Fabio, le premier robot-employé d’un supermarché britannique s’est fait virer !

©BBC

Le premier assistant robotique destiné à l’accueil des clients d’un supermarché d’Edimbourg a été « renvoyé » après seulement quelques jours de service. Comme pour un humain, sa période d’essai n’a pas été validée ! La raison ? Il effrayait les clients au lieu de les aider !  Si l’idée de départ était d’accueillir les clients avec un petit mot gentil tout en les guidant à travers le magasin, l’expérience s’est vite transformée en fiasco. En effet, entre indications erronées ou inutiles et distribution d’échantillons oppressante, voire effrayante, celui qui avait été surnommé « Fabio le Robot » n’aura pas su remplacer l’humain !

©Digital Trends

©Digital Trends

Ce robot, programmé par des scientifique de l’université Heriot-Watt avait été installé dans un des magasins de la chaîne “Margiotta” dans le cadre de l’émission “Six robots and Us” de la BBC. L’ambition était de mettre en avant les capacités d’une telle machine, mais cela était sans compter sur quelques imprévus. Des difficultés qui démontrent des limites de la robotisation de certains services et devrait rassurer les employés qui craignait que des robots les remplacent sous peu.

Programmé pour indiquer l’emplacement de centaines de produits à la demande du client, Fabio a vite rencontré quelques problèmes. Incapable de répondre précisément aux demandes des clients, il indiquait par exemple, que, pour trouver un pack de bières, il fallait se rendre “au rayon alcool”…

Face à cet échec, le supermarché à décider de réorienter le robot, en le chargeant de distribuer des échantillons de produits aux clients. Un essai également peu concluant, comme l’avoue Luisa Margiotta, responsable de la chaîne de supermarché : « Malheureusement, Fabio n’as pas été aussi compétent qu’espéré. Les clients avaient même l’air de l’éviter.”. En effet, quand un humain chargé de la même tâche arrivait à distribuer 12 échantillons en 15 minutes, Fabio n’en distribuait que 2. Une différence sûrement dûe aux techniques un peu trop enthousiastes et oppressantes du robot, incapable de s’adapter de la même façon qu’un humain.

©Sunday Herald

©Sunday Herald

Un autre problème pour Fabio : le bruit ambiant du magasin ! Incapable de distinguer les conversations entre les clients autour de lui des demandes qui lui étaient adressées, Fabio finissait souvent par purement et simplement ignorer les clients venus lui demander de l’aide, ou répondait complètement à côté.

©BBC

©BBC

Face à des performances décevantes, Franco Margiotta, le directeur de la chaîne de supermarché n’a eu d’autres choix que de mettre fin à la période d’essai de Fabio. Cependant, il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour l’avenir de Fabio, qui devrait vite retrouver un nouvel emploi dans une autre branche. Plusieurs entreprises ont exprimé leur désir de récupérer le robot. D’après SoftBank, le fabricant, il y aurait d’ailleurs déjà plus de 10 000 robots de ce type utilisés à travers le monde.

 

Marion Russell avec Loïc de la Mornais

A lire aussi

  • Ribbit

    "développé par des scientifique(s) de l’université Heriot-Watt"

    Hum, c'est un Pepper, de Softbank Robotics, anciennement une boite française rachetée par les Japonais de Softbank. Du coup, c'est un peu exagéré de dire qu'il a été "développé" par des scientifiques de l’université Heriot-Watt. Programmé serait plus correct.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/SoftBank_Robotics
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Pepper_(robot)

    • Mae Garcia

      Le terme utilisé est "programmé" et non "développé".

      • Ribbit

        C'est bien pour ça que je cite toujours la phrase sur laquelle je commente quand il s'agit d'une correction ponctuelle. L'article a été corrigé après ma remarque (je remercie le correcteur d'en avoir tenu compte).