Un "cimetière de gilets de sauvetage" à Londres pour dénoncer le sort des réfugiés

Des activistes ont disposé 2 500 gilets de sauvetage sur la pelouse de la place du Parlement.

La place du Parlement à Londres a été transformée en cimetière de gilets de sauvetage pour dénoncer la situation critique que subissent les réfugiés, en amont du premier sommet des Nations unies sur la crise migratoire, qui s'ouvre ce lundi à New-York.

Des centaines de gilets de sauvetage ont été disposées sur la pelouse de la place du Parlement, au pied de Big Ben, ce dimanche soir à Londres. Chaque gilet installé a été utilisé par un réfugié durant son voyage depuis la Turquie jusqu'à l'île grecque de Chios, et durant lequel tous ont perdu la vie. Au total, ce sont 2 500 gilets qui représentent chacune des victimes de la crise migratoire qui frappe l'Europe. Jeudi dernier, des gilets de sauvetage avaient déjà été déposés sur les bords de la Tamise dans un but similaire.

En créant ce "cimetière de gilets de sauvetage", les organisateurs ont voulu attirer l'attention des Londoniens sur la situation complexe dans laquelle se trouvent migrants comme réfugiés, en amont du sommet des Nations unies sur la crise migratoire, qui s'ouvre au siège de l'Organisation des nations unies (Onu) à New-York aujourd'hui.193 Etats membres vont tenter aujourd'hui de trouver une réponse internationale à la crise des migrants.

Au cours de ce sommet, Theresa May, la première ministre britannique s'apprête notamment à déclarer que les réfugiés devront demander l'asile dans le premier pays qu'ils atteindront, et que la Grande-Bretagne "a le droit de protéger ses frontières".

Camille Soligo avec Loïc De La Mornais

Publié par Bureau de Londres / Catégories : Société

A lire aussi

  • Aucun article