La ferveur de la Coupe du monde en Allemagne

Supporters allemand pendant la Coupe du monde en 2006 à Bochum

Ulysse Coulon, Französisches Gymnasium de Berlin

Et c'est reparti pour un tour ! La Coupe du monde au Brésil enflamme l'Allemagne. Et comme la Nationalmannschaft a cette fois une réelle chance de l'emporter, les Allemands sont d'encore plus fervents supporteurs. Il faut savoir que l'équipe nationale a toujours été très importante pour les Allemands. Vue comme un symbole d'unité nationale, les matchs de la Nationalmannschaft sont les seules occasions qui permettent de sortir les drapeaux allemands sans être soupçonné de nationalisme douteux. L'enthousiasme pro-allemand qui envahit alors l'Allemagne à chaque Coupe du monde est tellement puissant que certains observateurs considèrent le football comme un élément majeur du système allemand d'intégration. Petit horizon de cette ferveur allemande :

L'initiative "WM-Wohnzimmer" :

Il s'agit là d'une belle opération de publicité pour le FC Union, club de football de Berlin-Est évoluant en 2ème ligue: les dirigeants du club ont invité chaque Berlinois qui le souhaitait à venir s'installer dans leur stade pour regarder les matchs de la Coupe du monde. Seulement, ils les ont invités à venir avec.... leurs canapés ! Les dirigeants du club écoutaient les slogans scandés par le public, et ils ont entendu "Nous sommes chez nous; dans notre salon ". Et voilà comment 750 canapés se sont retrouvés sur la pelouse du stade, devant un écran géant et dans un décor de salon... Les canapés sont surveillés, étiquetés et couverts s'il pleut. Et 12 000 personnes (car les autres visiteurs vont dans les gradins) se réunissent ainsi chaque soir dans le plus grand salon d'Allemagne.

 Reportage France 2 d'Arnaud Boutet, Nicolas Metauer et Pierre Malacarnet

La "Fanmeile"

Le dispositif géant déployé pour la Coupe du monde par la mairie de Berlin a une capacité de 100 000 spectateurs. Là-bas se côtoient les stands de bière, de "currywurst" et les écrans géants. L'espace est dédié à la fête des supporteurs allemands, il s'étend  sur l'avenue du 17 juin au pied de la porte de Brandebourg sur près de 700 m et il est libre d'entrée. Le tout est ouvert pour les matchs allemands lors des poules et pour tous les matchs à partir des huitièmes de finale.

Plus d'informations ici. Ci-dessous une photo de la Fanmeile lors du match Allemagne-Portugal le 16 juin 2014 :

World Cup 2014 - Fanmeile Berlin

 

Les "WM-Songs" : 

Voici une dernière petite pépite allemande: les chansons de Coupe du monde. Explications: les Allemands adorent composer leur chanson pendant la Coupe du monde. Voici donc une petite sélection rien que pour vous:

Top 5 des plus mauvaises/drôles WM-songs (rayez la mention inutile):

5ème : Ces honorables dames originaires du Palatinat d'une cinquantaine d'années nous déclament leurs connaissances sur les joueurs de l'équipe nationale, tout en soupirant "il est tellement sexy, je veux partir avec eux au Brésil !" Elles continuent en se demandant pourquoi Ribery ne joue pas sous les couleurs allemandes et finissent sous un air de samba. Elles n'en restent pas moins sympathiques et amusantes avec leur bonne humeur…

4ème : "Die Ganter" originaires de la région de la Frise orientale confirment bien la confiance qui règne en Allemagne à propos de l'équipe: "4:0 pour l'Allemagne, le football est un rêve" ;"Nous allons ramener la Coupe !" La vidéo tournée avec un téléphone et la musique mixée sur l'ordinateur portable de la maison nous révèlent une chorégraphie bien étrange…

3ème : Nous arrivons au podium avec du lourd: Melanie Müller est une ex-star porno saxonne qui a décidé de se mettre à la chanson. Résultat avec "Deutschland schießt ein Tor" [L'Allemagne a mis un but], nous avons un clip répétitif avec une musique on ne peut plus commune sur une mélodie bien connue des Allemands. On voit Melanie et ses amies battre deux hommes inexistants sur le terrain. La fin est également de très bon goût, puisqu'on y voit Melanie dévoilant son soutien-gorge pour troubler le gardien et mettre un but. Vos oreilles sont en lambeaux ? Ce n'est même pas fini.

2ème : "Haut ihn rein" [Enfonce le dedans] n'est pas mal non plus: son auteur, un adolescent de 15 ans de Thuringe, nommé Fritz, avec appareil dentaire et cheveux hirsutes, a connu le succès il y a peu sur le web allemand grâce à une autre chanson où il déclarait son amour pour un plat régional (Thüringer Klöße). Ici, il nous clame des paroles idiotes telles que: "Battez vous sans peur, battez vous pour le titre, montre ce que tu peux, montre ta force !" Le tout scandé sur une musique, qu'un club d'aquagym du club Med ne renierait pas. Le refrain ("Met un but, nous sommes derrière vous !") est suivi d'une séquence publicitaire où Fritz s'adresse à vous: "Hey, je soutiens l'équipe allemande avec ma nouvelle chanson que vous pouvez acheter sur Amazon et Itunes". Bravo Fritz pour ce soutien totalement désintéressé.

1er: Après Fritz, vous vous demandez vraiment ce qui pourrait être pire. Et bien voilà, ce policier berlinois, "musicien" depuis 2000 qui chante : "Nous allons au Brésil" accompagné par sa femme. Derrière, une ancienne danseuse du ventre, qui a peut-être perdu l'âge pour de telles activités, se trémousse comme elle peut. Le meilleur étant le chien se grattant l'oreille devant le trio et restant perplexe devant autant de merveilles artistiques.

Deux chansons plus professionnelles :

Car oui, même les vrais chanteurs s'y mettent. La musique et les clips sont quand même de meilleure qualité même s'ils ne plairont peut-être pas à tous. En voici donc deux :

1- Le groupe OIS EASY est bavarois et il a pleinement confiance en son équipe : "C'est phénoménal ! Nous ramenons la coupe ! L'Allemagne va être championne après autant d'années !" On verrait bien la chanson "Wir holen den Pokal" [Nous ramenons la coupe] dans un film Disney.

2- Et voici le plus hip hop: "Nous sommes prêts, nous n'avons qu'un seul but : ramener le gros truc, le gros truc ! Ca ne sera pas facile, nous le savons". Avec Cro, le chanteur allemand, le Kaiser Franz (Beckenbauer) en personne et d'autres invités connus, Mister Santos s'affiche comme un concurrent sérieux pour Fritz avec sa chanson "Das dicke, dicke Ding".

La vrai chanson:

Et voici maintenant l'indétrônable chanson, très connue par les supporteurs allemands: "Schwarz und weiß" [Noir et blanc] du nom des couleurs. Elle date de 2006, mais elle reste dans les coeurs et résonne toujours souvent dans la Fanmeile. Est-ce qu'une autre chanson ci-dessus réussira à prendre cette place, presque officielle, de chanson allemande de la compétition ? Nous parions que non.

 

 

[Mise à jour 13 juillet 2014: l'Allemagne gagne la Coupe du Monde. L'effet Fritz...]

A lire aussi

  • Aucun article