Comment garder son salaire quand on perd son mandat : des députés ont trouvé la parade


Pour les députés battus ou qui ne se représentent pas, terminés les 5 600 euros d’indemnités chaque mois dans la tirelire. Mais pour ces élus, il y a un moyen tout à fait légal pour compenser la baisse de leur pouvoir d’achat. 

A Orléans, l’ex député Oliver Carré, frappé par le non cumul des mandats, est resté le maire de la ville. Le lendemain des élections législatives, le conseil municipal vote son augmentation. Son indemnité passe de 958 euros à 4 100 euros net par mois. Mais ce n’est pas tout. Jeudi 22 juin, il est élu président de la métropole d’Orléans. Un nouveau mandat et 3 700 euros de plus par mois.

Au total, Olivier Carré perçoit 7800 euros net d’indemnité, proche de ce qu’il touchait lorsqu’il était député. Pour M. le maire, rien d’anormal : "Il y a beaucoup de gens qui ont été choqués d’apprendre que le maire ne touchait que 900 euros. Quand vous n’êtes plus député, c’est le montant normal de la rémunération de maire qui reprend et arithmétiquement ça remonte".

La conseillère municipale d'opposition Corinne Leveleux-Teixeira (PS) reproche à Olivier Carré un mauvais signal envoyé aux électeurs : "C’est pas juste un augmentation, c’est une multiplication par 5, on a été surpris par le choix du timing. Beaucoup de citoyens s’interrogent sur la moralisation de la vie publique. Là on trouvait que le signal envoyé était particulièrement malvenu."

80% d'augmentation à Cholet

L’augmentation d’Olivier Carré est légale. Il a le droit de cumuler deux indemnités. Il est proche du maximum permis par la loi.

D’autres maires n’ont pas attendu longtemps avant d’augmenter leurs indemnités. A Roanne, le traitement de l’ancien député Yves Nicolin est passé de 2 757 euros à 5 187 euros mensuel.

Il préside aussi l’agglomération. Au total, il perçoit environ 8 200 euros brut, le montant maximal autorisé. Yves Nicolin assume : "je suis président d’une agglomération, je suis maire d’une ville, je dois être payé pour ce que je fais. Je ne connais personne qui vit de l’air et du temps".

A Cholet, l’indemnité du maire Gilles Bourdouleix a gonflé de 80% : passant de 2 323 euros à 4 182 euros bruts par mois.

Pour les députés, le cumul des mandats prend fin dès le 1er juillet. Mais pour les élus locaux, ce n’est pas près de s’arrêter.

Publié par L’Œil du 20 heures / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article lié