L’impression 3D au service des handicapés

Au sein du Rehab-Lab du Centre Mutualiste de Rééducation et de Réadaptation Fonctionnelles de Kerpape, les patients handicapés sont accompagner dans la conception de leur propre équipement d'assistance sur-mesure.

Manettes de fauteuil roulant électrique, ustensiles pour manger plus facilement, portes-sondes... Un centre de rééducation du Morbihan s’est lancé un défi : accompagner les handicapés dans la création de leur propre équipement d’assistance taillé sur mesure.

Vous pensiez que les "fab labs", ces laboratoires de recherche et développement exploitant modélisation numérique et impression 3D, n’étaient réservés qu’aux geeks et aux acteurs spécialistes du design artistique ou industriel. Le Centre Mutualiste de Rééducation et de Réadaptation Fonctionnelles de Kerpape (CMRRF) à Lorient (Morbihan) s’est lancé comme défi de mettre ce concept à la portée des handicapés.

Pari tenu ! Le Rehab-Lab (Rehab pour réhabilitation) a été ouvert par le CMRRF en février 2016, avec pour objectif d’accompagner les handicapés dans la création de leur propre équipement d’assistance. Depuis, une centaine de patients ont pu en bénéficier.

Une démarche innovante issue de la Silicon Valley

"Nous mettons à disposition des patients un logiciel pour modéliser n'importe quel objet : manettes de fauteuil roulant électrique, ustensiles pour faciliter l’alimentation, portes-sondes... Ils sont avec un ergothérapeute et un ingénieur, qui les assistent sur les aspects ergonomiques et numériques de la conception 3D de l’équipement recherché", explique Willy Allègre, initiateur du projet Rehab-Lab avec Jean-Paul Departe, et comme lui ingénieur. "Nous sommes les seuls en France à fonctionner avec ce triptyque : patient-ergothérapeute-ingénieur".  Dans la droite ligne de la logique des "fab labs", "l’objectif est de faire du patient un acteur pleinement autonome", explique Willy Allègre. C’est l'application du "do it yourself", ou "faire par soi-même", en français.

Poignée ergonomique créée sur-mesure

Ici, une poignée ergonomique créée sur-mesure au sein du "fab lab" du CMRRF.

Une fois l’objet dessiné sur l’écran, une imprimante 3D permet de le fabriquer sur place via un procédé de production en 3 dimensions. "L’impression 3D présente pour avantage d’optimiser les coûts de création de dispositifs d'aide technique sur-mesure, ce qui nous permet d’ouvrir cette possibilité au plus grand nombre. C'était aussi l'un de nos objectifs en créant ce fab lab", ajoute Jean-Paul Departe.

Essaimer dans toute la France

"Créer ainsi mon porte-sonde a été le début d'un quotidien plus facile pour moi", explique Erwan Malledan, tétraplégique, qui a pu bénéficier pour la première fois cet été du Rehab-Lab. Un nom qui illustre la philosophie de la démarche.

erwan

Erwan Malledan, tétraplégique de 25 ans, a pu bénéficier du Rehab-Lab de Lorient. A droite de la photo, sur le chariot médical : le porte-sondes qu'il a pu concevoir.

Ancien mécano, Erwan Malledan s’était déjà adonné aux logiciels de modélisation 3D au cours de ses années de BTS en matériel agricole en Bretagne (notamment pour apprendre à modéliser des équipements de tracteurs). "En revanche, c’était la première fois que je voyais fonctionner une imprimante 3D. C’était à la fois intéressant, mais aussi assez impressionnant de voir apparaître un objet que je venais de concevoir sur écran", témoigne-t-il.

A l’occasion du Salon des expérimentations et innovations solidaires organisé mi-octobre par l’école Askoria de Rennes, Willy Allègre et Jean-Paul Departe ont présenté la prochaine phase du projet : lancer un programme de formation à destination des ergothérapeutes partout en France souhaitant s’orienter, à leur tour, vers une démarche de "fab labs".

Pour en savoir plus :

Publié par Clara Crochet-Damais / Catégories : Non classé

Related Posts:

  • No Related Posts