stylos qui marchent!). Quand on creuse, on
    s'aperçoit qu'ils ne prennent pas non plus de petit déj'... ou alors si:
    un verre de coca, ou même une canette de Red Bull (si si!). Ils ne
    prennent pas non plus de repas en famille, mais devant la télé ou
    l'ordi. L'année dernière, une mère dont le gamin ne fichait rien ni en
    classe ni à la maison me disait qu'il passait son temps sur l'ordi et
    qu'il ne tolérait aucune restriction. Un jour, elle lui a confisqué la
    console, il a tout cassé dans sa chambre! Heu... y'a pas comme une
    grosse nécessité de sevrage là? Bah non... elle avait peur de lui
    confisquer l'ordi du coup!Alors
    oui j'enseigne en ZEP, mais on a aussi les classes bilangues et
    sections sportives avec une majorité de gamins issus du village à côté.
    Les schémas familiaux sont différents, plus structurés, les deux parents
    bossent etc... mais avec les écrans, le constat est le même. Les gamins
    bâclent leur devoirs pour pouvoir jouer aux jeux vidéos ou tchater
    jusqu'à pas d'heure. Un seul parmi eux fait figure d'OVNI: en 3ème il
    doit demander la permission à son père pour aller sur le net, et le
    motif doit être valable. Ces gamins "privilégiés" se voient avocats,
    ingénieurs ou chirurgien mais se disent qu'ils peuvent attendre le lycée
    pour bien travailler à l'école. Bah oui, pour le moment ils jouent à
    FIFA 13... le preterit des verbes irréguliers peut bien attendre!L'Académie
    de Médecine apporte donc enfin de l'eau au moulin des profs qui tirent
    la sonnette d'alarme depuis longtemps sur la question du sommeil! C'est
    bien joli de dire que l'école fatigue, mais quelle hypocrisie de ne pas
    mentionner que la fatigue vient aussi d'ailleurs et qu'il va falloir
    trouver d'autres solution que du bricolage sur les horaires scolaires. Après
    tout, le manque du sommeil chez les enfants (et les jeunes adultes) est
    un problème de santé publique aussi important (et fortement lié à)
    celui de l'obésité. "Je grignotte jusqu'au petites heures du matin
    devant un écran, même si demain j'ai école... au pire, j'arrive 30
    minutes en retard... bof."Alors peut-être qu'une extension de la
    campagne "5 fruits et légumes par jour... et 10h de sommeil par nuit"
    réveillerait un peu les conscience, à défaut de faire des miracles. J'ai
    d'autres idées pour éduquer les parents qui squattent le canap' ou le
    PMU pendant qu'on essaie d'inculquer à leur ado endormi et/ou
    caféiné/glucosifié etc, la différence entre un verbe et un adjectif,
    mais ce n'est pas politiquement correct.

    • lyseam

      BRAVO ! du début à la fin.

    • http://www.facebook.com/profile.php?id=100003881447965 Mag Magali

       Rien à ajouter... ah ! si ! vous avez le mérite de le "l'écrire" tout haut ! et tant mieux.