Brexit : vers une pénurie de médicaments ?

©PAUL ROGERS/THE TIMES

À quelques mois de leur sortie officielle de l'Union européenne, les Britanniques s'inquiètent pour leur santé. Par peur d'une pénurie, les patients stockent les médicaments dont ils ont besoin.

Au Royaume-Uni, la plupart des médicaments sont importés. À l'approche de la sortie du pays de l'Union européenne, certains patients commencent à stocker des médicaments, craignant des difficultés d'approvisionnement. Oscar, 10 ans, souffre de diabète et a donc besoin d'insuline au quotidien. Le médicament n'est pourtant pas produit au Royaume-Uni, mais importé depuis le Danemark. Si l'insuline venait à manquer à cause du Brexit, sa mère se dit prête à se rendre en Europe pour se procurer le médicament, mais cela lui "semble effarant qu'en 2018 on puisse se considérer potentiellement comme des réfugiés médicaux".

37 millions de boîtes de médicaments

Chaque mois, le Royaume-Uni importe 37 millions de boîtes de médicaments européens. En cas de divorce brutal entre Londres et Bruxelles, les autorisations de commercialisation ne seront peut-être plus valables. De plus, le retour des contrôles douaniers pourrait retarder l'arrivée des médicaments outre-Manche. Les industries pharmaceutiques augmentent leurs réserves en prévision d'une pénurie. Malgré ces stocks supplémentaires, une quarantaine de médicaments pourrait venir à manquer. Les anti-Brexit dénoncent l'incongruité de la situation.

Un reportage de Arnaud Comte, Anto Philippi, Laura Kalmus et Alice Brogat.

Publié par Bureau de Londres / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article