Scandale retentissant dans les services allemands de l'immigration

DPA

Après avoir accueilli depuis 2015 près de 1,4 millions de réfugiés, l’Allemagne fait face à un scandale d’une ampleur inédite : à Brême, des milliers de demandeurs d'asile auraient bénéficié de passes-droits. L'affaire éclabousse le précédent gouvernement mais aussi l'actuel.

Soupçons de corruption

La confiance des Allemands en leur système d’asile est fortement ébranlée. Tous les jours, la presse dévoile de nouveaux aspects de l’affaire du Bamf, le bureau fédéral pour les migrations et les réfugiés. Entre 2013 et 2016, la services de Brême auraient accordé l’asile à au moins 1176 personnes, sans respecter les procédures et les conditions d’octroi. Des délinquants et des auteurs de violences déjà condamnés auraient obtenu des titres de séjour, ce qui pose la question du traitement des demandes de personnes radicalisées. L’ancienne directrice, qui était en poste depuis le début des années 1990, aurait privilégié certaines demandes par rapport à d’autres, pour des raisons qui n’ont pas encore été élucidées. Mais la piste de la corruption est évoquée: des virements à des comptes externes effectués par ses services, à hauteur de 8,5 millions d’euros, notamment à des cabinets d’avocats, sont en cours de vérification.

L’affaire révèle de potentielles failles de sécurité importantes et fait douter de la légitimité avec laquelle l’asile est octroyé en Allemagne. Pas moins de six enquêtes sont en cours pour “corruption et incitation à la demande d’asile abusive en bande organisée” contre l’ancienne directrice, des avocats et un interprète. Le parquet, la cour des comptes, la police fédérale et la police criminelle, l’office de la protection de la constitution et une société d’audit ont lancé des investigations sur cette affaire. Elles devront déterminer si un système organisé d'achats de titres de séjour était en place à Brême ou si les services locaux, débordés comme tous les autres en Allemagne au moment de la crise de 2015, n'avait pas les moyens et le temps de bien examiner toutes les demandes.

Qui savait quoi ?

La question qui enflamme maintenant l’Allemagne est celle de la responsabilité des dirigeants du Bamf et de l’État : qui était au courant de quoi, à quel moment, et quelles mesures ont été prises, avec quels délais ?
L'affaire a été révélée au public il y a quelques semaines seulement, alors que l
a direction du Bamf était au courant des irrégularités dès 2014, la directrice du bureau de Brême n'étant suspendue qu'en 2016. La nouvelle présidente du bureau au niveau fédéral, la juriste Jutta Cordt, a été informée des problèmes à Brême dès sa nomination en 2017, mais est restée passive. Vivement critiquée, elle risque de perdre sa place. Son bureau tombe sous la responsabilité du ministère de l’Intérieur, à la tête duquel a été nommé en mars l’ancien premier ministre conservateur de la Bavière Horst Seehofer. Même s’il n’était pas en poste au moment des dérives, il doit aujourd'hui répondre des retards dans l’enquête.

Mardi dernier, Jutta Cordt et Horst Seehofer ont été entendus par une commission du Bundestag (parlement) allemand, où le ministre n’a pas reconnu de faute personnelle mais s’est excusé publiquement au nom du gouvernement. Le pouvoir de décision a été retiré aux services de Brême et 18 000 dossiers seront ré-examinés sur place, mais aussi dans dix autres régions où le nombre de demandes d'asiles accordées est au-dessus de la moyenne nationale.

L'affaire pourrait remonter au plus haut niveau

Puisque les faits se sont déroulés sous l’ancien gouvernement, le Bundestag prévoit d'organiser une deuxième salve d'auditions qui devrait mettre en cause l’ancien ministre de l’Intérieur Thomas de Maizière, l’ancien président du Bamf, Frank-Jürgen Weise, et l’actuel ministre de l’Économie Peter Altmaier, qui avait été chargé à l'époque par Angela Merkel de coordonner la gestion de la crise des réfugiés. La chancelière elle-même est visée par de nouvelles révélations depuis ce week-end : d'après le journal Bild am Sonntag, la chancellerie aurait été mise au courant du chaos au Bamf dès début 2017 par Frank-Jürgen Weise, quand ce dernier quittait son poste. Deux entretiens privés et un rapport sur l'état du service n'auraient pas suffit pour faire agir Angela Merkel. 

Le scandale prend désormais une dimension politique, au moment où grandit le soupçon que la chancelière aurait fermé les yeux pour des raisons politiques. L'extrême-droite l'accuse depuis longtemps d'avoir provoqué une vague d'immigration incontrôlée, en décidant d'ouvrir les frontières en 2015, des critiques que l'on maintenant entendre au sein de son propre parti, la CDU. Des membres du SPD, le parti social-démocrate partenaire d'Angela Merkel dans la grande coalition, exigent que la chancelière prenne position par rapport à ces accusations et explique son rôle dans l'affaire. Le vice-président du SPD, Ralf Stegner, a même déclaré qu'elle porte l'entière responsabilité pour la "perte de contrôle de l'institution la plus importante de la politique d'accueil".

Jusqu'ici la chancelière a gardé le silence sur cette affaire. Le parti d'extrême-droite AfD et les libéraux du FDP réitèrent, eux, leur exigence: la mise en place d''une vraie commission d’enquête pour élucider le fond de l’affaire, et déterminer qui en sont les véritables responsables - jusqu'au plus haut niveau.

 

Par Anja Maiwald

A lire aussi

  • Aucun article