Luca le singe laineux, un poil capricieux

Luca le singe laineux (Lagothrix lagotricha) © F-G Grandin / MNHN

Luca le singe laineux (Lagothrix lagotricha) a rejoint en janvier le Parc zoologique de Paris, aux côtés de ses deux congénères Molimo et Chorito. Plus âgé, cest le mâle dominant de la bande, un peu plus solitaire mais surtout plus sensible à son environnement et aux gens. Il fait partie des animaux à parrainer de la biozone Guyane-Amazonie.

Luca est né au zoo de Twycross en Angleterre en 2001 et a été élevé à la main. Il en est devenu très sensible à son environnement et aux gens, en particulier ses soigneurs. Après un séjour à la Vallée des Singes et au zoo de Bâle en Suisse, et quelques déconvenues avec les femelles des groupes précédents, il est arrivé en janvier au Parc zoologique de Paris. Du haut de ses 13 ans, Luca est le mâle dominant du groupe. Plus imposant, il n’hésite pas à rouler des épaules pour asseoir son autorité. Un peu plus solitaire, il n’en est pas moins très actif et joueur, voir même impatient et capricieux quand il n’obtient pas ce qu’il veut.

Un singe qui a du nez !

Le singe laineux (Lagothrix lagotricha), est un mammifère de la famille des Atélidés vivant dans les forêts tropicales humides d’Amérique du Sud. Les poils épais, frisés et doux de ce primate sont absents de la face interne de sa queue. Elle est ainsi entièrement préhensile et lui sert de cinquième main.

La structure sociale de cette espèce est souple. Dans la nature, mâles et femelles, de tous âges, se réunissent dans des groupes de 15 à 45 individus, composés de plusieurs unités familiales. Ce singe utilise une communication olfactive particulière : il lèche le sol et frotte sa poitrine au même endroit. Les odeurs déposées ont un rôle dans la reproduction, le marquage du territoire par les mâles et le signalement de leur statut.

Un taux de reproduction faible pour cette espèce vulnérable

Le singe laineux est classé comme espèce « vulnérable » par l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Il est tué pour sa viande et capturé pour alimenter un marché parallèle d’animaux de compagnie. Avec un taux de reproduction faible (un petit tous les deux ans), cette espèce a du mal à faire face à ces menaces ainsi qu’aux modifications de son habitat.

Les singes laineux font l’objet d’un programme européen d’élevage coordonné par le zoo d’Apeldoorn aux Pays-Bas. Il compte 38 individus dans six parcs zoologiques. Les naissances en captivité sont rares et les mâles se trouvent en supériorité numérique. A terme, le Parc zoologique de Paris compte soutenir des projets de conservation in situ d'une autre espèce, le singe laineux à queue dorée, en danger critique d'extinction et dont Luca serait l'un des trois ambassadeurs au parc.

 

Pour parrainer Luca, c'est ICI 

Related Posts:

  • No Related Posts