L'exode des jeunes italiens

Avec un taux de chômage de 40% chez les jeunes, les italiens sont de plus en plus nombreux à choisir l’exode pour trouver un travail.

Cette génération de jeunes diplômés qui ne parvient plus à trouver un emploi en Italie se tourne à présent vers d’autres pays d’Europe : l’Allemagne, le Royaume-Uni, ou encore la France. Une étudiante de la Sapienza, la principale université du pays, confie « Je n’ai aucun futur dans mon propre pays».

C’est le constat qu’à fait Eleonora, diplômé dans le domaine de l’art « Je n’ai eu que des missions courtes, et très mal payées. Arome par exemple je gagnais 500 euros par mois » explique-t-elle. Partir, une décision difficile mais nécessaire pour plus des 100 000 italiens de moins de 30 ans qui ont quitté le pays l’an dernier.

Un exode inquiétant

Ces départs sont d’autant plus que le gouvernement ne semble pas vouloir reconnaître l’ampleur du phénomène. Dans une déclaration à la presse, le ministre du travail Giuliano Poletti avait même lancé un « Bon débarras ! » aux jeunes partis du pays. Le ministre avait dû s’excuser mais le mal est fait. Cette « fuite des cerveaux » inquiète surtout les universités : elles craignent d'investir pour une jeunesse qui s'en ira dès son diplôme en poche, en quête d'un avenir meilleur.

 

 

Publié par François Beaudonnet / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article