La mémoire bafouée du général Dumas, fils d'esclave, père d'Alexandre et héros de la Révolution

Le général Alexandre Dumas (1762-1806), peinture d'Olivier Pichat, photo de Bruno Arrigoni — Musée Alexandre Dumas, Villers-Cotterëts  Wikimedia Commons 

Ainsi la municipalité de Villers-Cotterêts, conquise par le FN aux dernières municipales, n'a rien eu de plus pressé que de supprimer la commémoration de l'abolition de l'esclavage ce 10 mai.

Vous avez bien lu : Villers-Cotterêts, cette petite ville de l'Aisne où est né Alexandre Dumas, en 1802. Et où, dix ans plus tôt, un jeune soldat métis du même nom, engagé dans le régiment des dragons de la Reine, avait épousé une enfant du pays, Marie-Louise Labouret, et fondé une famille avant d'y être enterré.

Le fils d'un comte normand et d'une esclave de Saint-Domingue

Fallait-il une nouvelle fois cracher sur la tombe du général Dumas, héros de la Révolution auquel la France a si peu et si mal rendu hommage ?

Car elle est longue, la liste des avanies subies par le comte Thomas Alexandre Davy de la Pailleterie,  né en 1762 à Jérémie, dans la moitié française de l'île de Saint-Domingue (aujourd'hui Haïti), d'un père noble et d'une mère esclave, Marie-Cessette Dumas.

A cette figure exceptionnelle,  le journaliste américain Tom Reiss a consacré une passionnante biographie (Dumas, le comte noir, Gloire, révolution, trahison : l'histoire du vrai comte de Monte-Cristo). Tout autant qu'une vie hors du commun, il nous raconte, avec foultitude de précisions, le cadre colonial, l'épopée révolutionnaire et l'ascension d'un Napoléon traître aux idéaux républicains.

Le livre débute en Haïti, où un nobliau, probablement chassé par son frère aîné, un planteur fortuné, s'enfuit dans un coin de Saint-Domingue tenu par des contrebandiers. Il y prend pour compagne une esclave noire.  Plusieurs enfants naissent, mais il ne ramène dans sa Normandie natale, après trois décennies passées sur l'île caribéenne, que son fils favori, Thomas Alexandre, alors âgé de 14 ans.

Dans la France pré-révolutionnaire, naissance du débat abolitionniste

Nous sommes au tournant des années 1780, dans la France pré-révolutionnaire. Celle des Lumières où des avocats abolitionnistes multiplient les procès pour obtenir l'affranchissement des esclaves, au grand dam du lobby colonial.

Les planteurs et leurs soutiens politiques s'emballent, et racialisent le débat. Le 7 août 1775, rappelle Tom Reiss, "Louis XVI signe la "Déclaration pour la police des Noirs". Premier texte à visée ouvertement raciale, ce code défendait l'entrée du royaume à tous les Noirs et gens de couleurs et appelait à déporter aux îles tous ceux qui s'y étaient introduits ou y résidaient illégalement".

Libre puisque fils d'un homme libre qui l'a officiellement reconnu, le débat ne concerne pas, à priori, le jeune Thomas Alexandre. L'adolescent, qui poursuit ses études à Paris, brille en équitation et à l'escrime où il est formé par le chevalier de Saint-Georges, meilleur épéiste d'Europe, lui aussi métis. Mais le jeune comte se heurte aussi au racisme.

Un héros de la Révolution 

Le grand vent de la Révolution semble balayer ces menaces et va offrir des formidables opportunités à Thomas Alexandre. Désargenté, en froid avec son père, il s'engage à 24 ans dans le régiment des dragons de la reine sous le nom de sa mère, Dumas, prénom, Alexandre.

En garnison à Villers-Cotterêts, il tombe amoureux de la fille d'un aubergiste. Celui-ci ne pose qu'une condition au mariage: que le sous-officier revienne maréchal des logis. Il reviendra en lieutenant-colonel, puis en général.

Envoyé en Vendée, il tente de calmer les exactions des troupes révolutionnaires, au point de mériter le nom de "Monsieur de l'Humanité". Ironique de la part des soldats, mais, à postériori, infiniment élogieux. Puis il s'illustre, en plein hiver, dans la bataille du Mont-Cenis, dans les Alpes. C'est le début de ses contacts -rugueux- avec Bonaparte, qui l'embarque dans la campagne d'Egypte, où sa haute stature et son courage terrifient les troupes adverses.

Trahi par Napoléon

Au retour, il est fait prisonnier en Italie, et sa détention sera un calvaire. Il revient malade de ces deux années de captivité et meurt peu après, en 1806, laissant derrière lui une veuve et trois enfants,  dont un futur romancier prolixe.

L'auteur des Trois Mousquetaires gardera toute sa vie de son père (qu'il vit un jour sauver quelqu'un de la noyade) un souvenir émerveillé. Mais il se rappellera aussi d'un homme abandonné par ceux qu'il aida dans la course aux honneurs et au pouvoir. Et d'abord par Napoléon, l'empereur qui revient, en 1802, sur la décision révolutionnaire d'abolir l'esclavage dans les îles sucrières.

Cet empereur qui avait envoyé le général Dumas en première ligne en Egypte interdit désormais aux hommes de couleur de devenir officiers. Revenu de captivité, l'héroïque Dumas est une anomalie gênante, qu'il convient d'oublier. Il ne reçoit ni les honneurs ni la pension qu'auraient dû lui valoir ses exploits militaires. Le jeune Alexandre, devenu orphelin de père à quatre ans, n'a pas les moyens de poursuivre ses études.

Depuis, "la patrie reconnaissante" a-t-elle honoré le général Dumas, soldat valeureux et humaniste ?  Pas vraiment. Une statue financée par une souscription publique auprès d'un petit comité de fidèles d'Alexandre Dumas (le romancier) avait été érigée à l'automne 1912 dans le XVIIe arrondissement, parisien puis détruite par les nazis pendant l'hiver 1941-1942.

A l'initiative de de l'Association des amis du général Dumas et de l'historien Claude Ribbe, un autre de ses biographes (Le diable noir), une sculpture à sa mémoire, "Fers", inaugurée par Bertrand Delanoë, se dresse depuis 2009 place Malesherbes à Paris. Mais le plus bel hommage à cette figure d'exception reste cette enthousiasmante biographie venue d'outre-Atlantique, et récompensée en 2013 du prix Pulitzer.

-> Dumas, Le comte noir, Gloire, Révolution, Trahison : l'histoire du vrai comte de Monte-Cristo , Biographie, Tom Reiss (Flammarion, 23 euros)

A lire aussi

  • Pas Tropcon

    Ce maire est une honte pour cette ville. Il faut le destituer rapidement, car d'autres "méfaits" ne tarderont pas à être commis.

    • Pluton92

      La logique de votre raisonnement, la puissance de vos arguments, l'originalité de vos thèses provoquent chez moi un profond émerveillement et une admiration sans bornes à votre égard.

    • AntiFa00rfelu

      Comment parler de démocratie quand on n'en refuse les règles... DESTITUER, bravo l'artiste.

  • FLUCAS

    La commémoration aura lieu quand même sans lui... et c'est tant mieux parce qu'il aurait sans doute rajouté un discours débile à ses âneries...

    • AntiFa00rfelu

      Il est libre et a été élu par des gens comme lui qui en ont assez de la repentance perpétuelle, ne vous en déplaise...

      • laine

        Je suis désolé pour " L'Association des Amis du général Dumas" mais il me semble qu'une manifestation de 300 personnes dans une ville de je crois savoir plus de 10000 habitants n'est pas le reflet de la majorité .Il va falloir je pense que certains Français revoient leur leçons de morale et révisent leur leçons de Démocratie .

        Sincères Salutations

        • Bivillus67

          Je vous félicite pour votre brillante réflexion, je vous propose d'abolir dans ce cas :
          - le 1er mai.
          - le 8 mai.
          - le 14 juillet.
          - le 1er novembre.

          et je vous en passe. Car si nous suivons votre "brillant" raisonnement, les personnes rassemblées devant un édifice pour une commémorer un souvenir historique, quelque peu soit leur nombre, suffirait à motiver l'annulation d'une commémoration. Je vous conseille de réviser votre histoire. L'homme n'est rien sans son histoire… Je pense que je ne foulerai jamais le sol de Villers-Côterrets (ville pourtant bien connue d'un point de vue historique)… Pour terminer, ne confondez pas la démocratie avec vos calculs...

          • Pluton92

            Quoi que fasse ou ne fasse pas ce maire, on retrouvera les mêmes attitudes de ces bien-pensants qui ne veulent plus mettre les pieds dans une ville parce que son maire est FN. Mais quand on leur demande ce que le FN leur a fait, il sont incapables de s'expliquer. Du Pavlov à l'état pur.

      • PoliticalAnimal

        De quelle repentance perpétuelle parlez-vous ? D'abord ce terme vient de l'extrême-droite, il serait bon de le savoir...

        Ensuite, il n'y a PAS repentance perpétuelle. Sachez que les Juifs ont eu le droit à des milliards de dollars pour les crimes (en effet) ignobles de la Shoah. Combien ont eu les descendants des esclaves ? Pas un kopeck, nada... et pourtant les effets de l'esclavage sont encore là. En effet, la fin de l'esclavage ne date en fait que de quelques générations et il faut beaucoup plus que cela pour remonter dans l'échelle sociale.

        Savez-vous par exemple que des familles békés des Antilles (donc des blancs devenus riches grâce à l'Esclavage) sont... toujours riches et possèdent des terres de cette époque ??!! Ne vous-rendez vous pas compte de l'injustice ? Essayez d'imaginer si vous étiez un fils de descendants d'esclaves voyant le fils d'esclavagiste encore riches grâce à ce passé sanglant ?

        Il n'y a JAMAIS eu de vraie pardon... et arrêtez avec ce terme de l'extrême-droite...

        • Pluton92

          Et les nombreux Européens razziés sur les côtes méditerranéennes, on les commémore quand ? Qui va verser des dédommagements aux descendants des victimes ? Les Algériens, les Turcs ??? Jamais car seuls les actes commis par quelques... Français sont un crime selon Mme Taubira qui ne veut pas "trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les « jeunes Arabes… ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes". Et les Portugais (certains), les principaux organisateurs de la traite, ils font repentance ? Et à propos, qui sont donc les agents de cette traite ?

          Alors vos prétendues commémorations, ce n'est pas de la pure hypocrisie ? Quant à vos descendants d'esclaves, je les ai vus en Guyane. Rassurez-vous, ils se reposent des durs labeurs de leurs ancêtres et gagnent très bien leur vie pour cela. Et il n'y pas qu'en Guyane.

          • PoliticalAnimal

            Ah mais vous ne savez pas lire ou quoi ?? J'ai déjà répondu à vos questions !!

            1- Nous n'avons à commémorer que ce dont nous (en tant que République et nation) avons été responsables ! (comme la rafle du Vel d'Hiv aussi, etc.). oui ce serait bien que les Turcs commémorent cela, je suis d'accord avec vous mais... ce n'est pas à nous de le faire ! Espérons qu'ils le fassent un jour certes et pour l'instant, soyons responsables et irréprochables concernant ce qui NOUS incombe.

            2- Vous semblez en plus de la lecture, avoir du mal avec le chiffres et les ordres de grandeur. L'ordre de grandeur du commerce triangulaire, sa systématisation, son industrialisation (il s'agissait vraiment du industrie), ses méthodes modernes (un peu comme pour la Shoah d'ailleurs) font que le nombre de morts, blessés et déplacés et surtout de vies horribles d'esclaves est INCOMPARABLE à celui des razzias turques ou ottomanes. On parle de plusieurs décades au-dessus !! (soit des dizaines et des dizaines de fois plus). Une simple lecture de Wikipédia ou d'un bon livre d'histoire vous le fera comprendre... mais bien sûr vous préférez crier à la repentance et utilisez les termes de l'extrême-droite au lieu de réfléchir par VOUS-MÊME.

            Allez un petit effort d'honnêteté intellectuelle et je suis sûr que vous pouvez changez, non pas d'avis, mais de perceptive et comprendre que ce sont deux choses différentes.

            Cordialement (eh oui j'espère qu'un jour les Turcs commémoreront leurs turpitudes... mais ce n'est pas à nous de le faire).

        • Francois Beaulier

          Oh la la... mon pauvre monsieur il semble que vous soyez bien amère... Connaissez vous les Antilles ???? Apparemment non ! Allez faire le tour des nombreuses îles (françaises et autres), et revenez en parler après. Merci.

        • AntiFa00rfelu

          Mon pauvre Monsieur, les riches sont toujours riches quelque soit leur couleur, je n'ai aucunement l'intention de me repentir pour des faits dont je ne suis responsable, et notre nation n'a pas à se repentir perpétuellement ne vous en déplaise, de plus vous feigniez d'ignorer que les tribus africaines vendaient au Blanc (entre autre...) leurs prisonniers de guerre et étaient donc parti prenante en quelque sorte de leur misère...
          Je n'ai jamais cautionné l'esclavage (qui fut pratiqué par d'autres et que vous ne dénoncez guère...) et n'ai aucune leçon à recevoir des destructeurs de ma nation qui sous le couvert de cette pensée unique nauséabonde tante de nous avilir.
          Vous avez comme beaucoup l'amnésie sélective.

  • hgo04

    lol... le nombre de fois où la république a été bafouée par le gauche... elle bafoue même ses électeurs...

    Nous n'en sommes plus à ça pret.. quant à l'histoire, il suffit de voir ce que Mme la ministre a écrit sur l'esclavage, pour comprendre que bafoué, de nos jours, c'est la norme!

    En parlant de bafoué, où en sommes nous pour abolir l'esclavage dans le monde.??? SOUDAN etc... même une secte reconnait vendre des jeunes filles au "marché, comme ils disent!

    Ha oui.. nous sommes un chouia occupé à débafouer la Russie...

    Allez, les outrés d'alliance... vivement qu'on destitue le roy de france pour mettre en place un vrai système démocratique, la goche, vous ne représentez plus guère de monde...

  • Pluton92

    Vous n'y êtes pas, il s'agit de centaines de millions de victimes au moins. Sinon de milliards. Curieux tout de même que la traite ait été organisée pour tuer des personnes que les organisateurs ne pouvaient évidemment plus vendre. Comme c'est bizarre ! Que de sottises on peut écrire sous l'empire de la bien-pensance !!!!

  • hgo04

    NOS fautes?? vous avez fauté vous?? moi non... Mes ancêtres non plus..

    Alors commençons:

    1 - Commençons à demander aux arabes de reconnaitre leurs participations, que dis je, leurs activités primaires et primordiales dans l'esclavagisme
    2 - Demandons aux noirs de reconnaitre leurs participations, que dis je, leurs activités primaires et primordiales dans l'esclavagisme
    3 - Demandons aux américains, premiers importateurs d'esclaves au monde, de reconnaitre
    1 - Leurs participations actives dans ce commerce africains*
    2 - L'extermination et les mauvais traitements aux véritables américains, les sioux etc etc..

    Demandons aux africains de cesser de pratiquer l'esclavage, de vendre des filles sur le marché aux esclaves, d'employer des enfants soldats, et esclaves dans les champs

    Allez y, demandez... Je ne ressens aucune culpabilité dans l'esclavage, mes ancêtres ne l'ont jamais pratiqué, je ne le pratique pas, et contrairement à vous, je suis outré et choqué que cela se poursuive de nos jours..

    Et j'emm.... tous les donneurs de leçons qui voudraient me faire seulement penser que j'ai une dette envers qui que ce soit.

    La France a aboli l'esclavage... pourtant il se pratique encore!

    • ebaribas

      Pourquoi êtes-vous sur la défensive? Que vous dit votre inconscient? Racontez-nous...
      Ainsi, on comprendra peut-être la raison de votre d'agressivité et de votre réticence à reconnaître que l'esclavage demeure le plus grand crime contre l'humanité.

      Votre argumentation est idiote. Car vous n'obtiendrai jamais la clémence d'un jury si, au lieu de vous défendre, vous accusez quelqu'un d'autre d'avoir commis le même crime que vous.

      La défaite du 3ème Reich a évité que le nazisme soit racontée par les nazis eux-même et nous a épargné aussi la propagande sur les bienfaits du nazisme...
      On ne peut pas non plus raconter la shoa en résumant bêtement que les européens se sont gazés entre eux? Ou bien que, s'agissant de la guerre, que les européens se sont tués entre eux. Effectivement si on s'arrête là, à quoi bon nous saouler avec le nazisme.

      Or, l’Allemagne (nazi ou pas) a été reconnue responsable de cette guerre. Elle en a assume encore les conséquences aujourd'hui avec notamment les réparations accordées aux familles et peuple juifs

      Vous souffrez, vous souffrez d'une histoire de l'esclavage racontée par ceux-là même qui ont pensé et mis en oeuvre ce système nauséabond et abject de déshumanisation de l'homme originel.

      Nous sommes tous malheureusement des héritiers de cette triste histoire même si nous en sommes pas coupables.

      Vu la condescendance imprégnée d'étourderies et de mensonges avec laquelle l'esclavage est traité dans le monde occidental, on ne peut conclure que, l'esclavage n'a manifestement jamais été aboli, mais remplacé par un système plus rentable et plus pernicieux qui est la colonisation et l'aliénation mentale (formes d'esclavage moderne).
      Or les occidentaux, soit par intérêts, soit par naïveté, se laissent bercer par la propagande des esclavagistes congénitaux qui prêchent en toute impunité un négationnisme abscons et un révisionnisme nourri de negrophobie.

      Tout ceci s'explique simplement par le fait que ce sont les esclavagistes et les sionistes (négrophobes et esclavagistes en puissance les plus acharnés du moment) comme "Zemmour", devenu LA REFERENCE la plus sérieusement invoquée par tous les révisionnistes et autres na-SION-nalistes leucodermes, nous polluent l'horizon à travers leurs médias mensonges largement subventionnés par nos impôts.

      Cet individu est un ennemi de la vérité et un ami de la falsification historique ainsi que de la récompense qui s'y accompagne...

      Enfin, la légende d’une France coloniale qui aurait brutalement compris que l’esclavage était inhumain ! Comme si un politicien bourgeois nommé Schoelcher aurait pu proposer avec succès la suppression de l’esclavage sans la révolte des esclaves des Antilles qui s’était développée avec succès bien avant, notamment en Haïti ! Parler de l’abolition de l’esclavage par la France en 1848 « à l’initiative de Victor Schoelcher », c’est « oublier » que l’esclavage colonial a continué bien après. Et surtout, c’est oublier que ce sont les esclaves eux-mêmes qui s’étaient révoltés pour se libérer. Par exemple, en 1656, 1710, 1730, 1752, 1802 en Guadeloupe, en 1733 en Guyane, en 1678, 1699, 1748, 1752, 1822 et 1833 en Martinique, en 1791 à Saint Dominigue, et 1810 à Cuba....

      • hgo04

        mort de rire.. une psychanalyse??? rien que ça???

        L'esclavage a eu lieu, mais la France l'a abolit.. et a fait prendre conscience, avec d'autres, de l'immoralité de cet état. Alors vous lire en train de dénigrer ce fait historique et ce renversement de situation, oui. cela a de quoi mettre du monde en colère. Comparer la France avec les nazis démontre clairement votre positionnement!

        Que voulez vous dire?? que la France abolitionniste est comparable avec les nazis?? C'est cela??

        Mais dites nous, vous parlez de la poursuite de l'esclavagisme... où en est on aujourd'hui dans le berceau des états esclavagistes, l'Afrique?? où en sommes nous??

        Qu'apprend on?? qu'il existe encore des marchés aux esclaves?? Mais que faites vous donc en France, vous devriez vous rendre au Nigéria, au Soudan, en Mauritanie, etc.., vous battre contre cette infamie, non??

        Ha oui.. C'est plus simple en France n'est ce pas??

        Je vois que ce n'est pas d'un psychanalyste que vous avez besoin, c'est d'un comptable... :)

        L'esclavage a existé en afrique, en europe, bref dans le monde entier. Demandez donc aux juifs qui l'ont subi... En europe, cela n'existe plus, par contre...

        Que vient faire zeimour dans cette affaire??? ha oui.. juste rappeler que le gouvernement de vichy était composé de gens de gauche... étrange, dans un pays qui essaie de nous faire croire l'inverse..

        Ne seriez pas en train de tenter la même chose?? ne faire porter le poids que sur une catégorie de personnes?? je crois bien que oui..

        Vous voulez demander des comptes?? faites le auprès des banques et familles ayant directement fait fortune du marché aux esclaves, tous, mais sans exception..

        Le plus amusant serait, si vous le faites, de découvrir un de vos ancêtre dans la liste...

        Et franchement... beaucoup de gens seraient dans cette situation.. surtout des africains!

  • hgo04

    quel dommage que ma réponse ne parvient pas à vos délires modernes...

    Rendez vous compte??? la transmission des crimes passés aux enfants, petits enfants arrières petits enfants, aux arrières petits petits enfants... ben désolé, ma famille n'a jamais participé à ça, étaient il eux même esclaves?? y a bien des chances.

    Mais dites nous, où les méchants blancs achetaient leurs esclaves?? à qui??
    Mais dites moi, pourquoi ces marchés existent toujours?
    Mais dites moi, quand une fille de 9 ans épouse son oncle qu'est ce donc?

    Vos jérémiades ne changeront jamais l'histoire. Je parle de la vraie, pas celle écrite contre les blancs qui sont, je trouve, bien trop mis en avant dans cet ignoble commerce... N'oublions qui étaient les esclavagistes de l'époque. N'oublions pas que parmi la population européenne l'esclavagisme existait aussi, et que des blancs esclaves, cela a existé.

    Vous n'avez meme pas remarqué que la France fetait l'ABOLITION de l'esclavagisme. A B O L I T I O N.. Par contre cela se pratique toujours chez vos chers "victimes"... entre eux...

  • Jean Poulain

    Honorer la mémoire du général Dumas est une chose, commémorer l'abolition de l'esclavage en est une autre. Commémorer l'abolition de l'esclavage est une chose, en faire un instrument politique en est une autre. L'esclavage plonge ses racines dans la nuit des temps et continue de croître jusqu'à aujourd'hui, dans toutes les formes et sous tous les cieux.

  • Hugues Crepin

    Tous les déboires d'un homme trop grand. Je crains que même aujourd'hui il serait tout aussi seul que jadis tant sa puissance personnelle semblait immense et lui aurait attiré l'inimitié des faibles et des flagorneurs de la république.