Areva: une usine livrée avec 32 ans de retard ?


Areva, le fleuron français du nucléaire connaît des ratés retentissants. Aux Etats-Unis, une usine d’Areva pourrait être livrée avec 32 ans de retards !

C'est au Sud-Est des Etats-Unis que se situe l’usine Areva. Il s'agit d'un chantier colossal de 1500 ouvriers pour une usine commandée par le gouvernement américain afin de transformer du plutonium militaire et en faire de l’électricité.

Associée à une entreprise américaine, Areva lance les travaux en 2007. Problème, selon un rapport du ministère de l'énergie américain, les erreurs s’enchaînent et les coûts explosent :

  • En 2007, la fin du chantier est annoncée pour 2016 pour un coût de 4,8 milliards.
  • Cinq ans plus tard, le projet est réévalué à 7,7 milliards et prévu pour une livraison en 2019.
  • Aujourd’hui, le coût est faramineux. 17 milliards d’euros. Livraison en 2048.  

Comment en est-on arrivé là ? A Washington, nous avons retrouvé l’une des rares personnes à avoir visité le site. C’était en mars dernier. Il a relevé des erreurs grossières : "Le problème avec ce projet c’est qu’il n’a pas été bien planifié. Ils ont livré des équipements mais ils n’avaient nul part où les stocker".

223 millions d'euros pour racheter du matériel mal stocké qui a rouillé

Des erreurs étonnantes sont décrites dans ce rapport du ministère de l’énergie américain. 

En voici quelques unes :

  • Pour du matériel mal stocké qui rouille et qu’il faut remplacer, le surcoût est de 223 millions d’euros.
  • Pour des équipements devenus obsolètes à cause des retards et qu’il faut changer, 470 millions d’euros supplémentaires.

Cette usine sera-t-elle finie un jour ? Rien n'est moins sûr. Entre le gouvernement américain et Areva, il y a comme un léger désaccord sur l’avancement du chantier. Dans ce rapport on lit que "66% des tuyaux ont été livrés". Mais pour le gouvernement américain, "seulement 1% a été installé, inspecté et contrôlé".

Résultat, pour l’administration américaine, moins d’un tiers de l’usine est terminée et sera livrée en 2048. Nous sommes allés poser la question à Areva. Son porte-parole conteste : "On ne cautionne pas naturellement le délai de 2048, on en est à 72% d’avancées, si le budget du département à l’énergie est conséquent, le projet va continuer d’avancer et sera fini d’ici une dizaine d’années."

Une dizaine d’années, c’est déjà ce que promettait Areva lors du lancement des travaux. Rendez-vous donc en 2027 pour une nouvelle estimation... si le projet n’est pas enterré d’ici là.

Publié par L’Œil du 20 heures / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article lié