Faut-il supprimer les APL?

Souvenirs, souvenirs

Je me souviens très bien de 1993, quand les aides personnalisées au logement (APL) ont été rendues accessibles aux étudiants. A ce moment, j'étais normalien à l'ENS de Cachan, rémunéré de ce fait environ 1000 € par mois pour faire mes études. Nous étions par ailleurs logés dans une résidence étudiante sur le campus (qui quelques années plus tard allait défrayer la chronique) et avions à payer un loyer mensuel de l'ordre de 150 euros par mois, ce qui même au siècle dernier n'était pas énorme pour la région parisienne.

Quelle n'a pas été ma surprise de voir beaucoup de mes petits camarades remplir des dossiers pour obtenir les APL, et ainsi toucher une allocation pour une fraction de leur loyer. Ils s'appuyaient sur l'astuce suivante : comme nous étions entrés à l'ENS à la rentrée de septembre, notre revenu imposable la première année était faible (des rémunérations touchées de septembre à décembre seulement), suffisamment faible pour toucher pendant un an 30 € par mois au titre des APL.

Je n'ai pas rempli de dossier. D'abord à cause de ma phobie devant tout ce qui ressemble à un dossier administratif, qui m'a coûté cher à d'autres occasions. Mais aussi parce que je trouvais cela choquant. Nous étions déjà des étudiants extraordinairement favorisés, payés pour étudier avec un revenu supérieur au SMIC, logés pour un montant dérisoire. Il y avait quelque chose d'indécent à aller réclamer des allocations manifestement faites pour aider des gens dans une situation bien plus difficile que la nôtre, et de le faire en s'appuyant sur une faille du système. "je ne vois pas ou est le problème, on respecte les règles" me répondaient ceux qui remplissaient ces dossiers. On ne peut pas être d'accord sur tout avec tout le monde.

Je me souviens aussi du mois de décembre de cette année, et du réveillon de noël familial. Ma grand-mère était propriétaire d'une chambre étudiante à Lille, qu'elle louait 80 € par mois. Lorsqu'elle a appris que sa locataire allait toucher 30 € par mois d'APL, sa réaction a été immédiate : "mais elle était tout à fait capable de payer 80 € par mois. Si c'est comme ça, je vais augmenter le loyer!". Ce qu'elle a fait : le loyer est passé à 100 € par mois.

Economie des allocations

Mes camarades qui touchaient les APL bénéficiaient de ce que les économistes appellent un effet d'aubaine : Ils touchaient une aide alors qu'ils n'en avaient aucun besoin. Ma grand-mère, de son côté, réagissait aux incitations: elle avait la bonne réaction pour que le dispositif soit efficace.

Grâce aux APL en effet, il est devenu possible d'augmenter les loyers payés par les étudiants. Cela a fait du logement étudiant un placement un peu plus rentable qu'auparavant. De nombreuses petites résidences étudiantes ont été créées dans les années 90, un peu plus confortables que les cités universitaires traditionnelles construites dans les années 60. On a pu ainsi accueillir et loger plus d'étudiants : on n'attire pas les mouches avec du vinaigre, et on incite les investisseurs et constructeurs avec des promesses de rendements élevés.

L'inconvénient, c'est qu'une fois le dispositif mis en place, il est difficile de revenir en arrière. Ce n'est au mieux qu'à long terme que l'on peut espérer voir les loyers baisser si les allocations sont supprimées. Et entretemps, cela cause des difficultés énormes aux personnes concernées. Et l'effet d'incitation à la création de logements étudiants fonctionne, mais en sens inverse, si on supprime les allocations : à l'avenir, on construira moins de logements.

Supprimer les APL?

On nous annonce que les APL devraient baisser de 5 € par mois. Est-ce une bonne idée? Il y a beaucoup de raisons de penser que oui. Ce dispositif coûte très cher et son effet positif sur le logement est limité. On ne manque pas de rapports et d'analyses montrant que la politique du logement actuelle cumule trop de dispositifs d'aide coûteux et inefficaces, dont le seul effet est d'augmenter le prix du logement pour tous, y compris ceux qui n'en bénéficient pas; trop de contraintes limitant la construction de logements, en particulier dans les grandes agglomérations ou les gens veulent s'installer. Le faire en les baissant d'un montant raisonnable laisse le temps aux loyers de s'adapter.

Le problème est que cette mesure unique ressemble plus à un bricolage budgétaire pour racler les fonds de tiroir qu'à une politique du logement rénovée. Qu'on ne touche pas aux défiscalisations immobilières qui coûtent aussi cher et ne sont pour le coup d'aucune efficacité. Bref, on consomme énormément d'énergie médiatique et de légitimité politique pour des effets dérisoires. C'est en général, le meilleur moyen de mécontenter tout le monde.

A lire aussi

  • Aucun article
  • wok

    non , il faut supprimer les allocataires .,

  • Jurisite

    Oui, effectivement pour une personne qui touchait 1000 euros il a plus de 25 ans, 5 euros c'est quoi, et cela n'affecte en rien les bénéficiaires des APL. Sauf que ceux qui bénéficient des APL aujourd'hui, perçoivent moins de 1000 euros par mois. On se demande parfois pourquoi faire des études universitaires si on n'est pas en mesure de faire une aussi simple comparaison avant de conclure mais c'est vrai lorsque la grand-père augmente de 20 euros le loyer parce son locataire a vu ses revenus augmenter d'autant ou davantage on a de qui tenir.

    • ciryll

      Le but des études est de comprendre les phénomènes contre-intuitifs. C'est d’ailleurs pour cela que je lis ce blog.

  • Nobody

    Tout comme le vivier d'électeurs qui a choisi de pérenniser cette politique capitaliste.

  • alboran

    Règle générale en France , notre cher pays socialiste : Gabegie ,et Assistanat généralisés !
    Il faut donc resserrer les aides sur ceux qui en ont Vraiment besoin (enquêtes et contrôles à la clef ) ,et faire en sorte qu' il y ait plus de logements . Et mutualiser ces aides sociales ,de sorte que les loueurs ne puissent pas trop facilement tirer sur cette corde .

  • AL1.D.CôS

    C'est bien ce qui se passe (métaphoriquement) avec la baisse des APL vs la réduction de l'ISF.

  • Machin

    Ma mère touche 300 € de retraite par mois, elle à droit à un complément jusqu'au RSA de 172 € par mois et touche 180 € d'APL par mois, elle à un loyer de 400 € par mois, voilà, tout est dit, faites le calcul, il va sans dire que tous les mois je lui verse un complément pris sur mon salaire et ceci en espèce car si cela se savait on pourrait lui diminuer le peu qu'elle touche du RSA et aussi l'APL,,,,,il y a énormément de gens dans ce cas en France et énormément qui n'on pas d'enfants qui peuvent les aider et croyez moi ou pas mais 5€ ce n'est pas énorme mais c'est beaucoup quand même car on commence par 5€ et on ne sait pas ou cela va s'arrêter.

  • Tyrian Dunaédine

    Lire l'article, ça serait bien... Il n'a jamais dit que les APL ne bénéficiait qu'à des gens "pleins de frics". D'ailleurs les normaliens ne le sont pas forcément...

  • marieb19

    Je suis d'accord mais il est bien de montrer que ce système a aussi ses dérives. Le calcul des APL (comme celui des allocs d'ailleurs) devrait être revu. Il y a trop d'inégalités.
    http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/apl-3-beneficiaires-sur-10-touchent-plus-que-le-montant-de-leur-loyer-7786920638

  • SoutienActusAssos

    Je suis consterné par cette mesure car des tas de famille vivent sous le seuil de pauvreté

  • John Peter

    OUI ce système à ces dérives , comme d'ailleurs beaucoup d'autres assistanat , c'est inadmissible, de détruire le gout du travail, de la volonté, du combat pour avoir une vie meilleure;;. par contre on augmente la CSG des Retraités , et eux on les laissent mourir lentement dans la misère ;; çà suffit de vouloir aider toute cette racaille qui traine dans les rues, vous agresse , vous provoques , vous vole etc. .. venez visitez le 9 3 et vous comprendrez ces injustices ..