L'étonnante histoire d'un pont sans route

Quand on cherche son chemin près de Dieppe en Normandie on a parfois de drôles de surprises…
Un pont au milieu de nulle part…Inutilisable. Relié à aucune route…

Comment en est-on arrivés là ? L’Oeil du 20h vous raconte l’étonnante histoire du Viaduc de la Scie…Aujourd’hui pour aller à Dieppe, on passe par cette route la nationale 27 qui se transforme en départementale. Et elle est un peu….saturée de camions. Le viaduc, c’est le moyen de détourner tous ces véhicules.

Le village est écrasé par le trafic. Le maire de Saint Aubin sur Scie, l’attend avec impatience. "Il est évident qu’à l’ouverture du pont les 18 000 véhicules se présentant ici nous en aurons que 3000"

En 2012, les travaux commencent pour enjamber le petit cours d’eau de la Scie. En 2015, le viaduc est terminé. Mais depuis 2 ans, toujours pas de route pour relier le pont.
Il manque 7 petits kilomètres d’asphalte pour qu’il puisse enfin être utilisé. Pourquoi ce chantier à 77 millions d’euros a-t-il autant de retard ? Pour l’Etat qui construit le pont, c’est la faute à pas de chance.

Expropriations et fouilles archéologiques
Des fermiers expropriés ont contesté la décision devant le tribunal. “La route va couper totalement le champ et le priver de la plus grande partie de l’habitat pour les chevaux”. Un recours qui aurait provoqué deux ans de retard.

Autre difficulté invoquée par l’Etat: des fouilles archéologiques auraient ralenti le chantier. C’est vrai, certaines sont en cours… Une équipe recherche des vestiges gallo romains… Mais en aparté, le chef de chantier nous avoue: “l’archéologie ça ralentit la route ? On ne les a pas gênés spécialement. Il n’y pas de délai supplémentaire qui soit intervenu ici.”

Le financement ?
Y aurait-il une autre raison pour expliquer ces retards ? Selon Didier Lecanu, retraité de la direction de l’équipement, ce serait surtout un problème d’argent:
“La vraie explication, c’est qu’il n’y a pas d’enveloppe débloquée. Si il y avait vraiment une enveloppe budgétaire prévue, les engins seraient sur le chantier à terrasser. Il n’y a plus rien qui peut les arrêter”

L’Etat ne reconnait que 2 ans de retard.Mais au final, la route ne sera livrée qu’en 2020. Le pont sera resté 5 ans sans servir. Et la facture risque de s’alourdir : le bitume, aura sans doute besoin d’être refait…

(Images de drône réalisées par EYE TECH DRONES : https://www.eyetechdrones.com ) 

Publié par L’Œil du 20 heures / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article lié