La BD de la semaine : "Demon", l'énigme de l'homme qui ne pouvait pas mourir

Il aura fallu près de deux ans à Jason Shiga, l'auteur de Bookhunter et Vanille ou Chocolat ? pour boucler Demon, un projet encore plus fou que les précédents. Près de 720 pages pré-publiées sur son site web, que les éditions Cambourakis (en France) et First Second (aux Etats-Unis) ont décidé d'éditer simultanément en quatre tomes, à paraître d'ici mars 2018. Alors que le premier volume vient de paraître, Pop Up' vous explique pourquoi il ne faut pas passer à côté de cet album imaginé par le nouveau petit génie du comics alternatif américain.

De quoi ça parle ?

Jimmy Yee est au bout de sa vie. Ce prof de mathématiques vient de perdre sa femme et sa fille dans un accident de voiture et la seule issue pour lui semble être de se suicider. Dans la chambre d'un motel, il rédige une brève note expliquant son geste et se pend... avant de se réveiller quelques heures plus tard au lit, en pleine forme et dans le même motel. Motivé, il décide de persévérer et s'ouvre les veines dans la baignoire. Sans plus de succès. C'est donc par quatre suicides manqués que débute le premier tome de Demon. Le pauvre Jimmy tente désespérément de mettre fin à ses jours et ne comprend pas pourquoi il n’y parvient pas, malgré beaucoup de bonne volonté. En dévoiler plus sur l’intrigue serait un sacrilège, tant le scénario de Jason Shiga est un enchaînement d'ingénieux rebondissements que l'on vous laisse le soin de découvrir.

Capture d’écran 2016-11-08 à 14.35.52

Pourquoi on adore ?

Parce qu’on est admiratifs de la façon dont Shiga compose son intrigue et nous trimballe pendant quelques dizaines de pages avant de nous expliquer pourquoi son héros n’arrive pas à mourir (oui, on finit par avoir un début d'explication). Comme dans Vanille ou Chocolat ?, sa BD ultramaligne façon "livre dont vous êtes le héros" dont Jimmy Yee était déjà le héros, Demon se caractérise par son inventivité diabolique. Parce que le style graphique de Shiga, à la fois minimaliste et très naïf, permet à une histoire a priori morbide (les tentatives de suicide répétées d'un homme au comble du désespoir), de devenir hilarante. Parce que le scénario de Demon contient plus de suspense que le meilleur des polars et se dévore d'une traite. Parce qu'on nous promet d'ores et déjà 21 fins différentes et que mars 2018, date de parution du dernier volume, nous paraît du coup vraiment très loin.

Capture d’écran 2016-11-08 à 14.36.06

C’est pour vous si…

Vous aimez les énigmes et les labyrinthes (Shiga en a d’ailleurs publié un dans la célèbre revue trimestrielle McSweeney) et si la finesse du style graphique d'un auteur n'est pas l'élément déterminant lorsque vous choisissez un album de BD. Et si vous prévoyez d'aller à Angoulême en 2017, sachez que Jason Shiga y est en résidence jusqu'à l'été prochain. Votre meilleure chance de rencontrer (probablement avant longtemps) cet auteur encensé aux Etats-Unis (par Scott McCloud en particulier).

Capture d’écran 2016-11-08 à 14.36.19

Demon vol. 1 de Jason Shiga, éd. Cambourakis, 176 p., environ 22 euros. Le volume 2 est prévu pour mars 2017.

 

A lire aussi