A l'Assemblée nationale, les femmes ont du mal à s'imposer

A l’Assemblée nationale, 38% des députés sont des femmes ! Du jamais vu ! Plus visible... mais pour autant, est-ce qu’on les entend plus ? Pas forcément. Difficile pour les hommes de lâcher le micro.

En juin dernier, François de Rugy vantait une Assemblée renouvelée. «Tant de nouveaux visages, qui disent la féminisation, le rajeunissement, la diversité…» Mais cette féminisation nouvelle est elle audible ? A partir des comptes-rendus compilés par NosDéputés.fr, nous avons compté les mots prononcés par les hommes et par les femmes à l’Assemblée. 1,3 millions de mots pour elles… 3,3 millions pour eux. Proportionnellement, les hommes parlent 62% de plus que les femmes.

A La République en Marche, il y a presque autant de députées femmes que d’hommes. La parité était une promesse du président pour les législatives :

«Ces candidats seront pour moitié des femmes, pas parce que nous craignons des amendes : parce que nous pensons que c’est une bonne chose.»

Et bien… Les hommes En Marche parlent quand même presque deux fois plus que les femmes. La raison ? «Les garçons sont un peu plus téméraires, les hommes s’expriment en séance de nuit, pas toujours avec des propos étayés», nous explique Olivia Grégoire, députée LRM de Paris.

A la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon, les femmes sont presque aussi nombreuses que les hommes. La stricte égalité femmes-hommes est même inscrite à leur programme. Pourtant, sur les bancs de l’Assemblée, les femmes parlent presque deux fois moins. Clémentine Autain, députée FI de Seine-Saint-Denis, décrypte :

«Beaucoup de femmes se sentent facilement illégitimes. Elles ont du mal à parler, plus de difficultés à s’exprimer en public... C’est ce qu’il faut réussir à accompagner.»

Le groupe politique où la différence est la plus importante ? Les communistes : les hommes parlent trois fois plus que les femmes. Leur chef de file, André Chassaigne, député communiste du Puy-de-Dôme, a une bonne excuse...

«Nous avons sur le groupe trois femmes dont deux, Elsa Faucillon et Marie-George Buffet, qui sont dans la même commission et pour le moment les deux commissions où elles siègent n’ont quasiment pas eu de texte à étudier.»

Si les femmes parlent moins que les hommes c’est peut être aussi parce que les chefs des sept groupes parlementaires, ceux qui répartissent la parole entre députés sont... des hommes.

Il y a tout de même un groupe parlementaire où les femmes ont réussi à s’emparer du micro : les socialistes ! Les femmes députés PS parlent autant que les hommes.

Publié par L’Œil du 20 heures / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article lié
  • raynaud

    Je ne pense pas que cela puisse changer ! les réactions féminines ont souvent un reflet assez pervers ; il ne faut pas généraliser , mais cela est bien connu au sein des entreprises .

  • Bertrand le paysan

    Je pense que ce soit pour une femme ou pour un homme ,il est toujours difficile de s'exprimer en public quand on débute dans une fonction.Au départ il vaut mieux écouter,apprendre à connaître le sujet cela évite d'intervenir mal à propos.Puis on acquiert de l'expérience et là,on peut se lancer dans le débat.Arrêtons de comparer les femmes et les hommes:les femmes sont formidables et les hommes aussi d'ailleurs ...

  • JPMAdeR

    Marrant de voir que les non-inscrit est là où le FN siège et qu'il y a plus de parole de femmes avec seulement 2/8 femmes élues !

  • Georges

    Les données ne sont pas rapportées au nombre de femmes dans chaque groupe. Par exemple, 41% des députés FI sont des femmes, contre seulement 17% du groupe communiste. Par conséquent, il est inévitable de voir une surreprésentation des hommes appartenant à des groupes moins mixtes...

  • Eric S.

    s'imposer de quoi ?