Trump veut rapatrier les emplois aux Etats-Unis… mais fait fabriquer en Chine !


De meeting en plateau télé, le candidat à la présidentielle américaine, Donald Trump fait toujours la même promesse : "Vous avez perdu vos emplois et vos usines ! Eh bien on va les ramener comme jamais auparavant ! Je serai le meilleur président de l’emploi que Dieu ait fait, je les rapatrierai de Chine, du Japon et du Mexique." Il se trouve que Donald Trump est aussi un homme d’affaires qui vend du prêt-à-porter. Fabrique-t-il ses produits aux Etats-Unis ? Pas vraiment.

La griffe Donald Trump, ce sont des cravates en soie vendues 76 euros et des chemises en coton. Ivanka, sa fille, vend des ballerines et des bottines à 130 euros. Il suffit de jeter un œil sur Amazon pour se rendre compte que certains articles sont produits au Bangladesh, en Indonésie et en Chine !

Comme ici, à Dongguan, dans le sud du pays. Cette usine a déjà conçu 100 000 paires de chaussures pour Ivanka Trump. Dernière livraison en date : cet été, 20 000 paires de sandales à talons. Alors tous ces emplois un jour transférés sur le sol américain ? Le patron de l’usine, Zhang Huarong, n’y croit pas une seconde. Pour être encore plus rentable, lui a d’autres projet. Il fait construire une énorme usine mais pas aux Etats-Unis: "mon objectif est de créer 30 000 emplois en Ethiopie avant 2020".

Trump qui réclame du made in USA mais qui fabrique en Asie ? Il n’y voit aucune contradiction : "Une grande partie est fabriquée en chine mais c’est parce qu’ils manipulent tellement leur monnaie, c’est impossible pour nos entreprises d’être compétitives".

Alors désormais en meeting, quand on l’entend dire qu'il aimerait "voir ce jour où ces emplois seront de retour aux Etats-Unis”, on a du mal à le croire.

Publié par L’Œil du 20 heures / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article lié