Quand Coca-Cola finance la recherche


Dans les sodas, le sucre n’a plus vraiment la cote. Alors pour alléger leur recette, les industriels misent sur un ingrédient : les édulcorants. Des études scientifiques démontrent leur bénéfice pour la santé. Mais sont-elles indépendantes ? L’oeil du 20h a enquêté sur le budget recherche du géant Coca-Cola.

Lors d'un congrès sur la nutrition en 2012, un spécialiste du diabète est interrogé pour parler des bienfaits des édulcorants. Il s'agit du professeur Fabrice Bonnet. Cet expert ne tarit pas d'éloges sur les édulcorants : "le point majeur, c'est d'offrir saveur sucrée, plaisir, sans élévation de la glycémie et sans prise de poids". Problème, sur sa dernière déclaration publique d’intérêt, le diabétologue dévoile des collaborations avec plusieurs laboratoires pharmaceutiques, mais il affirme n'avoir aucun autre lien d’intérêt avec des fabricants de sodas.

719 000 euros pour une étude sur les édulcorants

Pourtant, sur la liste des partenariats de Coca-Cola France, on peut lire que l'entreprise finance des projets de recherche. L’IEEP (Institute for European Expertise in Phisiology) a ainsi touché 719 200 euros pour une étude sur les édulcorants intenses. Le professeur Fabrice Bonnet était justement chargé de la recherche.

Contacté cet après-midi, Coca-Cola n'a pas donné suite à notre demande d'interview. Les autorités sanitaires françaises sont aujourd’hui formelles sur la consommation d’édulcorants intenses : à court ou moyen terme, elle n’a pas d’effet sur la glycémie chez le sujet sain ou diabétique.

Publié par L’Œil du 20 heures / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article lié