Bilan du quinquennat, quand François Hollande embellit la réalité !


A l’Elysée, certains font leurs cartons, mais d’autres continuent à travailler : ils écrivent le bilan de François Hollande avec parfois une petite tendance, celle de repeindre la réalité et de la rendre un peu plus jolie qu’elle ne l’est. L’oeil du 20h a regardé sous le vernis.

Ce bilan, ce sont 70 pages de mesures et de décisions mises en ligne sur le site de l’Elysée. Bien sûr, il y a du vrai : l’instauration du mariage pour tous, la création de 60 000 postes dans l’Education nationale ou encore la mise en place de l’opération Sentinelle.

Impôts, une embellie en demi-teinte

Mais dans d’autres domaines, l’Elysée s’arrange un peu avec la réalité. Prenez les impôts. Dans le bilan, il est écrit qu'il y a eu une "baisse de l’impôt sur le revenu de 6 milliards d’euros depuis 2014". C’est vrai, mais ce qui n’est pas dit, c’est qu’entre 2013 et 2014, le même impôt sur le revenu a augmenté de 10,5 milliards d’euros.

Si l’on compte l’ensemble des impôts qui pèsent sur les ménages, la note est encore plus salée : plus 43,9 milliards d’euros courant sur le quinquennat.

500 000 nouveaux logements par an, une promesse non tenue

Pour l’immobilier, voici ce que l'on peut lire dans le bilan élogieux du quinquennat : "Forte reprise de la construction, plus de 450 000 logements autorisés sur 2016". Depuis 2015, la construction de logements a en effet fortement augmenté, mais ce que l’Elysée ne précise pas, c’est que depuis 2012, elle s’était effondrée. La promesse du candidat Hollande de construire 500 000 logements par an n’a d’ailleurs pas été tenue.

8000 nouvelles places de prison … mais en fait que 1451 !

Pour les prisons, même topo. Dans son bilan, la présidence se félicite. "Création de 8 000 nouvelles places de prison en 5 ans". Un beau résultat mais en réalité le nombre de places opérationnelles en prison n’a augmenté que de 1451 depuis 2012.

Comment expliquer cet écart ? C’est très simple, l’Elysée oublie que pendant qu’il a ouvert 8000 nouvelles places de prisons il en a fermé d’autres. Environ 4 000. Sans compter des prisons ou des cellules qui existent mais ne sont pas utilisées, parce qu’en travaux par exemple. Voilà pourquoi on arrive à seulement 1451 places de plus en 5 ans.

Bref, un bilan qui prouve qu’en politique comme dans la vie, on n'est jamais mieux servi que par soi-même.

Publié par L’Œil du 20 heures / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article lié