Ashya King, le petit garçon qui a défié la Sécu britannique et vaincu le cancer.

Ashya King à son arrivée à l'hôpital de Prague en septembre 2014 (crédit: Reuters)

Rappelez-vous cette histoire qui a défrayé la chronique l'été dernier : en juillet 2014, dans l’espoir de sauver la vie de leur enfant, Brett et Naghmeh King avaient pris une décision radicale. Bravant l’avis des médecins, les deux parents avaient retiré de l’hôpital de Southampton leur petit garçon atteint d’une tumeur au cerveau pour aller le faire soigner à l'étranger. Accusés de kidnapping à l'époque, ils affirment aujourd’hui avoir pris la bonne décision. Ashya est désormais guéri.

En juillet 2014, Ashya King rentre à l’hôpital de Southampton pour se faire soigner de sa tumeur au cerveau. Le petit garçon de 5 ans ressort de son opération très affaibli, incapable de parler et de bouger. Insatisfaits par le traitement très agressif proposé par le NHS, la sécu britannique, Brett et Naghmeh King décident de trouver une solution alternative. Les deux parents envisagent un traitement de pointe, la protonthérapie. Ce dernier n'étant pas disponible en Grande-Bretagne, car jugé trop inefficace par le corps médical, ils décident de partir pour la République Tchèque. Contre l'avis des médecins, les King retirent leur fils de l’hôpital avec l’idée de vendre leur maison en Espagne pour financer le nouveau traitement. Ils sont arrêtés à Malaga avant d'avoir pu aller plus loin, le 30 août.

Pendant ce temps, la Grande-Bretagne suit avec attention l’histoire de la famille King. Les journaux accusent d'abord les deux parents d’avoir kidnappé leur fils pour des raisons religieuses. Brett et Naghmeh King pratiquent en effet le culte des Témoins de Jéhovah, qui refusent les transmissions sanguines. Le 30 août, le Sun titre ainsi : "Trouvez Ashya. Les parents l'ont arraché de son lit d'hôpital. La famille, des Témoins de Jéhovah, est en fuite".

Une du Sun, 30 août 2014

Une du Sun, 30 août 2014

Toutefois, après que les parents se soient expliqués sur leur démarche, l’opinion publique se retourne. Les Britanniques critiquent le travail de la police qui a lancé un mandat d'arrêt international et lui reprochent de faire passer les King pour des criminels. L'emprisonnement des parents en Espagne durant 72 heures, alors que leur petit garçon est à l'hôpital, est qualifié d'acte "barbare". Une pétition diffusé sur le site change.org recueille plus de 70 000 signatures. 

Une du Daily Mirror, 2 septembre 2014

Une du Daily Mirror, 2 septembre 2014

La famille est relâchée à Malaga début septembre, après l’intervention d’un avocat. Les autorités britanniques se rangent ensuite de leur côté en mettant fin aux poursuites.
Le petit Ashya est enfin admis au Proton Therapy Center de Prague, puis est transféré à l’hôpital de Marbella, en Espagne. C’est ce même hôpital qui vient d’annoncer la guérison d’Ashya, dans laquelle la protonthérapie a joué un rôle essentiel. Même si la guérison consiste en réalité en une période de 5 ans sans rechute, les tumeurs d'Ashya ont pour l'instant disparues.

Une du Sun, 23 mars 2015

Une du Sun, 23 mars 2015

Dans une interview donnée au Sun, Brett et Naghmeh King expliquent : “Si nous avions laissé Ashya entre les mains du NHS, il n’aurait probablement pas survécu. Nous l’avons sauvé”. “Fous de joie”, les deux parents considèrent que la guérison de leur fils relève du “miracle” .

Juliette Perrot, avec Loïc de La Mornais 

A lire aussi