Gastronomie : les pêcheurs chinois à l'assaut des calamars

Gastronomie : les pêcheurs chinois à l'assaut des calamars

Si le calamar a disparu des eaux asiatiques après avoir été trop pêché, la Chine reste le leader mondial. Des bateaux gigantesques arpentent les mers pendant des mois pour subvenir aux besoins d'une consommation croissante.

Pour de nombreuses tables à travers le monde, le calamar est un incontournable de l'été. En anneaux, à la plancha, il est plutôt consommé grillé par les Chinois. À l'est du pays, un navire part pêcher vers le Pérou et l'Argentine : près d'une année de pêche en haute mer les attend. S'ils partent si loin à la recherche des fameux encornets, c'est que ces derniers ont disparu des eaux asiatiques à cause de la surpêche. Pour répondre à la demande, près de 200 navires-usines chinois sillonnent les mers. Les calamars reviennent congelés au port.

75% des calamars consommés dans le monde sont issus de la pêche chinoise

Depuis plusieurs années, la ville de Zhoushan est devenue la capitale mondiale de la production d'encornets, des dizaines d'usines se partagent le marché. Les trois quarts des calamars consommés dans le monde seraient aujourd'hui issus de la pêche chinoise ; le calamar fait partie des dix espèces les plus pêchées dans le monde. La demande augmente, l'offre diminue, les prix ont presque doublé. Cette envolée n'est pas près de retomber depuis que le calamar est devenu la proie des pêcheurs chinois.

Gastronomie : les pêcheurs chinois à l'assaut des calamars

 

A lire aussi