Poussières apocalyptiques en Inde

Des tempêtes de poussière ravagent le nord de l’Inde depuis début mai. Un phénomène météorologique habituel à cette saison. Seulement cette année, il est particulièrement violent.

Sujet diffusé au journal de 20h de France 2 le 3 mai 2018

Des arbres déracinés, des voitures renversées et des toitures arrachées par des bourrasques pleines de poussière et de sable. Depuis le début du mois de mai, des tempêtes accompagnées d’orages violents ravagent les États du nord de l’Inde.

Ce sont les plus meurtrières depuis 20 ans, avec plus de 200 décès signalés. Les alertes météorologiques n’atteignent pas toujours les villages les plus reculés. Survenant la plupart du temps de nuit, les tempêtes surprennent les habitants, et sont particulièrement dangereuses pour les nombreuses personnes qui dorment dehors.

“Les tempêtes de poussières sont fréquentes pendant l’été [qui dure d’avril à juillet dans le nord-ouest de l’Inde] tempère K. Sathi Devi, scientifique au Service météorologique indien. Elles sont le résultat d’une combinaison de facteurs : des températures élevées, l’humidité de l’air et de fortes rafales. Ce qui est moins habituel, c’est qu’elles soient si violentes à Delhi.” Dans la nuit du 13 au 14 mai, une de ces tempêtes a fait deux morts dans la capitale indienne. Les bourrasques y soufflaient à jusqu’à 110 km/h. Les États avoisinants ont eux dénombré  près de 40 décès.

"Le lendemain de la tempête de poussière, devant notre entreprise à Kaushambi, à la frontière entre les États de Delhi et de l'Uttar Pradesh."

"Vidéo de la tempête prise depuis un avion."

Désertification accrue

En avril, les températures ont atteint des records. Jusqu’à 50 degrés dans certains États. Cette chaleur amplifie la sécheresse et la désertification, qui touchent au moins un quart du territoire indien. Avec l’agriculture intensive et la déforestation, la terre n’est plus protégée. Elle sèche et se transforme en poussière. C’est là que les bourrasques s’approvisionnent : le vent soulève le sable et la poussière et se transforme en petites tornades.

Tout le nord-ouest de l’Inde reste en alerte, au moins pour les quatre prochains jours.  Ces tempêtes devraient s’arrêter avec le début de la mousson, au mois de juin. Les sols alors humidifiés ne constitueront plus une menace, avant l’année prochaine. Les changements climatiques en Inde risquent d’aggraver le phénomène, avec des tempêtes de plus en plus fréquentes et violentes.

 

Lou Kisiela

A lire aussi

  • Aucun article