La BD de la semaine : "Chronosquad", une nouvelle façon de vous faire voyager dans le temps

Le voyage dans le temps est un thème récurrent en BD. Blake et Mortimer, Yoko Tsuno, Valérian, les Chronokids... s'y sont essayés, souvent avec succès. Pourtant, Chronosquad mérite le détour.

C'est l'histoire de Telonius Bloch, un grand dadais mal dégrossi, regard bovin, nez proéminent et recouvert d'une tignasse de cheveux filasses, qui réalise son rêve le plus cher. Intégrer la Chronosquad, une brigade temporelle prestigieuse. Car dans cet univers parallèle, le temps est devenu un lieu touristique comme les autres, et moyennant finances, il n'y a rien de plus chic que d'aller bronzer en Egypte au pied des pyramides, en -4 577 avant Jésus-Christ. Même si toutes les précautions sont prises par les tour-operateurs (time-operators ?), il arrive qu'il y ait des incidents. Un conflit diplomatique, un autochtone vexé, des hold-up. Ou des rapts, la mission sur laquelle est envoyée Telonius, flanqué de deux équipiers autrement plus expérimentés que lui.

Raconter la suite de l'histoire serait criminel, mais sachez que ce tome inaugural (un joli pavé de 240 pages) nous emmène bien plus loin que l'Egypte antique. Deux intrigues parallèles y sont évoquées, histoire de densifier le récit : une enquête policière au Paléolithique et une romance à la Renaissance, qui va valoir son pesant d'aspirine pour ne pas amocher le sacro-saint continuum spatio-temporel. Ne vous arrêtez pas aux pages introductives, un chouïa laborieuses, et à la couverture, pas spécialement réussie, pour plonger dans une des meilleures BD de l'année. Grégory Panaccione, déjà remarqué pour ses formidables BD muettes, fait le grand saut du parlant en recasant son personnage de Marcel Cosse (joueur de tennis dans Match) dans une brigade des Chronosquad au potentiel alléchant. La double page où Telonius passe devant le tableau des vols temporels ferait saliver plus d'un lecteur.

800 pages en un an !

Cette approche originale du voyage dans le temps - ici même pas expliqué, car totalement entré dans les mœurs - permet à Giorgio Albertini, médiéviste de formation et historien de la BD, de jouer sur les codes du genre sans s'embarrasser d'explications scientifiques vaseuses. On se surprend à découvrir une foule de détails sur l'Egypte antique dans une BD où le ton se veut résolument léger. Cet album comblera le vide laissé par l'arrêt de la série Les Brigades du temps, où une police temporelle était chargée de s'assurer que les événements historiques allaient bien à leur terme, quand de sombres conspirateurs intriguaient pour que Christophe Colomb ne découvre pas l'Amérique ou que Pearl Harbor finisse sur une victoire japonaise.

Si le livre est épais, il se dévore d'une traite, la narration et le trait de Panaccione se prêtant bien aux grands espaces et au long format. Et, cerise sur le gâteau, les auteurs n'ont aucune intention de nous faire lanterner : la suite est déjà prévue pour janvier, avec la même pagination. Si vous avez une DeLorean et un savant aux longs cheveux blancs sous le coude, faites un tour à cette date pour nous dire si la suite est du même tonneau. Nom de Zeus !

Chronosquad, tome 1, Lune de miel à l'âge de bronze, éd. Delcourt, 240 p., environ 20 euros. Il y aura en tout quatre tomes, avec un épilogue prévu en septembre 2017.

 

Feuilletez des milliers de bandes dessinées gratuitement sur Sequencity

A lire aussi