Une publicité pour un coiffeur londonien fâche la Corée du Nord

Tous les moyens sont bons pour attirer la clientèle dans un salon de coiffure ! Et pourquoi ne pas interpeller les passants avec la dernière coupe « tendance » de Kim Jong-un ? Un salon situé à l’ouest de Londres vient justement d’exposer en vitrine une affiche peu flatteuse à son égard.

Un poster à l’effigie du dirigeant nord-coréen précisant « Tête des mauvais jours ? Rabais de 15% sur toutes les coupes masculines durant le mois d’avril » est au cœur d’une polémique. Cette publicité ferait suite aux rumeurs qui circulent relatives à la décision du gouvernement d’imposer aux hommes le style capillaire bien spécial de Kim Jong-un.

Une plaisanterie de « mauvais goût »

Manque de chance, le salon de coiffure a attiré une clientèle bien particulière. Situé à deux pas de l’Ambassade de la Corée du Nord, le coiffeur a reçu la visite de deux diplomates offensés. Ils ont rapidement réclamé des explications et exigé que l’affiche soit retirée. Mo Nabbach, gérant de l’établissement, témoigne : « Je leur ai dit qu'on était en démocratie, que ce n’était qu’un poster et qu’on avait l’habitude de mettre en vitrine des photos de célébrités ». Ce à quoi ils ont riposté : « Ce n’est en aucun cas une célébrité ; c’est notre Cher Dirigeant ! ».

Selon une source diplomatique britannique, les responsables de l’Ambassade de la Corée du Nord ont officiellement demandé au Foreign Office de prendre « des mesures nécessaires » pour mettre fin à cette « provocation ». La police de Londres, ayant également reçu une plainte, a fait savoir que l’affaire était classée au motif qu’aucune infraction n’avait été commise.

Par méfiance, Mo Nabbach a retiré son affiche publicitaire, et affirmait malgré tout : « L’ironie dans cette histoire après réflexion, c’est que cette coupe n’est pas si mauvaise si on y apporte quelques corrections ! » Comme quoi, toute coupe ratée peut être rattrapée !

Zoé Loporto avec Loïc de La Mornais

Suivez nous sur Facebook et nos reporters sur Twitter :

@france2londres / @thomasdonzel / @becksunyer / @NicBoothby

 

 

A lire aussi