Vignobles : un investisseur chinois soupçonné de blanchiment d'argent

Vignobles : un investisseur chinois soupçonné de blanchiment d'argent

Plusieurs domaines viticoles du Bordelais ont été saisis par la justice, leur propriétaire chinois étant soupçonné de blanchiment d'argent public de son pays.

Un domaine viticole bordelais est désormais un château fantôme. Tout est fermé, personne ne travaille dans les vignes. Le château a été saisi par la justice : il aurait permis à son propriétaire chinois de blanchir d'importantes sommes d'argent public détournées de son pays. Ses voisins évoquent quelqu'un d'extrêmement discret. Il y a 4 ans, lorsqu'il achète le château, M. Qu, aujourd'hui introuvable, est pour tous un riche industriel.

Plus de 20 domaines concernés

L'argent investi viendrait pourtant du détournement de subventions de l'État chinois avec lesquelles il acquiert plus de 20 domaines du Bordelais en 10 ans. Les autorités françaises ont déjà saisi 10 domaines, une quinzaine d'autres sont visés par l'enquête. Il y a six ans, la cellule de lutte contre la fraude financière en France alertait sur l'importance des montants mis en jeu pour le rachat de domaines présentant souvent de lourds déficits d'exploitation. Les blanchisseurs d'argent sont passés inaperçus au milieu des investisseurs chinois passionnés de vignobles : en une dizaine d'années, 140 domaines sont passés sous leur contrôle.

Vignobles : un investisseur chinois soupçonné de blanchiment d'argent

A lire aussi

  • Aucun article