Une femme pour la première fois nommée à la tête de la police londonienne

Cressida Dick (DailyMail)

Cressida Dick est sur le point de devenir la première femme à diriger la force territoriale de police du Grand Londres et de ses 8,6 millions d'habitants : le MET, qui est l'équivalent en France de la Préfecture de Police de Paris. A 56 ans, elle s'apprête donc à prendre la responsabilité de plus de 40 000 fonctionnaires et policiers à Scotland Yard. Sadiq Khan, le maire de Londres, a soutenu la nomination de l'ancienne cheffe de la cellule antiterroriste de la police londonienne, en soulignant « son expérience et sa compétence », qui l’ont « démarquée dans le processus de sélection. »

Après une carrière presque entièrement consacrée au service du maintien de l'ordre dans la capitale britannique et un poste ces deux dernières années au sein du Ministère britannique des Affaires étrangères, la concernée se dit « honorée » de sa nomination et y voit « un privilège extraordinaire. »

Il s’agit de la première femme à atteindre ce poste depuis la création du Metropolitan Police Service en 1829. Martin Kettle, journaliste politique britannique, a expliqué dans une tribune publiée dans The Guardian qu’il s’agit, selon lui, « d’une avancée pour l’égalité hommes-femmes, plus encore que pour le maintien de l’ordre. »

En France, à titre de comparaison, Martine Monteil était devenue – en 2002 - la première femme à la tête de la direction régionale de la police judiciaire de Paris, direction rattachée à la Préfecture de Police de Paris, qui n'a en revanche encore jamais été dirigée par une femme.

cressida-dick-metropolitan-police-commissionerUne source proche du maire travailliste de Londres a déclaré que « sur les quatre candidats pour le poste, c’était elle qui exposait le meilleur projet de réforme du MET, tout en souhaitant pérenniser la sécurité de la capitale », rapporte le journal britannique The Guardian.

En effet, la sélection a visiblement été orientée sur la capacité du futur dirigeant à opérer les changements nécessaires pour la police londonienne, dans une optique d’adaptation aux menaces actuelles, notamment à celle du terrorisme.

« Elle occupe désormais l’un des postes les plus exigeants et les plus importants de la police britannique dans un contexte de menace terroriste accrue, mais aussi d’évolution des menaces de fraude et de cybercriminalité », a précisé la Ministre de l’Intérieur conservatrice, Amber Rudd, qui a également participé à la sélection.

Et d’ajouter : « Les enjeux concernent aussi la protection des plus vulnérables, des victimes d’abus sexuels et de violences conjugales. »

Par ailleurs, sa longévité au service de la capitale britannique a également joué en sa faveur. Elle a intégré le MET en 1983, alors qu’elle n’avait que 23 ans. Ce « remarquable record de service public », souligné par la Première ministre, Theresa May, a rendu sa capacité à assumer une telle responsabilité plus crédible.

Si beaucoup approuvent sa nomination, ce n’est pas l’avis de la famille de Jean Charles de Menezes, ce jeune brésilien, pris pour un terroriste qu’il n’était pas, et tué en 2005 lors d’une opération de police menée par… Cressida Dick. Une des cousines du jeune brésilien a indiqué avoir « de nombreux doutes sur cette nomination. »

Sadiq Khan, lui, se dit « fier » du choix et pense que « c’est un jour historique pour Londres. »

Marine Clerc avec Loïc De la Mornais

A lire aussi

  • Cybercafe Mohamed Chaari

    La parité politique hommes-femmes dans tous les domaines et nivaux de l’exécutif, législatif et judiciaire est une condition sine qua non pour la rationalisation de la

  • enfaitpourquoi

    La lutte anti-terroriste a le vent en poupe... si vous avez cette expérience, on risque de vous nommer Grand Mufti direct...
    Question parité, il doit toujours y avoir au-dessus de ce critère, le critère de compétence, sinon c'est idiot.
    Ceci étant dit sans vouloir dénigrer le moins du monde la promotion de cette dame, cette dernière étant sûrement ultra-compétente .