Catastrophe nucléaire : sommes-nous bien informés ?


Que faire en cas d’accident nucléaire si l’on habite près d’une centrale ? Pour tirer les leçons de la catastrophe de Fukushima, un plan national a été adopté en 2014. Mais a-t-il été appliqué ?

Dans le plan de 2014, il est prévu que l’Etat organise des points de rassemblements, des plans d’évacuation et des lieux d’hébergements. Autour de chaque centrale, il y a un périmètre de sécurité de 10 kilomètres où les riverains doivent être informés des consignes à suivre en cas d’accident. Ce plan national devait être "décliné fin 2014 au niveau des départements" et connu du plus grand nombre au cas où il serait déclenché.

Nous nous rendons aux abords de la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux, près de Blois pour vérifier si le plan national est bien appliqué. Résultat, le document dans lequel doivent figurer les consignes (plan particulier d'intervention, PPI) est introuvable. Il ne figure pas non plus sur le site internet de la préfecture. Les riverains ont bien reçu des pastilles d'iode à ingérer en cas d'incident mais ils ne connaissent pas les autres consignes de sécurité.

"C'est pas nous, c'est Matignon"

Quant aux recommandations de l'Autorité de sûreté nucléaire pour augmenter la taille des périmètres d'urgence autour des centrales nucléaires, la France est pour le moment restée silencieuse. Voilà pourquoi à 12km de Saint Laurent des Eaux, la seule chose qu’on sait, c’est qu’on ne sait rien. 

Nous avons voulu soumettre les résultats de notre enquête au Ministère de l’Intérieur, dont dépendent les préfectures. Réponse de la communication : "C’est pas nous, c’est Matignon". Réponse de Matignon : "Merci de vous rapprocher du ministère de l’Intérieur". Finalement, au Ministère de l’Intérieur, on nous l’assure, 10 exercices d’évacuation de grande ampleur seront réalisés. Une nouvelle promesse que nous ne manquerons pas de vérifier. 

Publié par L’Œil du 20 heures / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article lié