Le parjure de gauche, un raisonnement primaire

En plein dimanche d’automne maussade et venteux, sans rien de remarquable dans l’actualité hormis l’omniprésence des comptes rendus du premier tour de la primaire de la droite et du centre, la consultation distraite de Twitter me fait subitement appréhender l’engorgement imminent de l’ensemble des juridictions correctionnelles françaises. En effet, ainsi qu’en ont pris coutume les soutiens de certains candidats, le compte Twitter « TeamSarkozy #NS2017 » avertit depuis hier les votants de gauche potentiels que « #Primaires Signer la charte alors qu'on est de gauche s'appelle un parjure. Le parjure est condamnable à 5ans et [sic] prison et 75.000€ d'amende ».

Un bureau de vote de la primaire à droite à Cannes (Alpes-Maritimes), le 20 novembre 2016.

Houlà. Avec un nombre de participants estimé déjà supérieur à un million à l’heure qu’il est, poursuivre la horde supposée de délinquants gauchistes concernée va obliger chaque tribunal à créer dès demain des audiences spéciales et à demander des renforts en termes d’effectifs, sans parler des prisons déjà surpeuplées, à moins que...

A moins que l’affirmation de la TeamSarkozy #NS2017 ne vaille juridiquement pas tripette. Or c’est le cas.

On chercherait en vain en effet, dans les dispositions pénales applicables en France, un texte incriminant le parjure, défini par le dictionnaire Larousse comme un faux serment ou la violation d’un serment, et par le code pénal comme… rien du tout.

Rappelons que les faits incriminés consisteraient à s'engager sur l’honneur, au moment de procéder au vote, en signant la phrase suivante : « Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m’engage pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France ».

Il existe bien, dans le code pénal, une disposition réprimant de cinq ans d’emprisonnement et 75000 euros d’amende le fait de porter un témoignage mensonger sous serment, à savoir l'article 434-13 du code pénal. La concordance des sanctions prévues par la loi avec celles qui sont évoquées par le tweet ci-dessus reproduit semble permettre de supposer que c’est à cet article que son auteur faisait allusion. Le juriste étant néanmoins, par nature, porté au pointillisme, pour ne pas dire aux arguties, il convient de souligner que ce texte ne s’applique qu’au témoignage effectué « devant toute juridiction ou devant un officier de police judiciaire agissant en exécution d’une commission rogatoire », ce qui à mes yeux ne paraît pas correspondre à la composition ni à la raison d’être des bureaux de vote de la primaire LR.

Éliminons donc le faux témoignage et partons à la recherche d’une autre qualification juridique envisageable. Las, aucune autre infraction ne semble être applicable en l’occurrence.

On pourrait évoquer le délit de faux, prévu par l’article 441-1 du code pénal qui sanctionne de trois années d’emprisonnement « toute altération frauduleuse de la vérité, de nature à causer un préjudice et accomplie par quelque moyen que ce soit, dans un écrit ou tout autre support d'expression de la pensée qui a pour objet ou qui peut avoir pour effet d'établir la preuve d'un droit ou d'un fait ayant des conséquences juridiques », bien que les peines encourues ne correspondent nullement à celles qui ont été mentionnées dans le tweet du militant sarkozyste sus-cité.

En décomposant cette définition, on ne peut cependant que constater qu’aucun des éléments du faux n’est caractérisable à l’encontre des fourbes gauchistes prêts à sacrifier leur honneur et deux euros pour porter atteinte à la sincérité du scrutin.

L’altération frauduleuse de la vérité me paraît difficile à démontrer. Rappelons qu’il s’agit d’affirmer partager « les valeurs républicaines de la droite et du centre » et de s’engager « pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France ». Notons qu’une personne de gauche peut parfaitement estimer de bonne foi adhérer aux valeurs républicaines de la droite et du centre, ou du moins à certaines d’entre elles, d’autant plus aisément que lesdites valeurs ne sont déterminées par aucun texte (oui, les juristes aiment bien que les choses soient encadrées par des textes, surtout s’ils sont censés devoir prononcer des sanctions pénales à leur propos). Le même votant gauchiste peut de même souhaiter une alternance, que l’on suppose devoir être définie par un changement de composition du pouvoir exécutif national au profit d’un autre parti, ou même seulement d’une autre personne (à moins que l’on imagine que l’électorat de gauche ne se compose que des soutiens de M. Hollande), le tout dans l’objectif de parvenir à l’amélioration de l’état de la France.

Le texte prévoit enfin que le faux doit être de nature à causer un préjudice, difficile à qualifier en l’occurrence, puisqu’il s’agirait simplement du résultat de l’élection, le vainqueur n’en subissant évidemment aucun. Ses concurrents malheureux pourraient-ils arguer de leur préjudice individuel de perdant ? La réalité d'un tel préjudice serait difficile à déterminer, compte tenu de l’impossibilité de prouver le faux.

Si, ma distraction naturelle me jouant des tours, une qualification pénale applicable en la matière m’avait échappé, elle serait en tout état de cause difficile à mettre en œuvre, la preuve des faits (aussi bien du vote que des intentions gauchistes et malveillantes) paraissant impossible à rapporter. Rappelons à cet égard qu’en France, le vote est libre et secret, selon l’article L59 du code électoral auquel renvoie d’ailleurs la charte de la primaire de la droite et du centre, s’il faut en croire la TeamSarkozy #NS2017.

Bref, électeurs de gauche, allez voter à la primaire de la droite et du centre aujourd’hui, si cela vous chante et que vous avez deux euros à dépenser. Electeurs de droite, allez voter à la primaire de gauche, lorsqu’elle se tiendra. Il ne vous en coûtera rien sur le plan pénal, les tribunaux ayant mieux à faire, merci.

Related Posts:

  • Pingback: Non, voter à la primaire à droite quand on est de gauche n'est pas légalement répréhensible - LES REPUBLICAINS()

  • SYGMA

    Le nouveau visage de la conviction politique. Arrêtons de jouer droite - gauche et formons le parti de la France. Cela devient d'un ridicule quand les électeurs de gauche, vont voter à la primaire de la droite et du centre aujourd’hui, et ont deux euros à dépenser. Electeurs de droite, allez voter à la primaire de gauche, lorsqu’elle se tiendra le tarif étant au rabais cela ne vous coutera qu’un euro.

    • yuropp

      Oui, sachant que le coût est le même pour chaque camp, on peut se demander qui paye la différence…

    • Philippe Verdy

      "Jouer le parti de la France"?

      Non ce que veulent les électeurs ce n'est pas défendre les intérêts de la France elle-même, mais les intérêts des Français (pas nécessairement et uniquement en France). De plus en plus notre population sera mobile (notamment pour des raisons de contexte économique local qui ne leur permettra pas de rester là où il sont aujourd'hui).

      C'est pour ça qu'on a malgré tout besoin de l'ouverture européenne (mais pas pour autant s'ouvrir seulement sur les seuls marchés mondiaux). Ce que veulent les Français c'est d'abord une Europe sociale qui reste à construire, avec une réelle facilité d'installation (alors que l'Europe seulement économique n'a résisté à rien du tout face aux marchés mondiaux).

      Mais la vision qu'en donne l'extrême-droite est trop réductrice: elle s'appuie sur la vielle notion de nationalité et du droit du sol pour créer d'inutiles (et coûteuses) barrières contre tout (aussi bien économiquement avec un protectionnisme forcené qui serait une catastrophe que contre les migrations et adaptations nécessaires du cadre de vie des européens qui doivent tous devenir mobiles au cours de leur existence: on sera presque tous des émigrés, à moins d'être très privilégiés, et on n'est pas si différents des actuels immigrés venant en France qui sont le reflet de ce qu'on va devenir et dont on n'a pas envie de subir le même sort qu'on leur fait actuellement).

      • SYGMA

        Ça c'est du rêve. Les seules mobilité sont dans le sens pays d’Afrique vers la France.

        • Philippe Verdy

          Non, il y a aussi beaucoup d'émigration de la France vers le Nord (Royaume-Uni), l'Est (Allemagne), le Sud (pays du Golfe Persique, Maroc), et plus loin encore vers l'Asie, les USA et le Canada. Et au sein de l'Europe vers le Royaume-Uni, l'Allemagne, le Portugal, l'Espagne... et même vers la Russie (désormais il y a plus d'émigration vers la Russie que d'immigration russe).

          En revanche les français quittent massivement l'Afrique occidentale et l'Afrique du Nord (hormis le Maroc), à cause des troubles politiques sérieux sur place... pour laisser la place aux Chinois.

          Les français résidents à l'étranger n'ont jamais été aussi nombreux (et bien qu'ils aient maintenant des représentants au parlement, ils sont encore sous-représentés) et c'est en hausse constante. Il y a même plus d'émigration maintenant que d'immigration.

  • yuropp

    Il suffit d'être menteur. Ce qui fait partie des valeurs de la gôche.

    • zeppe

      Ce n'est pas un mensonge que de choisir le moins pire.

      • Françoise Clairbois

        Très bien dit ! Et je ne comprends pas que personne d'autre ne l'ait fait remarquer !

        • zeppe

          Effectivement, je n'arrive pas à m'expliquer pourquoi une telle évidence est dure à comprendre...pour certains ?

      • Nabucco

        Vous avez raison sur le principe, mais le drame c'est que les électeurs votent en se basant sur des discours lyriques promettant des jours meilleurs (demain on rase gratis) sans prendre la peine d'utiliser leurs méninges pour essayer de faire le tri entre le possible et l'utopique. Les délires mensongers colportés par internet et les réseaux sociaux y sont pour quelque chose.

        C'est ce qui s'est passé pour le Brexit (qui, a mon humble avis, ne se confirmera pas, au même titre que le Grexit pourtant plébiscité par référendum lui aussi) et qui vient de se passer avec l'élection de Trump.

        Et c'est ce qui risque d'arriver aux prochaines élections.

        Tant pis pour nous, mais il ne faudra pas gémir après.

        • zeppe

          Et bien à nous de leurs faire comprendre que les discours lyriques qui ne sont pas approuvés par les plus grands économistes du monde ne donnent pas de résultats. Croire que la solution c'est le libéralisme, l'austérité, se mettre genoux devant les pays à bas coûts salariaux au nom de la sacro sainte compétitivité, c'est une énorme erreur.
          Ce qui est utopique c'est de croire à la logique libérale celle que nous suivons aveuglément depuis plus de 40 ans, poupe le résultat qu'on connaît ( et pas seulement en France , il en est de même en Allemagne, en GB, aux USA ) , c'est être utopiste.
          Ce qu'on peut retenir de cette primaire c'est que ceux qui courent après les idées du FN sont largement grillés, et c'est une bonne chose.
          Ensuite, il est logique qu'une primaire de droite fasse gagner un liberal conservateur de droite.
          À nous maintenant d'expliquer que la logique libérale est un désastre et l'échec de F.H est aussi due au fait que lui, a couru derrière les idées...du libéralisme au lieu d'avoir eu le courage de faire une vraie politique de gauche.

          • Pol Info

            J'aime beaucoup le dernier paragraphe, c'est une très bonne plaisanterie

          • zeppe

            Faute d'arguments plus étayés, vous reconnaissez que j'ai raison.
            Si vous arrivez à me donner un exemple de pays où le libéralisme est un succès, c'est à dire qu'il arrivé non seulement à résoudre les problèmes de chômage MAIS AUSSI , et c'est très duire considérablement les inégalités et éradiquer complètement la pauvreté, n'hésitez pas à me le faire connaître.

          • Pol Info

            Donnez moi un pays où une idéologie de gauche a réussi dans la durée...

          • zeppe

            Vous n'avez pas le courage de répondre à ma question ?
            Et bien moi je vais répondre à la vôtre car je suis courageux, contrairement à vous.
            Tout d'abord, il n'existe aucun pays où il a été mené une vraie politique de gauche. C'est un système complètement à bâtir et créer.
            Toutefois, comme la politique ce n'est pas " tout blanc " ou " tout noir" je peux vous donnez des exemples d'améliorations sensibles lorsqu'on plaçait le curseur politique plus à gauche et d'autres de dégradations sensible lorsque ce curseur était déplacé plus à droite, dans sa logique libérale.
            Aux USA par exemple, la situation s'était nettement amélioré avec les mesures sociales et la plus grande progressivité de l'impôt établie par Roosevelt. Bien plus tard, les mandats des démocrates ( plus à gauche que les républicains) ont toujours amélioré la situation (Kennedy Carter, Clinton, Obama) tandis que ceux des républicains faisaient beaucoup plus exploser les inégalités et les faillites d'entreprises (Nixon, Reagan, Bush per et fils).
            Chez nous, nous avons eu une amélioration sous Jospin qui avait reussi à rétablir les comptes de la sécu et diminuer le chômage et rendre excédentaire notre commerce extérieur.
            Partout dans le monde, lorsque la politique est plus régulée et que les richesses sont mieux réparties, c'est TOUTE l'activité économique qui se porte mieux et TOUT LE MONDE ( y compris les riches) en est bénéficiaire.
            Lorsque les inégalités se creusent et qu'une part importante delà population est exclues du monde du travail et vit dans la pauvreté, c'est TOUTE L'ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE ET TOUTES LES ENTREPRISES QUI EN PAYENT LE PRIX, et pas seulement ces exclus, ces pauvres.
            Vérifiez par vous même, mais chaque fois , dans TOUS les pays démocrates du monde que le curseur se déplace vers plus de régulation, de solidarité, gd meilleure répartition des richesses, la situation s'améliore, tandis que chaque fois que l'individualisme, et le inégalités augmentent, c'est toute la situation du pays qui se dégrade. Vous pourriez le vérifier sur de nombreux pays comme L'Italie , l'Allemagne, le Danemark, la Suède, la.
            GB...bref part dans le monde . Évidemment, je vous parle des pays démocrates et donc, ne me ramenez pas des exemples de dictatures ( genre URSS ou Corée du Nord ) car je suis un démocrate , et on peut, et on doit faire une vraie politique de gauche hyper régulée dans un système démocratique.

          • Pol Info

            Mis à part que vous devriez éviter de citer les USA, le parti démocrate aux USA est en gros l'équivalent de Fillon, citer Jospin montre que vous n'avez aucune connaissance en économie. Pour le reste il ne s'agit que d'un remplissage verbeux, technique largement utilisée par ceux qui n'ont pas d'éléments tangibles... Évitez de vous lancer dans des discours pseudo économiques ou politiques, c'est certes très amusant et distrayant, mais tellement convenu et basique dans la réflexion...

          • zeppe

            Vous lisez mal mes textes. Je n'ai jamais dit que les USA avaient une politique de gauche. Je vous ai parlé de " curseur" . Le parti démocrate est plus à gauche que le parti républicain et notion donc de meilleurs résultats. Dans la mesure où il est encore bien trop liberal, globalement ses résultats sont mauvais...mais meilleurs qu'avec les républicains qui sont encore plus libéraux de droite. Est ce que vous me comeprenez mieux ?
            Donc, pour améliorer la situation FAUT avoir l'audace de placer ce curseur beaucoup plus à gauche, mais toujours dans un cadre democrate.
            Pour le reste, évidement vous ne voulez pas reconnaître que j'ai raison , d'autant plus que vous n'avez eu le courage de répondre à ma première question, contrairement à moi !

          • Nabucco

            Jospin a bénéficié d'une situation économique mondiale exceptionnellement faste tout comme Sarkozy a hérité d'une crise économique mondiale gravissime.
            Mais c'est plus facile de nier les évidences hein ?
            Les économies sont dépendantes les unes des autres, on n'y peut rien.

            Je vous rappelle toutefois que les résultats de Jospin n'ont pas été si brillants que ça, au point qu'il a ramassé une gamelle électorale sans précédent en 2002 en arrivant en 3ème position derrière Chirac et Le Pen.

          • zeppe

            "Jospin a bénéficié d'une situation économique mondiale exceptionnellement faste tout comme Sarkozy a hérité d'une crise économique mondiale gravissime. "

            - Tout à fait, et ça s'explique que sous Jospin, le "curseur" (toujours lui) mondial était un peu plus orienté à gauche : Aux USA il y avait Clinton, en Italie Romano Prodi, En GB Blair avant qu'il ne vire au libéralisme, En Allemagne Schroeder avant que lui-même ne vire aussi au libéralisme, Au Brésil Lula venait de gagner...etc
            Et si la situation s'est dégradée ensuite, c'est avec le retour de Busch au USA, le virage à droite de Blair et Shroerder, le retour de la droite en France, et de Berlusconi l'ultra libéral en Italie.
            Donc, cette période plus faste n'était pas du fait du hasard.
            Il est donc nécéssaire partout dans le monde de mettre ce curseur bien plus à gauche.
            Si Jospin s'est ramassé une gamelle, c'est surtout à cause d'un trop grand nombre de listes à gauche ( Chevenement avait fait 11% à lui seul), sinon, il aurait gagné haut la main ! Ses résultat ont été bien meilleurs que ce qui nous a été servi par la suite. Et ils auraient été encore bien meilleurs s'il avait osé une politique bien plus à gauche .

          • Nabucco

            Donnez donc un exemple où vos idées venant du peuple ont apporté un épanouissement économique durable et on en reparlera. Le Brésil par exemple ?

          • zeppe

            Est ce que j'ai dit que mes idées venaient du peuple ?

          • zeppe

            Relisez bien mes textes , je vous ai expliqué à mainte reprises que mes idées n'ont jamais été appliquées totalement mais que ( exemple du curseur) partout dans le monde ( démocrate bien sûr) chaque fois qu'on le déplaçait vers la gauche ( la vraie, pas seulement l'étiquette ) il y avait une amélioration sensible , tandis que chaque fois qu'on met la barre plus à droite la situation se dégradait. C'est vrai pour la France, L'Allemagne, les USA, l'Italie, la GB, le Brésil...bref partout.
            Un exemple récent : si la situation en Allemagne s'est un peu améliorée ces derniers temps, ce n'est certainement pas à cause des mesure libérale de Schroeder , mais grâce à la gauche Allemande qui à fait pression sur Merkel pour l'installation d'un SMIC qui était inexistant avant. Résultat : de nombreux petits salariés ont vu leur pouvoir d'achat augmenter, ce qui a été une bonne chose pour les entreprises (plus de demande) et l'activité économique.

          • Nabucco

            Question subsidiaire : quelle logique non libérale a réussie ?
            Le socialisme marxiste qui foiré partout dans le monde ?
            Le libéralisme, comme la démocratie, est le pire des systèmes à l'exception de tous les autres.
            Il faut simplement qu'il ne soit pas appliqué naïvement, en oubliant que l'ouverture doit être réciproque et équilibrée.

    • Denise

      Les "valeurs républicaines" sont-elles l'apanage de la seule droite ? Et, dans votre abomination de la gauche, n'oubliez-vous pas qu'il y a un centre ?

      • yuropp

        Tous ceux qui ont voté ont signé un papier affirmant qu'il partageaient les valeurs de la droite et du centre. Ce qui peut inclure pas mal d'électeur qui votent habituellement à gauche, quelqu'en soit la raison (habitude, intérêt, pression sociale ou médiatique)…
        Ce qui laisse de la place pour un certain nombre de menteurs (pas des "parjures", faut pas déconner…). C'est parfaitement légal, mais ce sont des menteurs quand même.
        Et c'est parfaitement compatible avec la "morale de gôche".

        • Denise

          Et que dire de la morale de droite quand nombreux sont, ici même, qui ont dit clairement en 2011 être de droite et avoir voté à la primaire de gauche ?

          • yuropp

            Qu'ils ont réellement une morale de gauche. Celle qui autorise à mentir.
            Ça te vas ?

          • Denise

            Ce qui m'irait encore mieux, ce serait de dire qu'il y a des menteurs (et des gens sincères) partout !

  • Gaetan Blanco

    cela prouve qu'il n'y a plus de différence entre la gauche et la droite

    • yuropp

      Ça, on le saura à la primaire de la gauche, si toutefois elle a lieu.

  • Philippe Verdy

    Le camp Sarkozy montre combien il déteste les électeurs, et croit pouvoir même renier ce qui était une affirmation des promoteurs de ces primaires "ouvertes".

    Mais là ça va plus loin sur le ton de la menace: appeler "parjure" l'expression d'un vote ou d'une opinion politique (sur laquelle la constitution donne le droit à chacun de changer d'avis à tout moment) est impardonnable: c'est même très grave car ce camp Sarkozyen soit disant "républicain" renie la liberté d'expression fondamentale: s'il croit qu'on peut signer une charte républicaine et aller attaquer en justice un électeur de gauche (cette signature n'engage absolument pas la liberté d'expression de cet électeur, à moins que les sarkoyens surveillent ensuite les votes suivants et toute manifestation ultérieure d'une expression anti-sarkozyenne dite "de gauche").

    On voit où est tombé le camp Sarkozyen, maintenant il va même accuser ceux qui même votent à droite (pour Fillon ou Juppé) de parjurer leur signature de la charte républicaine.

    Mais de qui se moquent les Sarkozyens ? Ils n'ont rien de républicain, et en fait ne devraient même plus avoir Sarkozy à la tête de l'UMP.

    Si Sarkozy croit encore se maintenir et faire cavalier seul alors qu'il a perdu le soutien même de la droite et des primaires, cela finira comme au FN par une exclusion de la direction de l'UMP (Sarkozy "président d'honneur" comme J-M Le Pen ?).

    Vite! Que l'UMP se débarasse de Sarkozy, qui en plus vient de montrer que son camp avait manipulé les listes d'électeurs par des purges excessives, pour tenter de se maintenir au second tour contre tous les autres candidats (et notamment contre Fillon ou Juppé).

    • yuropp

      Mais où as tu vu qu'il existait une "charte républicaine" ? Il s'agit d'adhérer aux valeurs de la droite et du centre, et de vouloir l'alternance. C'est tout de même plus précis. Quant au "parjure, c'est du grand guignol.
      C'est juste un mensonge. Un simple mensonge à 2 balles. Mais un mensonge quand même.

      • Philippe Verdy

        Les conditions imposent de signer une "charte" qui dit "Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre"

        OK il s'agit plus précisément d'une "charte républicaine de droite et du centre", mais une "charte républicaine " quand même, et c'est pour cette raison que les électeur de gauche sont aussi admis à voter (et ont avoir envie de voter ne serait-ce que pour éviter que passe Sarkozy qui, malgré ses manipulations ou son influence manifeste sur la "haute autorité" et la composition étrange des listes électorales, a quand même été éliminé, ou parce que leurs valeurs républicaines peut les amener à vouloir voter pour éviter un candidat qui ne serait pas assez éloigné de la tentation du FN comme le voualit Sarkozy) et qu'il n'est absolument pas demandé d'adhérer à un parti de droite ou du centre et de montrer sa carte d'adhérent.

        Maintenant je suis à peu près sûr qu'avec les deux candidats restants (Fillon ou Juppé), beaucoup moins d'électeurs de gauche se mobiliseront pour le 2e tour (à moins que ce soit concernant les autres points du programme, pour lesquels Juppé semble un peu plus conciliant avec la gauche, notamment sur les mesures concernant les régimes de protection sociale : chomage, retraite, ou la fiscalité).

        Juppé est en effet plus rassembleur et plus au centre que Fillon plus marqué à droite (et qui lui a reçu le soutien de Sarkozy malgré le fait qu'il annonce encore vouloir se mettre "en retrait" vers sa famille).

        Sinon concernant les positions sur la famille Juppé semble plus protecteur que Fillon (qui se dit explicitement attaché aux valeurs "chrétiennes", qui pourtant ne sont pas dans la charte signée qui parle juste des "valeurs républicaines de la droite et du centre"

        Bref, les électeurs de gauche peuvent encore vouloir voter pour le second tour, et s'ils le font (notamment des électeurs des verts ou radicaux), iront plutôt je pense vers Juppé que vers Fillon (sans aller à dire qu'ils vont juste voter "pour le moins pire", ils voient bien le danger si c'est Hollande qui se présente et passe mais se ferait balayer complètement face au FN qui n'est absolument pas dans les "valeurs républicaines de la droite et du centre").

        Bref aucun parjure: les électeurs de gauche sont intéressés particulièrement par ces primaires du fait du danger évident du FN (qui "ratisse large" et prend aussi des voix à la gauche, y compris des communistes et l'extrême-gauche qui ne se sont absolument pas représentée par Hollande), ou parce qu'ils tiennent aussi à l'attachement européen de la France (contrairement au FN).

        On doit s'attendre cette année à un second tour des présidentielles mettant en face de Marine Le Pen le candidat de la droite et du centre (à moins que ce soit Macron ?), car du côté de la gauche il ne semble y avoir aucun autre candidat à la hauteur prêt à se lancer (et risquer ensuite la défaite face au FN): même Hollande hésite ou s'il se présente ne le fera que pour céder la place au candidat de droite et du centre, donc pour ne pas être au second tour: le candidat de la gauche (ou Macron) ne voudra pas être celui qui aura perdu face au FN.

        Cette année le candidat de la droite et du centre aura besoin d'un large rassemblement comparable à celui qui a fait il y a quelques années l'élection de Jacques Chirac face à JM Le Pen (avec le soutien explicite de la gauche, qui cette année ne sera plus aussi évident car Chirac était beaucoup plus centriste et républicain que Fillon aujourd'hui et surtout beaucoup plus que Sarkozy: Juppé semble être dans une stature comparable à ce qu'a été Chirac pour s'opposer fermement et clairement au FN, contrairement à ce qu'a fait ensuite Sarkozy qui a totalement ruiné cet engagement clair de l'UMP, mais que Juppé pourrait restaurer d'autant plus facilement si Sarkozy se met effectivement en retrait)

        Pour le premier tour je voulais voter Fillon, pour le second je veux voter Juppé. Je suis attaché à la ligne chiraquienne, (républicaine et centriste), mais totalement opposé à la ligne sarkozyenne trop dangereuse contre laquelle j'ai préféré voir la gauche républicaine (radicale, socialiste et verts) au pouvoir (et je respecte aussi Mélanchon sur certaines choses (qui a été mis à l'écart des communistes pour sa vision un peu trop moderniste mais clairement républicaine), contrairement au reste des communistes (trop marqués par l'extrême-gauche qui, comme l'a fait Sarkozy, flirte elle aussi trop prêt avec le FN sans vouloir se l'avouer, et qui elle aussi n'a que des inepties dans son programme).

        Dans l'UMP il reste aussi une droite dure antirépublicaine, celle qui s'est manifestée avec Boutin and Co (et qui aussi flirte avec le FN), et là encore Juppé (plus chiraquien et centriste) semble être un meilleur garde-fou que Fillon (qui cherchera à éviter le conflit avec les sarkoziens qui restent qui à se brouiller encore avec les centristes ou céder encore un peu plus sur ses positions face au FN):

        Fillon pourrait par exemple céder face aux anti-européens contrairement à Juppé, il pourrait revenir sur certains droits comme l'avortement gratuit, la contraception gratuite pour les jeunes et la prévention, revenir sur les droits fiscaux et sociaux des couples de même sexe et leur famille, sur les droits des enfants reconnus mais "illégitimes" (sans adoption pleine, ou enfants nés de la GPA à l'étranger et seulement en adoption simple en France). Fillon compte clairement rétablir des franchises élevées non remboursées dans la santé (au lieu de mettre en place une politique de lutte contre les abus tarifaires par les laboratoires ou certains spécialistes de santé et réellement imposer l'efficacité pharmaceutique démontrée).

        Quant aux retraites, elles sont aujourd'hui financées et rien ne justifie de rallonger encore autant les durées de cotisation.

        La France n'étant pas comparable aux autres pays européens du fait de la vitalité démographique, notamment si on compare avec les Pays-Bas ou l'Allemagne qui ont un sérieux problème à ce sujet, ce qui les pousse à aller encore plus loin mais aussi explique leur politique beaucoup plus portée vers l'épargne personnelle que les régimes mutualisés de retraite: dans quelques années, les plus pauvres en Allemagne devront massivement s'exiler en France, sinon au Portugal, ou en Grèce, voire au Maroc (s'ils ne peuvent plus non plus aller à l'Est de l'Allemagne ou en Hongrie, République tchèque):

        L'Allemagne s'est ouverte largement à l'Est d'une part pour faciliter les transferts massifs de retraités vers l'Est, mais aussi ouvrir la porte à une immigration plus vivace en terme démographique pour financer le reste des retraites (cette population immigrée mal payée ne pourra pas rester à terme en Allemagne, elle retournera à l'Est pour leurs retraites, sinon elle formera des banlieues-guettos d'exclus comme on en a en France et comme il en existe encore plus un peu partout au Royaume-Uni) : l'Allemagne a cruellement besoin de son ouverture européenne (comme la France aussi), et les autres pays européens moins favorisés tout autour sont aussi prêt à accueillir ces européens déplacés (à condition que leur pays d'origine continue de financer à distance leurs retraites même "faibles" mais plus élevées que celles versées aux natifs du pays d'accueil).

  • sui juris

    Qu'en serait-il d'une qualification d'escroquerie?
    On a bien l'usage d’une fausse qualité pour tromper une personne morale et la déterminer à fournir le service du vote - ce qui lui cause un préjudice en délégitimant le résultat

  • enfaitpourquoi

    C'est quand même sacrément hypocrite de signer un pareil engagement tout en lui étant oppposé...

    • yuropp

      Et … ? L'hypocrisie n'est pas un délit… Chacun s'arrange avec sa conscience, si toutefois il en a une.

      La "règle du jeu" était claire, et autorise clairement le mensonge. L'important, ce sont les 2 €.

      Tu noteras d'ailleurs que la plupart de nos amis menteurs ont "fait comme si" il s'agissait d'un autre texte…