Congé parental : Paris joue petit bras

C'est un revers pour la Commission européenne et pour les défenseurs inconditionnels de l'égalité hommes-femmes. Au Luxembourg, le 21 juin, une majorité d'états dont la France ont largement vidé de sa substance le texte ambitieux proposé par Bruxelles et qui prévoyait un congé parental d'au moins quatre mois non transférables (par parent et par enfant) rémunéré comme un arrêt maladie. L'objectif initial était d'inciter les pères à participer plus activement à l'éducation de leurs enfants.

Le compromis retenu par les ministres du travail affirme que ce congé devra être rémunéré "de façon adéquate", sans apporter plus de précisions. De son côté, Emmanuel Macron avait mis en garde le Parlement européen en avril dernier : "les congés parentaux payés au niveau d'une indemnité maladie journalière, c'est une belle idée, qui peut coûter très cher."

Manque d'ambition européenne, au delà des grands discours sur l'Europe sociale, la députée européenne Elisabeth Morin-Chartier espère que le texte adopté par le Parlement européen sera meilleurs.

Billets sur le même sujet :

  • Aucun billets associés