L'obésité en Angleterre, un problème sanitaire majeur

Alors que de nouveaux chiffres viennent confirmer l'ampleur des problèmes de poids en Angleterre, une petite ville au centre du pays expérimente une méthode de lutte contre le surpoids très originale.

On savait déjà que l'obésité était un fléau en Angleterre, on sait maintenant où se trouvent les populations les plus touchées. Selon une enquête réalisée par le Public Health England, le district qui compte proportionnellement le plus d'obèses serait donc Copeland. Sur les quelques 70 000 habitants du district, près de 76% sont considérés comme étant en surpoids voire obèses. Arrive juste derrière Doncaster, une ville moyenne située à une cinquantaine de kilomètres de Manchester. 75% de sa population y est également en surpoids. Pour rappel, en France, près de 40% de la population connaît des problèmes de poids.

La géographie de l'obésité anglaise correspond globalement à celle des inégalités sociales. Les régions les plus pauvres, le nord-est, le nord-ouest...sont celles les plus touchées par le phénomène. C'est ainsi que, sans surprise, les quartiers aisés de Londres, comme Kensington ou Chelsea, figurent parmi les plus "minces" du pays.

Alors qu'en Angleterre, une partie de la politique de prévention sanitaire est prise en charge par les collectivités locales, ces chiffres se veulent un indicateur des progrès à effectuer.
A Stoke-On-Trent, dans les environs de Birmingham, on a même mis au point un système d'envoi de messages téléphoniques. Les personnes participant à ce programme, seul en son genre, reçoivent plusieurs fois par jour des SMS censés les dissuader de manger trop gras, les pousser à faire du sport... "Il s'agit de prendre des mesures avant que les gens aient besoin d'une aide médicale, ce qui coûte très cher et est personnellement perturbant", explique un porte parole de la municipalité. Ses détracteurs voient dans ces messages le risque de dommages psychologiques encore plus graves pour les "patients" ainsi qu'une dépense de 10 000 livres complètement inutile.

La situation ne devrait pas aller en s'arrangeant. Selon les prévisions du National Obesity forum près d'un anglais sur deux pourrait être obèse d'ici 2050.

L'accès aux chiffres en version originale

 

Maxime Bayce avec Loïc de La Mornais

A lire aussi