Des danseuses pour inaugurer une station d'épuration: la photo polémique

Pour une belle inauguration, il faut : des officiels, un joli ruban, un beau coussin rouge et une grande paire de ciseaux… mais pour certains ce n’est pas assez, il faut aussi de jolies danseuses! L’œil du 20h vous raconte l’histoire d’une photo qui fait polémique!

La photo a été prise lors de l’inauguration de la station d’épuration de Luynes (Indre-et-Loire) le 7 octobre dernier. Au centre de l’image, trois hommes dont Philippe Briand, président de Tours Métropole et son vice-président Bertrand Ritouret, maire de Luynes. De chaque côté, en guise d’hôtesses, deux jeunes femmes en mini-jupe et bandeau sur la poitrine. L’une tient un petit coussin rouge. Postée sur les réseaux sociaux, la photo a provoqué un tollé: “femme objet, sexisme et machisme en direct” écrit une internaute. “Choquant et rétrograde” pour une autre, “c'est quoi le rôle des femmes?” demande un internaute.

Pourquoi ces femmes sur cette photo? Pour inaugurer leur nouvelle station d’épuration, installée sous une serre tropicale, les élus ont convié musiciens brésiliens et danseuses de samba! “Tout était tropical : l’apéritif était tropical, il y avait des animaux tropicaux", explique Bertrand Ritouret, présent sur la photo. Mais sur la photo officielle, pas d’animaux, juste les danseuses. “Elles ont dû se trouver à proximité, certains ont dû leur demandé de jouer un rôle, je ne sais pas qui… personne n’y a vu à mal, moi le premier, je n’étais pas choqué de voir ces femmes là”.

Et à l'inverse?

L’association "osez le féminisme!" y voit elle un sexisme ambiant : “Il y avait des musiciens, on aurait pu faire venir des musiciens. Non on a fait ça! Utiliser le corps des femmes comme faire valoir, comme objet de décoration, c’est inadmissible et c’est révoltant”, s’insurge Claire Goyeau, responsable de l’association "Osez le féminisme !" à Tours.

Sollicitées, les danseuses ne nous ont pas recontactés. D’après France bleu, le président de Tours métropole, lui, a finalement reconnu une erreur et demandé le retrait de la photo.

Et si la situation avait été inverse, les réactions auraient-elles été les mêmes? Difficile de répondre, cela arrive quand même moins souvent...

Publié par L’Œil du 20 heures / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article lié