Trois livres méconnus recommandés par les personnages de la série "Mad Men"

AMC

On a tout dit ou presque sur la série Mad Men, qui tire sa révérence le 17 mai prochain après sept majestueuses saisons. Pour lui rendre hommage, on s'est souvenu des moments "malaises", on a ri des absences de Don Draper, on a compté les verres d'alcool avalés, les cigarettes consumées et on s'est demandé si c'était bien raisonnable. A l'aune de la mort programmée d'une des séries majeures des années 2000, Pop Up' se penche sur la littérature prisée par ses héros. Compilés par un bibliothécaire aussi fou que fan, voici trois de ces ouvrages parmi les plus méconnus en France.

Les Chroniques de Prydain de Lloyd Alexander

MM1

Recommandé par : Sally Draper, fille de, passée en une poignée de saisons de toute-petite-chose-mignonne à ado-à-l’air-précocement-blasé. Dans le neuvième épisode de la saison 5, on la retrouve plongée dans le tome 2 des Chroniques de Prydain, Le chaudron noir, paru en 1965.

L’auteur : Romancier américain spécialisé dans la littérature jeunesse, Lloyd Alexander est un amoureux du pays de Galles, qu’il a découvert durant la seconde guerre mondiale. Sa mythologie et sa langue ("Prydain" signifie "Grande-Bretagne" en celte) servent de toile de fond à sa saga.

Le pitch : Cycle de fantasy en six tomes, Les Chroniques de Prydain sont des romans initiatiques dans lesquels on suit les aventures de Taran, un jeune assistant gardien de cochon qui se rêve en héros. Le film d'animation des studios Disney Taram et le Chaudron magique est inspiré des deux premiers tomes de la série.

Pour qui ? : Toutes les Sally Draper en herbe. Bref, tous les pré-ados orphelins d’Harry Potter et nostalgiques du monde de Narnia.

La Grève d’Ayn Rand

MM2

Recommandé par : Bert Cooper, l’excentrique patron de l’agence de publicité Sterling Cooper qui ne cache pas son admiration pour la philosophe dans le huitième épisode de la première saison de Mad Men.

L’auteure : Véritable icône aux Etats-Unis, Ayn Rand est une quasi-inconnue en France. La preuve, il a fallu attendre 54 ans pour que son best-seller, Atlas Shrugged, soit traduit en français (La Grève donc en VF). D'après une enquête menée par la bibliothèque du Congrès, La Grève est le livre qui a le plus influencé les Américains, juste après la Bible.

Le pitch : Sur plus de mille pages, Rand “développe sa pensée critique de la démocratie sociale interventionniste en envisageant ce que deviendrait le monde si ceux qui le font avancer, les 'hommes de l'esprit', décidaient de se retirer. En l'absence de ceux qui soutiennent le monde (tel le légendaire titan grec Atlas), la société s'écroule”, nous affirme Wikipédia. Sacré programme.

Pour qui ? : Exaltant plaidoyer pour l’homme libre (certains diraient égoïste), La Grève devrait séduire toutes les personnes pour lesquelles “altruisme” est un gros mot. Don Draper a adoré. CQFD.

Rien n’est trop beau de Rona Jaffe

MM3

Recommandé par : Don Draper, au lit, dans l’épisode 6 de la première saison. On le soupçonne tout de même de l'avoir piqué à son épouse, Betty.

L’auteure : C’est en observant la maison d’édition dans laquelle elle travaille que Rona Jaffe trouve l’inspiration pour son premier roman Rien n’est trop beau, paru en 1958. En France, on la connaît surtout pour avoir écrit un pamphlet contre le jeu de rôles Donjons et Dragons.

Le pitch : Rien n’est trop beau est aux fifties ce que Sex and the city est aux nineties. Dans le New York de l'après-guerre, cinq jeunes secrétaires employées dans une grande maison d'édition tentent de se faire une place dans une société dominée par les hommes. Des millions de lectrices s'identifient à ces jeunes femmes pas encore franchement libérées.

Pour qui ? : Les fans vintage de Mad Men qui regrettent déjà cette série qui parlait si justement d'émancipation féminine.

A lire aussi