Déclarations de patrimoine des politiques, la transparence à deux vitesses ?

Tout le monde se souvient de l’affaire Cahuzac du nom de ce ministre du budget qui avait un compte caché à l'étranger. A la suite de son départ du gouvernement, une loi sur la transparence de la vie publique a été votée pour faire de la France un des pays les plus avancés sur la question du patrimoine de ses élus, selon l'ONG Transparency International. Ministres et parlementaires sont désormais obligés de remplir des déclarations d'intérêt et de patrimoine consultables sur le site internet de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (hatvp). Pour les ministres, c'est assez simple : même la machine à laver de Najat Vallaud Belkacem ou les vélos de Christiane Taubira sont inscrits dans leurs déclarations de patrimoine.

Qu’en est-il pour les parlementaires ? Même site, même recherche et en quelques clics… il y a bien leur déclaration d'intérêt mais pas celle de patrimoine. Pour les trouver,  il faut prendre rendez-vous en préfecture. Nous avons fait le test.

Pour s’assurer que nous ne prendrons ni photo ni note, un agent de la préfecture restera avec nous pendant l’heure au cours de laquelle nous avons pu éplucher les déclarations de patrimoine de six parlementaires parisiens. Impossible de diffuser l’information, sous peine de s’exposer à une amende de 45 000 euros. En résumé, l’information est disponible mais elle se mérite. Vous connaissez maintenant toute la procédure. Alors si vous savez garder un secret, rendez-vous en préfecture.

Publié par L’Œil du 20 heures / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article lié