Le rapport aux autres (2e partie)

« Pour réussir dans la vie, on ne peut compter que sur soi-même »

La question, apparemment très voisine de la première, diffère néanmoins : on ne se demande plus si on a besoin de la solidarité « pour s’en sortir » mais « pour réussir ». Nous touchons à des valeurs profondes. « Aide-toi et le ciel t’aidera » est l’un des fondements de l’éducation judéo-chrétienne en Europe. Néanmoins, dans toute l’Europe, l’expérience prouve que les réseaux familiaux et les relations comptent énormément pour décrocher un bon travail.
C’est aussi une question qui permet de mesurer la conscience que chacun a de ne pas être que le fruit de ses propres efforts, mais d’être aussi le fruit d’une éducation, d’un système, d’un cadre relationnel. C’est donc une question complexe, qui mérite débat, mais qu’il faut trancher.

In fine, qu’en disent les jeunes ?
Contrairement à la précédente question, les jugements sont assez clivés.

Sur l’ensemble de l’Europe, ils sont une très grosse minorité, 44%, à être d’accord (« Oui, on ne peut compter que sur soi-même »), et juste 56% à ne pas être d’accord. Les filles sont plus nombreuses (45%) que les garçons (42%) et les actifs (46%) que les étudiants (41%).

Mais c’est pays par pays que les résultats sont saisissants et parfois même contradictoires avec la précédente question.

Cohérence aux Pays-Bas où 33% des jeunes répondent qu’on peut s’en sortir sans solidarité : ils sont 28% à dire que Oui, pour réussir on ne peut compter que sur soi-même. De même en Belgique, on retrouve les 33% qui ne croient pas en la solidarité : ils sont 36% à dire que pour réussir on ne peut compter que sur soi-même.

Capture d’écran 2016-06-06 à 11.36.32 Capture d’écran 2016-06-06 à 11.37.09

hhhhhh

Les Suisses, qui ne sont que 17% à ne pas croire en la solidarité, sont maintenant 30% qui ne comptent sur personne pour réussir. De même en Allemagne, où l’on frôle l’unanimité qui croit en la solidarité (seulement 9% de « Pas d’accord »), 34% pensent que pour réussir on ne peut compter que sur soi-même. Même proportion en Autriche (35%) et en Espagne (35%).

Le seul pays où les jeunes pensent majoritairement que la réussite n’est due qu’à soi-même, c’est la République Tchèque avec 54%.

Pour mieux comprendre, nous ne pouvons que conseiller de visionner le module vidéo pour voir ce que chaque jeune met derrière ses choix.

Related Posts:

  • No Related Posts