Naissance d'un petit lémur catta

Le bébé lémur catta dans les bras de sa mère © F-G Grandin / MNHN

Mardi 8 avril, au matin. Tandis que tous les projecteurs sont braqués sur l'ouverture du nouveau Parc zoologique de Paris dans quelques jours, en parfaite discrétion, une heureuse surprise attendait les équipes animalières. Entre les poils du ventre de Margarita, la femelle maki catta (Lemur catta), on devinait un minuscule lémur nouveau né.

C'est la première naissance de primates au sein du parc ! Et pas des moindres, puisque beaucoup d'espoirs sont fondés sur la reproduction des lémuriens, dont les espèces figurent presque toutes sur la liste rouge de l'UICN. Si les makis catta se reproduisent assez facilement en captivité, cette nouvelle naissance est aussi la preuve que ces lémuriens se sont bien acclimatés à leur nouvelle vie au parc zoologique.

Quelques soupçons sans confirmation

Le bébé maki catta accroché au ventre de sa mère © F-G Grandin / MNHN

Le bébé maki catta accroché au ventre de sa mère © F-G Grandin / MNHN

Flashback - Les makis catta sont arrivés durant l'automne 2013. Guido, le mâle depuis le Burgers'zoo aux Pays-Bas et les trois femelles en provenance de Budapest. Après quelques péripéties lors du transfert (les femelles ont manqué leur correspondance à l'aéroport de Londres) et une mise en relation tout en douceur (chez cette espèce, ce sont les femelles qui font la loi !), femelles et mâle se sont finalement rapprochés. En janvier, après un petit passage en clinique pour Margarita, une des femelles, une échographie, un peu précoce, laissait entrevoir un épaississement de la paroi utérine pouvant correspondre à un début de gestation...

Et puis finalement, l'idée s'est tassée : "contrairement aux autres femelles, Margarita n'a pas pris de poids. Physiquement, cela ne se voyait pas non plus" précise Delphine Roullet, primatologue. L'apparition de cette petite boule de poil nichée au creux du ventre de sa mère a donc suscité l'étonnement général. Tant que la mère s'en occupe, curateur et soigneurs n'interviennent pas auprès d'eux. Quand il sera en âge de monter naturellement sur la balance, les soigneurs pourront l'observer de plus près, déterminer son sexe et ainsi baptiser ce premier né !

 

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site du Parc zoologique de Paris 

Related Posts: