Mettre les parents retardataires à l'amende?

La commune de Bourogne, dans le territoire de Belfort, vient de décider d'imposer aux parents qui viennent chercher leurs enfants en retard à la sortie de l'école une amende de 5 euros par quart d'heure de retard. Le but de l'opération est d'enrayer les retards des parents, qui s'accumulent dans cette école, générant des coûts importants pour la commune, obligée de payer des heures supplémentaires aux agents assurant la garde.

C'est une très, très mauvaise idée.

En 1998, les économistes Uri Gneezy et Aldo Rustichini ont mené l'expérience suivante. Dans les maternelles en Israël, les parents d'élèves arrivaient parfois en retard pour chercher leurs enfants. Résultat, alors que l'heure de fermeture est normalement à 16 heures, certains parents arrivaient jusqu'à 16h30, obligeant un enseignant à rester pour attendre les parents retardataires. Pendant 20 semaines, de manière expérimentale, dans la moitié des crèches de la ville de Haïfa, les parents en retard devaient payer une amende de 10 shekels pour un retard de 10 minutes ou plus (par comparaison, le salaire horaire d'une baby-sitter en Israël était de 15 shekels à l'époque de l'étude). Aucune amende n'a été imposée dans les autres crèches.

Résultat ? Comme le montre le graphique suivant, le nombre de retards a augmenté (pratiquement doublé même) après la mise en place de l'amende, alors qu'il restait constant dans les crèches sans amendes.

creches

 

Il y a pire : lorsqu'au bout de 20 semaines, l'expérience a pris fin, les parents n'avaient plus d'amende à payer, mais le nombre de retards est resté à son niveau élevé, et n'a pas diminué.

Une amende, c'est un prix

Ce paradoxe n'est pas isolé. L'expérience a été reproduite, et d'autres contextes ont donné le même résultat : les pénalités financières augmentent ce qu'elles sont censées dissuader. C'est qu'une amende change la perspective des gens.

Lorsqu'aucune amende n'existait, les parents qui arrivaient en retard avaient le sentiment de violer une norme sociale : on n'arrive pas en retard, c'est impoli, et ne pas le faire suscite de la honte et de l'embarras. En arrivant en retard, on impose une contrainte à une personne serviable, l'employé obligé de rester tard.

Mais dès lors qu'une amende existe, le contexte devient un contexte marchand. Il y a un prix au fait d'arriver en retard. Et pour les parents, désormais, il n'y a plus de honte associée : "je paie, j'ai donc le droit d'arriver en retard". Arriver en retard devient acceptable, pourvu qu'on en paie le prix.

Et lorsque l'amende a existé à un moment, il est difficile de revenir sur cette nouvelle norme : lorsqu'un service est apparu comme marchand, il le reste. C'est pour cela que les parents, alors que l'amende avait été supprimée, ne sont plus revenus à leur ancien comportement.

D'après le maire de la commune, "la majorité des parents comprend l'intérêt de la mesure". Si l'on en croit l'expérience des économistes, il va très bientôt déchanter.

A lire aussi

  • lyseam

    C'est de la psycho plus que de l'économie.
    Sans aucunement prendre la défense des uns ou des autres : une remarque :

    Vous supposez que les parents ont le choix et vous oubliez  un facteur important, surtout actuellement et en France: les revenus des parents.
    Or
    Si les parents le font vraiment exprès et sont fauchés, ils vont vite arrêter.
    S' ils le font exprès et ont les moyens, ils continueront effectivement peut-être et même pire, au vu donc de leur mentalité.
    Et si les parents n'ont pas le choix (pas de garderie qui leur serait moins coûteuse après 16h30 ou bien garderie fermant trop tôt par rapport à leurs obligations etc... ) mais ont les moyens , soit rien n'y fera effectivement  soit cela marchera sur certains qui investiront dans une baby-sitter.
    Et si les parents n'ont pas le choix et pas les moyens, ils sont simplement dans la panade, mais "pas le choix" avec amende l'emportera.

    Bien sûr que certains parents sont sans gêne mais certains sont coincés aussi.

    Les horaires même avec garderie ne sont pas toujours adaptés aux obligations/au travail (ou les obligations/le travail n'est pas toujours adapté aux horaires même avec garderie si vous préférez) et cela, ce n'est pas nouveau ; allez donc discuter avec votre consoeur de Ladies and Gentlemen...

    • ol2

      Il suffit d'un enfant pour que l'employé reste.
      En gros, il suffit d'un "parent qui a les moyens" pour que l'employé reste.
      Et les autres suivront.

      C'est ça ou la baby-sitter, certains n'ont pas le choix, comme l'employé qui reste, de rester plus longtemps au travail ... et s'ils gagnent plus qu'ils ne paient en faisant "l'heure sup" (ce qui est très amplement probable dans la mesure où le maire ne peut pas mettre une amende au delà du préjudice subit, sinon c'est illégal), ils continueront à arriver en retard.

      Mais pire : vous aurez ceux qui ont les moyens d'arriver en retard, et les autres qui n'en ont pas les moyens. Une belle preuve d'égalité ...

  • Lnk

    En somme c'est un service marchand dont on souhaite qu'il ne soit pas acheté (ce qui doit être assez rare parmi le services marchands). La solution ne serait-elle pas de fixer le prix à un niveau tel que les clients l'estiment trop cher par rapport au service rendu?

  • shatonga

    Une amende ce n'est pas d'un prix mais une sanction pénale.
    Or celui qui comet la "faute" visible, n'est pas forcement le plus responsable.
    En effet, on peut ne pas être le conducteur de la voiture qui s'est faite flasher: l'amende sera payée par le conducteur, pas forcement par le proprio de la voiture.

    L'amende sera donc présentée au coupable (employeur par exemple) qui devra se justifier et payer, en plus de l'amende, des dommages-intérêts.

    donc c'est effectivement une solution con, en plus d'être illégale si elle ne respecte pas le principe de la personnalité des peine ainsi surtout, le principe du contradictoire.

    et ce sera la moindre des choses.

     

  • nadine10

    vous confondez "sortie d'école" et "garderie périscolaire"... ce qui rend votre démonstration confuse. Il s'agit là de faire payer les heures de dépassement non comprises dans le forfait déjà payé par les parents. Le service de garderie périscolaire est déjà payant, déjà marchand. L'école, elle, est gratuite. Au lieu de faire payer une amende, il devrait fermer boutique à l'heure et laisser les enfants devant la porte, les parents rappliqueraient rapidement 😉 je rigole à peine! à 16h30, l'école laisse les enfants sortir, avec ou sans parents :( (si si, ce n'est plus de la responsabilité des instits à 16h31)

  • DamienLi

    Pour reprendre ce que Lnk soulève plus haut, l'augmentation des parents retardataires n'est pas en soi une preuve que un incitant sera inefficace (d'où le titre d'un autre de leurs articles, "Pay enough or don't pay at all"). Les auteurs disent eux-mêmes que la leçon à tirer de leur travail est principalement qu'une amende induit un changement de perspective (ce qui est en soi intéressant). Changement qui peut être acceptable ou non, on sort ici du champ de l'économie pour entrer dans celui de la morale.

    Dans leur article dans le JEP, les auteurs indiquent les amendes étaient faibles (p. 194) et ils notent qu'une interprétation pourrait être que cela donné l'impression aux parents qu'être en retard n'était pas très grave.

    Il me semble que 5 euros par quart d'heure est un plus grand incitant que quelques shekels quel que soit le retard.  Si, en plus, 10 shekels est moins que le coût d'une baby-sitter, ce n'est pas très étonnant que les parents aient vu cela comme une bonne affaire (alors que, avant l'amende, ils pouvaient se dire qu'il y aurait des répercussions plus importantes sur eux ou leurs enfants).

    Au pis, si Bourogne constate que les retards sont en hausse, ils peuvent toujours augmenter l'amende ou la rendre non-linéaire (1er quart d'heure = 5 euros, 2ème = 8 euros, 3ème = 10 euros, etc.).

    Pour rebondir sur ce que dit ol2, une augmentation ne veut pas non plus forcément dire que l'amende est inutile. Il faudrait pour cela établir que les coûts engendrés par cette augmentation sont supérieurs aux revenus de l'amende. Il se peut pas exemple que le coût marginal serait quasi nul si l'augmentation de retardataires n'implique pas un dépassement des normes d'encadrement et que la personne devant rester pour 5 enfants peut toujours rester seule pour 10 enfants.

    • Olivier E

       5€ du 1/4 d'heure => 20€ de l'heure. C'est environ 2.5x plus cher qu'une babysitter. Donc pas si cher que ca ! Surtout que visiblement, ils travaillent au 1/4 d'heure, la ou le/la babysitter se fait souvent payer a l'heure. Et en plus pas besoin de réserver ou de prévoir, la garderie s'en occupe quand même.
      Non d'un pur point de vue économique, c'est plutot rationnel de laisser parfois ( tous les 2-3 jours) l'enfant 1/2 heure de plus, que d'embaucher un babysitter pour garantir que quelqu'un va le chercher a l'heure !
      Bah de toute façon on verra dans 3 mois !

  • td2554

    Il me semble avoir vu des résultats similaires sur le don de sang : le don bénévole fonctionnant mieux qu'une rémunération modeste des donneurs, à cause du changement de logique (acte de civisme pur / examen du montant de la rémunération).

    On entend aussi parfois dire que l'individualisation des rémunération dans la fonction publique (qui est un exemple de grande entité qui n'est pas encore dans cette logique) n'est pas forcément une bonne chose, l'appartenance à un corps pouvant dans certains cas conduire à des normes de conduites suffisamment efficaces alors que l'individualisation des rémunération pousse à renoncer à cette "logique de l'honneur".
    Cela doit sans doute être vrai au moins en partie, dans le cas des corps les plus prestigieux ou ayant des traditions assez fortes.

    En tout cas, certains déplacements de pouvoir provoquent des réactions d'hostilité de personnes parfois inattendues dans ce rôle :

    http://www.lavoixdunord.fr/France_Monde/actualite/Secteur_France_Monde/2009/04/18/article_la-loi-bachelot-critiquee-par-les-profes.shtml

    http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2009-08-27/alain-gerard-slama-sarkozy-est-un-prince-pdg/917/0/371892

  • Red_Pignouf

    L'article commet une grossière faute de raisonnement. Le fait que la demande augmente avec la mise en place d'un prix plutôt que d'une norme ne veut pas dire que le mécanisme de prix n'est pas efficace en soi : simplement que le prix est trop bas. Si au lieu de mettre l'amende à 10 euros pour 10 minutes, le maire décide de faire payer 100 euros pour dix minutes, les parents viendront chercher leurs enfants sans nul doute.

    Pour plus de détails, cours de micro 1, théorie du consommateur.