Mariage pour tous : "La colère de dieu va s'abattre sur la France"

CAPTURE D'ECRAN CANAL +

Que penser face à une telle séquence ? La scène se passe mardi midi à La Défense lors du rassemblement organisé par Alliance Vita contre le mariage et l'adoption pour les homos (je vous en parlais ici). Comme on pouvait s'y attendre, "Le Petit journal" de Canal + était sur place et dans son édition d'hier soir, il s'en est donné à cœur joie, moquant la scénographie légèrement surréaliste (les papas d'un côté, les mamans de l'autre et un enfant-oiseau en combinaison moulante grise, avec deux ailes symbolisant son père et sa mère, le tout sur du Abba)...

Et Yann Barthès annonce un "aller simple pour le Moyen Age", à savoir l'interview d'une manifestante. La femme interrogée tient des propos homophobes et haineux : pour elle l'homosexualité est "contre-nature", parle de "guérison" quand on lui demande ce qu'elle ferait si son fils était gay. Tout y passe : "A l'âge de dix ans, c'est un homme qui m'a appris à tricoter (...) mais c'était contre-nature, je m'en souviens toujours", ou encore : "C'est la décadence. Si cette loi est votée, on attire une condamnation sur notre société. La colère de dieu va s'abattre sur la France".

Bien sûr, cela ne veut pas dire que tous les manifestants de mardi sont sur la même ligne que cette femme ou même cautionnent ses propos. En isolant des paroles extrémistes, le débat est caricaturé, tronqué... Malgré tout, l'intérêt de cette séquence, c'est de montrer qu'en France, en 2012, on tient ce genre de propos nauséabonds. Personnellement, j'hésite entre le fou rire, tant la scène est grotesque, et la consternation. En 1999, le débat sur le Pacs avait été l'occasion d'un déchaînement de propos homophobes ("Les pédés au bûcher", était l'un des slogans scandés dans les manifs). Les débats de 2012 ne font que commencer, le blog "HOP - HOP - HOP - HOMOPHOBIE", qui recense les propos homophobes depuis début septembre, compte déjà plus de 100 entrées. La "qualité du débat", promise de part et d'autres, n'est pas (encore) au rendez-vous...

A lire aussi