L'Italie aujourd'hui : Un prêtre sous les verrous, un clan mafieux contrôlait le centre d'accueil des migrants

Crédit : Espresso - Repubblica.it

Un prêtre sous les verrous : un clan mafieux contrôlait le centre d'accueil des migrants, L'Italie veut croire à une relance de la construction européenne grâce à Emmanuel Macron, En raison du G7, les migrants ne peuvent plus débarquer en Sicile

Un prêtre sous les verrous : un clan mafieux contrôlait le centre d'accueil des migrants

Coup de tonnerre en Calabre : la nuit dernière, les gendarmes ont arrêté 68 personnes sur l'île de Capo Rizzuto.

Parmi elles : le curé de la paroisse de Crotone.  Comme les autres individus interpellés, l'ecclésiastique est accusé "d'association mafieuse, extorsion de fonds, port et détention d’armes illégales, malversations de l’Etat et d'escroquerie aggravée".

Depuis 10 ans, sur les 103 millions d’euros que l’Etat a versé  pour la gestion du centre des demandeurs d’asile de Crotone, 36 millions ont fini entre les mains du clan mafieux.

L'Italie veut croire à une relance de la construction européenne grâce à Emmanuel Macron

Les médias italiens ne retiennent ce matin qu'une seule chose de la passation de pouvoir hier à Paris : les déclarations du nouveau président sur l'Europe. En Italie, l'élection française fait également souffler un vent d'espoir.

Le déplacement à Berlin cet après-midi du nouveau président sera largement couvert par la presse transalpine.

« Macron Merkel : la rencontre pour relancer l’Europe » est en Une de la Stampa. Pour le quotidien, la chancelière allemande ne s’est jamais autant impliquée dans la campagne d’un candidat d’un pays étranger. La rencontre, la première depuis sa prise de fonction, est hautement symbolique pour relancer le couple franco-allemand, moteur historique de l’Union européenne.

En raison du G7, les migrants ne peuvent plus débarquer en Sicile

migrants

 

En raison de la réunion du G7 qui se tiendra à Taormine en Sicile les 26 et 27 mai prochains, des contrôles renforcés ont été mis en place "aux frontières internes (terrestres, maritimes et aériennes), depuis le 10 mai et jusqu'au 30 mai, suite à la suspension du Traité de Schengen pour la libre circulation des personnes", indique un communiqué officiel.

Conséquence : du 22 au 28 mai, aucun bateau de secours en mer des migrants ne sera autorisé à entrer dans un port sicilien  Cela pose un problème aux ONG et aux garde-côtes italiens qui accostent fréquemment à Catane et à Messine. Ils seront déroutés vers d'autres ports de la péninsule. L'objectif est, selon les autorités, de "prévenir la menace terroriste". Elles craignent que des islamistes se mêlent au flux des réfugiés.

Publié par François Beaudonnet / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article