Merci et bienvenue : bilan de la béta

Au départ, le plan était simple :
profiter de l'été pour tester le questionnaire auprès d'un petit réseau fermé.
Le 9 juillet, nous avons donc mis en ligne une version béta du site, comportant uniquement le questionnaire, et transmis l'adresse à quelques centaines de personnes, principalement via notre partenaire *Animafac.

Tout a gentiment ronronné : en deux mois, 4500 visiteurs sont venus répondre à un peu plus de 300.000 questions. Et 400 commentaires via notre module de feedback.
Contente, l'équipe de Génération ! 🙂

Et puis, à une semaine du lancement, tout s'est emballé...
Le 10 septembre, madmoizelle.com consacrait un article à Génération Quoi.
Deux jours plus tard, c'était Rue89. Et en moins d'une semaine, plus de 33.000 visiteurs ont répondu à plus de 2,5 millions de questions. Plus de 75 réponses en moyenne par internaute, et un temps de visite moyen record de presque 22 minutes.
L'équipe, elle, n'était plus contente. Mais bluffée, ravie, extatique...

Pas par le "buzz" (même si ça fait plaisir), mais parce qu'on sentait qu'il était - déjà - en train de se passer quelque chose. Car ce baptême du feu (oui, le serveur est même tombé pendant quelques minutes) aura confirmé que le questionnaire fonctionne.
Et qu'il se passait bien quelque chose une fois qu'on a commencé à répondre.

Alors, au nom de toute l'équipe, un immense Merci.
Merci pour chacun des 2234 commentaires, réactions ou suggestions reçus.
Il y en a eu de toutes les couleurs : enthousiastes, sceptiques, salés, reconnaissants, pinailleurs, vagues, dithyrambiques, et j'en passe.

Clémentine a dit…

Cela nous a permis d'apporter des corrections que vous avez été nombreux à réclamer :
- La possibilité d'indiquer qu'on habite à l'étranger, au lieu d'être limité à un code postal français.
- Les couleurs des boutons, qui paraissaient trop orientées (vert/rouge pour ça me choque / ça ne me choque pas, par exemple).
- L'option de répondre "aucun des choix" à des questions de type "liste" (comme "lesquelles de ces prestations sociales te paraissent excessives", entre autres).

Renaud a dit...

A l'inverse, nous ne sommes pas revenus sur certains de nos parti-pris de départ.
C'est le cas par exemple du tutoiement que nous avons adopté sur les questions et sur lequel vous avez été nombreux à vous interroger. La raison principale de ce tutoiement - dont nous comprenons bien qu'il puisse surprendre, voire déranger - c'est que nous voulions que le questionnaire puisse être fait à plusieurs. Pour ne pas entrainer de confusion, nous préférons nous adresser à une personne par questionnaire et non pas à un collectif ("vous"), dont les réponses seraient le fruit d'un vote à plusieurs.
Et puis, le "tu" nous paraissait mieux marquer la philosophie différente qui sous-entend ce questionnaire : l'envie de s'adresser plus directement, presque avec intimité, à toute une génération.

Lénaïg a dit...

Un autre des partis-pris qui a parfois eu du mal à passer,
c'est effectivement celui de proposer pas mal de questions sous une forme très "binaire" : d'accord / pas d'accord, ca me choque / ça ne me choque pas, etc.

L'explication est, paradoxalement, beaucoup plus simple que pour le tutoiement.
L'enquête Génération Quoi n'a pas vocation a être une étude sociologique (nous reviendrons certainement sur ce point dans un prochain billet). Certes, nous avons travaillé avec des sociologues à l'élaboration des questions. Mais il s’agit à ce stade de proposer des données brutes, qui n’auront pas été corrigées.
L’analyse, la vraie, viendra dans un second temps.

Nous ne cherchons pas à savoir comment les jeunes consomment,
combien de temps ils passent devant leur ordinateur ou quels artistes ils préfèrent.
Nous avons choisi de nous concentrer sur leurs valeurs, leurs espoirs, leurs craintes, leurs positions sur les grands sujets de société. Une fois ce postulat établi, nous avons commencé il y a deux ans à travailler en collaboration avec les sociologues sur les questions, leurs intitulés, les choix de réponses.
Certaines formulations ont été retenues pour permettre la comparaison avec des enquêtes précédentes, menées dans les années 70, 80, 90 - pour mettre en lumière l'évolution.
D’autres (et c'est le cas de la plupart des questions qui n'offrent "que" des choix de réponse binaire) sont délibérément plus ludiques. Leurs intitulés ont été formulés pour rendre la participation au questionnaire à la fois rythmée et engageante, tout en permettant de mettre en lumière la façon dont les jeunes se positionnent par rapport à ces grands enjeux.

Jean a dit...

Un dernier parti pris que je voudrais souligner :
Nous avons décidé de modérer, dans un premier temps, certaines réponses à la question "Définis ta génération en un mot". Je ne parle pas des (rares) propositions injurieuses ou racistes, qui sont purement supprimées. Mais nous avons constaté que certains groupes politiques ou d'opinions ont fait circuler l'adresse du site auprès de leurs sympathisants. Avec un "mot d'ordre" pour répondre à cette question.

Génération Quoi n'a pas vocation à servir de tribunes à des revendications ou des messages politiques,
quels qu'ils soient. Nous avons donc décidé de bloquer l'affichage de certaines propositions, pourtant acceptables en soi, mais qui seraient le résultat de réponses concertées et/ou coordonnées. Ces réponses figurent toujours dans la base de données, et seront inclues au même titre que toutes les autres lors de la restitution finale.
Nous en bloquons simplement l'affichage dans un premier temps, afin d'éviter que ces propositions ne ressortent trop dans les premiers jours. Il s'agit après tout de donner une définition à toute une génération, et non de permettre à certains de récupérer cette prise de parole et d'imposer leur étiquette à tous.

Raphael a dit...

Et puis, il y a toutes ces questions que vous nous avez suggérées
mais que nous n'aurons pas rajoutées aux questionnaires.
Sur le logement, sur le développement durable, sur la démocratie, la scolarité, sur l'expatriation, ...

A cela, deux choses à dire : la première, c'est que le questionnaire Génération Quoi est sans doute le premier du genre jamais fait en France. 143 questions, c'est déjà particulièrement ambitieux et demander à chacun d'entre vous de passer plus de 20 minutes à répondre à des questions, constituait un sacré pari. Rallonger encore le questionnaire, c'était courir le risque de décourager, d'avoir moins de réponses, d'être moins pertinent.

La deuxième, c'est que le questionnaire Génération Quoi n'est à nos yeux que le début de l'aventure.
Oui, les résultats de l'enquête nous intéressent - mais les discussions et débats qu'ils généreront nous intéressent encore plus. Génération Quoi ? est comme un grand projecteur, que nous voulons braquer sur toute une génération. Pour qu'enfin, on se mette à réellement à l'écouter, à la voir, à parler d'elle.

Nos partenaires (France Télévision, Europe 1, Le Monde, Animafac) joueront à ce titre un rôle important - et prolongeront certainement les débats que nous n'aurons pu aborder faute de place dans le questionnaire ou de temps dans les vidéos documentaires du portrait.

La béta s'est officiellement terminé mercredi 18 septembre avec la mise en ligne de la version définitive du site. L'enquête et l'aventure Génération Quoi ne font, elles, que commencer.

Mais d'ores et déjà, un immense Merci à toutes celles et tous ceux qui y auront participé !

Eric Drier, au nom de toute l'équipe Génération Quoi ?

-

Edit 20/09/2013: les propos tenus dans les extraits de mails publiés n'engagent évidemment que leurs auteurs respectifs.

 

Related Posts:

  • No Related Posts