Les cadeaux de Noël

Avouons-le franchement, quand approchent les fêtes de Noël et les vacances qui vont avec, au beau milieu de la pagaille des livrets et des miasmes grippaux l’instit’ se pose une question assez inessentielle : « Vais-je recevoir des cadeaux de la part de mes (parents d’) élèves cette année, et surtout quoi, et surtout combien ? ». Je sais, ça fout un coup sérieux au mythe de l'instit pénétré de sa vocation mystique qui travaille bénévolement, mais que voulez-vous, c'est comme ça, les instits sont humains, ils aiment bien les cadeaux aussi. Sans compter qu'on a tendance à mesurer, connement, la reconnaissance des parents au nombre de cadeaux... Humains, je vous dis.

Alors on fait un peu des paris, en fonction de sa popularité auprès des enfants et des mamans (c'est elles qui décident), en fonction des élèves qu'on a, du milieu social des uns et des autres… Bien entendu les pronostics sont toujours très loin du compte. C’est celui qui vous pourrit la classe et que vous passez votre temps à recadrer et rudoyer qui vous pourrit, positivement cette fois. C’est tel parent aisé qui vous offre une boîte de choco griffée Leader Price. C’est tel quartier huppé qui vous ignore royalement alors que telle ZEP vous couvrira de cadeaux home-made et sincères.

Et puis, faut pas plaisanter avec cette histoire de cadeau, il y a quand même en toile de fond une réelle suprématie en jeu : quel instit sera le plus gâté dans l’école (titre remis en jeu en juin avec les cadeaux de fin d’année) ? Pour ma part, je suis généralement bien placé, j’ai donc un rang à tenir, une réputation à défendre.

Bon, pour ce coup-ci, j’ai pas vraiment à me plaindre : plusieurs bouteilles, des chocolats pffff laisse tomber (faut que je me renseigne sur le cours du cacao, si ça se trouve je suis riche), du thé (j'aime pas le thé, ça sent bon mais à la fin c'est rien que de l'eau chaude) et puis des cadeaux plus culturels, livres, coupe papier, et même une cravate (vivement la communion du petit). Il faut dire que j’ai bien retenu une astuce : j’ai entendu un jour un instit raconter qu’à l’approche des fêtes il posait une bouteille sur son bureau, genre on vient de me l’offrir, pour donner des idées aux gamins… (Je déconne, j’en suis pas là quand même, pas encore).

Et puis il y a le côté moins sympa des cadeaux. Les cadeaux pourris, déjà. J’en ai eu des horreurs, tout au long de ces années ! Une grenouille moche qui tire la langue et c’est du scotch qui sort. Un chameau en bois mal taillé qui tient pas sur ses quatre pattes (vachement pratique). Un mug avec la photo de l’élève (impossible de boire mon café dedans, forcément). La dernière « BD des blondes ». Des livres passionnants comme « Mon cabinet de curiosités mathématiques »... Et parfois, comble de désolation, le dernier Marc Musso (ou Guillaume Lévy, je confonds toujours). Je sais pas vous, mais déjà avec la famille et les potes j’ai du mal à remercier avec le sourire quoiqu’il arrive, là il faut en plus veiller à ce que le parent ne voit pas dans votre œil le mépris dans lequel vous tenez Marc Musso-Lévy, sans quoi il risque de le prendre pour lui.

Allez, cessons de jouer les cyniques, les cadeaux, ce sont aussi toutes ces cartes adorables, soigneusement préparées par les enfants qui rivalisent d'inventivité calligraphique pour dire « a mon mètre préférer », « jouallieuses faites et bon Noelle », « voila des chocolat je sait que vous êtres gourman ! », et bien sûr tous ces magnifiques dessins de vous en père Noël à côté du tableau avec écrit dessus « groupe verbal vive les vacances » (j’en ai des boîtes pleines, de ces cartes). Pour l'occasion, vous laissez le stylo rouge dans la trousse, et vous ne boudez pas votre plaisir d'être ainsi fêté.

Mais cette année ma mère, fonctionnaire territoriale, m’a à moitié gâché ma session bisannuelle de vénalité narcissique. Elle m’a dit que dans leur service, on n’oserait jamais recevoir un cadeau de la part d’un usager. Question de déontologie. Je lui ai expliqué que nous, c’est pas pareil, ce ne sont pas des usagers d’abord, mais de petits enfants qu’on contribue à ouvrir au monde et à la connaissance et que, de toute façon, c’est comme ça depuis toujours et c’est très bien ainsi, merde, on n’a quand même pas beaucoup de joies matérielles dans ce métier. Elle m’a répondu en substance qu’un cadeau, ça fausse la relation et jette la suspicion, fondamentalement : est-on bien sûr de rester objectif avec qui nous offre un cadeau ?...

Là, elle m’a bien cueilli. J’ai eu comme un doute. Serai-je achetable si facilement ?... Moi qui érige l’objectivité, la neutralité et la justice en vertus cardinales, qui n’ai jamais de chouchou ni de tête de turc, serai-je dupe de moi-même ?...

Dans le doute, j’ai soigneusement noté le nom des enfants qui m’ont offert un cadeau : au prochain trimestre, je leur enlève un point, par principe. Non mais.

 

Suivez l'instit'humeurs sur Facebook.

Ce billet reprend quelques lignes d'un billet publié il y a deux ans.

A lire aussi