Dernière réunion publique du FN à Beaucaire

Le candidat et premier adjoint au maire Jean-Pierre Fuster pendant le meeting mars 2015 (photo V. Jarousseau)

 

19 mars 2015. Ils sont, peut-être, deux cents dans la salle du Casino municipal ; un public majoritairement constitué de personnes âgées. L'estrade est recouverte du drapeau bleu-blanc-rouge. Derrière se profilent l'affiche « Front national 1er parti du Gard ! » ornée de la flamme du FN et un des slogans phares du parti : « La liberté, c'est Marine ». C'est le dernier meeting à Beaucaire pour les élections départementales. La différence notable avec les autres réunions est que celle-ci se déroule dans une des villes du FN.

 

 

Salle du Casino  de Beaucaire (Gard) mars 2015 (Photo V. Jarousseau)

Salle du Casino de Beaucaire (Gard), 19 mars 2015 (Photo V. Jarousseau)

 Les candidats aux départementales, Sandrine Corbière et Jean-Pierre Fuster, arrivent en retard sous les applaudissements. Lui est premier adjoint. Elle est mariée à Yvan Corbière, un adjoint du maire. Elle a adhéré au FN il y a vingt ans et revient, comme elle dit, à « ses premiers amours ». Ils sont accompagnés de Yoann Gillet et Julien Sanchez. Le maire de Beaucaire s'est beaucoup montré pendant cette campagne. Une présence à tous les sens du terme : visuelle, tout d'abord, puisqu'il figure au centre des affiches et tracts de ses candidats. Politique, évidemment, avec un discours rôdé aux autres réunions et particulièrement apprécié. Lorsqu'il prend la parole, Julien Sanchez explose l'applaudimètre. À Beaucaire, c'est plus qu'une évidence.

 Le maire semble d'ailleurs détendu ce 19 mars. Peut-être davantage qu'aux réunions précédentes. Il est "chez lui" et s'exprime devant un auditoire séduit par l'homme et ce qu'il représente. Ses propos s'entrecoupent de rires émanant de la salle (lorsque Julien Sanchez remercie, par exemple, la municipalité de Beaucaire d'avoir mis cette salle à disposition) ou d'applaudissements répétés (il dénonce alors la « délinquance en France » tout en critiquant la politique de Christiane Taubira ou parle de couper le « robinet de l'immigration »). Julien Sanchez incarne la nouvelle génération des frontistes. Il est un des représentants idéal de la communication du FN de Marine Le Pen. Il se montre proche des gens, adopte une attitude calme et un discours lisse, voire même pondéré, qui s'affranchit officiellement de la ligne lepéniste...  même si, à y regarder de plus près, sa phraséologie reprend les thématiques classiques du discours frontiste (Troisième réunion du FN pour les départementales... Un après-midi de mars à Uzès).

 

Julien Sanchez en meeting à Beaucaire (Gard) mars 2015 (photo V. Jarousseau)

Julien Sanchez en meeting à Beaucaire (Gard), 19 mars 2015 (photo V. Jarousseau)

 

La répartition du discours s'effectue de la même manière que pendant les autres meetings. Aux candidats, le canton... À Yoann Gillet, le département... la thématique nationale est réservée à Julien Sanchez. Pratiquement une heure de propos qui se rejoignent dans la finalité, à court et long termes : « éjecter les socialistes de ce département et leurs amis de l'UMP » et remporter la présidentielle de 2017.

C'est le moment de l'apéritif. Juste avant, la salle, debout, entonne « La Marseillaise ». Le ton monte lorsqu'ils entament le refrain « Aux armes, citoyens ! ». J-2 rappelle Julien Sanchez.... avant de conclure "Vive le Gard".

A lire aussi

  • Aucun article