Carnaval de Rio et Zika : un cocktail explosif

D.R. Flickr - coniferconifer

Depuis le mois de décembre, le Brésil est en état d’urgence sanitaire, victime de cette épidémie étrange et monstrueuse qui touche les nourrissons ou les bébés à naître: Zika.

À l’aube du Carnaval, l’épidémie de ce virus pourrait prendre une ampleur sans précédent. La France a d’ailleurs déjà commencé à alerter ses ressortissants, en particulier les femmes enceintes, via le site « France Diplomatie », en les invitant à reporter leur séjour ou à l’annuler pendant la période du Carnaval. Face à l’affolement de la communauté internationale, le Brésil met en place des mesures d’endiguement du virus.
Bien que l'état d’urgence ait déjà été déclaré en novembre dernier, le Carnaval pourrait donner lieu à un « cocktail explosif » selon les épidémiologistes. Le regroupement de milliers de personnes peu vêtues, couplé aux risques de pluies, donc de stagnation d’eau, et à la grande quantité de détritus laissés dans les rues, créeraient un terrain propice à la prolifération du moustique Aedes Aegypti, responsable de la propagation du virus Zika.

Les agents du département sanitaire de Rio au Sambodrome. D.R. OGlobo.com

Les agents du département sanitaire de Rio au Sambodrome. D.R. OGlobo.com

A situation exceptionnelle donc, mesures exceptionnelles. Le gouvernement a permis l’aspersion d’insecticide sous forme de fumée, pourtant très controversée en raison de ses effets sur l’environnement et sur la santé. Symbole du Carnaval de Rio, le Sambodrome, a pu bénéficier de ce traitement. Les insecticides viennent d’être diffusés sous l’œil de nos journalistes. La diffusion de fumée sera utilisée jusqu’au début des Jeux Olympiques dans l’espoir de limiter la propagation du virus avant le plus grand événement organisé à Rio.
Bien que le mois d’août, mois des JO, soit moins propice à la propagation du virus, le Ministère de la Santé et les différentes mairies sont prêts à tout pour endiguer la crise et rassurer la communauté internationale.

Dans sa volonté de diffuser au mieux les mesures de prévention, le Gouvernement a décidé de joindre le ludique à l'informatif, comme l'illustre son site Internet. Lorsque l'on accède au portail, trois moustiques se déplacent sur la page. Si l'on clique sur l'un deux, on peut voir apparaître le message suivant :

portalgoverno

Il ne suffit pas simplement de tuer le moustique. Nous ne pouvons pas le laisser naître. Et cela dépend de chacun de nous. Voyez comment participer. #ZikaZero

A cette heure, ce sont environ 3.500 cas de microcéphalies reliés au virus Zika qui ont déjà été détectés, dont 122 dans l’Etat de Rio. Une maladie qui touche les nouveaux nés mais aussi les foetus, et qui provoque une réduction de la taille du cerveau pouvant être mortelle.
D’autres points touristiques et lieux des compétitions ont aussi été déjà soumis à une première inspection des zones de potentielle accumulation d’eau. A ce jour, plus de trois milles agents de vigilance environnementale sont en place dans la ville : la surveillance doit être constante. La ville a notamment pour objectif de former les fonctionnaires et la population à repérer n’importe quelle stagnation d’eau, qu'il s'agisse d’un verre en plastique ou de trous d’eau de pluie. Dans les agglomérations plus petites, où les moyens sont moindres, la mobilisation est également en place. Ainsi, 220 milles militaires seront déployés dans 258 municipalités.

Certains cariocas prennent activement part à cette campagne d'information, prenant la prévention contre les risque du Zika comme thème de bloco (groupement populaire défilant dans les rues avant et pendant le carnaval). Des déesses et dieux représentant les Jeux Olympiques ont ainsi défilé avec des bannières arborant « Non au zika »

Pour en savoir plus sur le virus Zika.

Fanny Lothaire et Marie Ndenga Hagbe

Related Posts: