Notes de frais des députés : si vous avez le ticket c’est remboursé !

 

 

Ah la belle époque où les députés dépensaient comme ils le voulaient leur IRFM: l’indemnité représentativité de frais de mandat... C’est une époque révolue !

La cagnotte « IRFM »  à hauteur de 5840 euros brut par mois par député est à présent supprimée. A partir du 1er janvier 2018, les députés devront justifier chaque dépense s’ils veulent se faire rembourser.

Mais au fait quels frais sont pris en charge par l’Assemblée ?

Au Palais Bourbon, ceux qui tiennent les cordons de la bourse ce sont les trois Questeurs. Ce document que nous vous présentons, publié par le magazine “Marianne” détaille

les frais des députés qui pourraient être remboursés. Par exemple :

  • Les fournitures de bureau
  • Les billets de train ou d’avion
  • Les factures de taxis
  • Les frais vestimentaires costumes, tailleurs,
  • Les notes de téléphone
  • Les séances chez le coiffeur
  • Les cadeaux offerts
  • Les conseillers en communication
  • Location de salle de réunion

 

Parmi toutes ces dépenses plafonnées à 5840 euros brut par mois et par député, l’une fait polémique : Au chapitre “hébergement et repas” :

Serait remboursé : la location d’un pied-à-terre à Paris ou en circonscription (loyer, dépense d’eau, d’électricité et de chauffage, frais d’agence, d’équipements électroménagers ou l’achat du linge de maison…)

Par exemple un député habite à Paris. Il est élu en province. Dans sa circonscription, le loyer de son nouvel appartement est remboursé. Scandaleux pour un député socialiste qui dénonce un coup de pouce aux élus “parachutés”.

Contactés, les Questeurs admettent que la mesure fait débat. La liste officielle des frais remboursables sera connue le 29 novembre. D’ici là, un conseil au députés : gardez-bien vos justificatifs

 

Publié par L’Œil du 20 heures / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article lié